2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : la deuxième vague est "extrêmement longue et mortelle", souligne un infectiologue

INVITÉ RTL - Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond Poincaré de Garches, revient sur la situation sanitaire dans le pays, notamment face à l'arrivée des variants.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Coronavirus : la deuxième vague est "extrêmement longue et mortelle", souligne un infectiologue Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245-PARIZOT
Vincent Parizot édité par Jérémy Billault

Entre discours politiques et autorités sanitaires, difficile d'y voir clair dans la situation épidémique en France. Le porte-parole du gouvernement a appelé ce mercredi à l'issue d'un Conseil de défense à rester extrêmement vigilant, mais aucune nouvelle mesure n'est à l'ordre du jour. 

Dans le même temps, la direction générale du ministère de la Santé alerte les soignants sur une situation jugée préoccupante et la crainte d'une saturation de l'offre de soins. "Depuis un certain temps, on est sur une ligne de crête", explique sur RTL Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond Poincaré de Garches. "'Les hospitalisations ne diminuent pas réellement et il y a les patients qui n'ont pas le Covid et pour qui il faut trouver des places".

"On  est sur une vague qui est extrêmement difficile parce qu'elle est longue, poursuit-il. Aujourd'hui on est à plus de 82.000 morts contre 30.000 pendant la première vague. On voit bien que cette deuxième vague est  extrêmement dure, extrêmement longue et extrêmement mortelle".

La vaccination est la seule chose qui nous permettra de sortir de cette crise

Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond Poincaré de Garches
Partager la citation

Pour l'instant, l'arrivée des variants n'a pas eu l'impact si lourd que l'on attendait. "Les mesures sanitaires nous permettent de ralentir l'effet de ces variants, mais on ne sait pas prédire si on va avoir une envolée exponentielle des cas", explique Benjamin Davido, qui espère que le printemps pourrait se révéler favorable à la limitation du virus.

À lire aussi
vaccin
Coronavirus : "La vaccination est un geste citoyen, ce n'est pas une thérapie", dit Vallancien

Mais pour l'infectiologue, "la vaccination est la seule chose qui nous permettra de sortir de cette crise. Si l'on regarde Israël, on voit une diminution énorme, moins de 50% de contamination chez les plus de 60 ans, la cible majoritaire. On a un objectif de vacciner 15 à 20 millions de Français qui sont les plus à risque et si on arrive à contenir l'épidémie, on arrivera à la contrôler dans les pays occidentaux".

Mais pour que la vaccination soit efficace, il est nécessaire de restreindre l'épidémie. "Un vaccin est plus efficace quand l'épidémie est contrôlée, assure l'infectiologue. Il ne faut pas être en situation où on vaccine des gens qui vont se contaminer, il faut vacciner et contrôler l'épidémie". 

L'arrivée des beaux jours pourrait signifier une amélioration, comme ce fut le cas en 2020, sur le plan des contaminations. "J'ose espérer qu'on puisse avoir le vent dans le dos et qu'il existe une saisonnalité du coronavirus, explique Benjamin Davido, que toute la conjonction de ces efforts va permettre qu'au printemps on retrouve des jours meilleurs".

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Épidémie Vaccin
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants