2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : "Je ne peux pas me satisfaire de 30.000 décès", fustige un médecin

INVITÉ RTL - Le Professeur Djillali Annane, chef du service réanimation à l’hôpital Raymond-Poincaré à Garches (AP-HP), juge "qu’il ne faut surtout pas considérer que la crise est derrière nous" et regrette qu’Emmanuel Macron ait parlé de "victoire" sur la gestion française de la crise sanitaire.

Yves Calvi 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Coronavirus : "Je ne peux pas me satisfaire de 30.000 décès", assure un médecin Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Petit Matin - Julien Sellier
Julien Sellier édité par Sarah Ugolini

Le directeur général de la santé Jérôme Salomon a été le premier responsable à répondre, mardi 16 juin, aux questions précises des députés lors de la commission d’enquête parlementaire sur la gestion de la crise liée à la Covid-19. Après trois mois de crise sanitaire, on peut se demander si la France a bien géré l’épidémie. Emmanuel Macron assure de son côté que le pays "n’a pas à rougir" de son bilan et que "nous pouvons être fiers de notre pays".

Les Français sont quant à eux moins affirmatifs. 84% d’entre eux veulent que le gouvernement rende des comptes selon l’Ifop. Pourquoi a-t-on manqué de tests, pouvions-nous sauver plus de vies en Ehpad ? Les politiques et scientifiques vont devoir répondre à ces questions. Le président du conseil scientifique sera interrogé ce jeudi 18 juin face aux députés de la commission parlementaire

"Moi en temps que médecin, je ne peux pas me satisfaire d’un bilan d’à peu près 30.000 décès", dénonce quant à lui sur RTL le Professeur Djillali Annane, chef du service réanimation à l’hôpital Raymond-Poincaré à Garches (AP-HP). "Un bilan qui va continuer de s’alourdir dans les prochaines semaines et les prochains mois", selon le professeur. 

Il ne faut surtout pas considérer que la crise est derrière nous

Professeur Djillali Annane, chef du service réanimation à l’Hôpital Raymond-Poincaré à Garches.
Partager la citation

S’il assure qu'"on est fier d’être Français", "sans aucune comparaison avec un autre pays, chaque vie compte" pour Djillali Annane. "Quand on regarde les chiffres aujourd’hui, c’est 30.000 vies de perdues", assure le médecin. Lorsque Emmanuel Macron parle de victoire, le médecin s’insurge. "Le mot de victoire m’a dérangé pour la bonne et simple raison que le mot victoire veut dire que c’est finiCe qui se passe à Pékin nous rappelle qu’il faut rester extrêmement vigilant et que le virus est présent", rappelle le professeur.

À lire aussi
Un prototype de vaccin contre la Covid-19 coronavirus
Coronavirus : quelles sont les étapes de validation du futur vaccin ?

Pour le chef du service réanimation à l’Hôpital Raymond-Poincaré à Garches (AP-HP), "toute baisse de vigilance, on risque de le payer le prix cher". "Je crois qu’il ne faut surtout pas considérer que la crise est derrière nous", rappelle le médecin. "Il faut au contraire en faire un bilan transparent afin de prévenir d’autres dommages liés au virus". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Crise Médecins
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants