2 min de lecture Médicaments

Androcur : pourquoi plus de 80.000 patients vont recevoir un courrier d'alerte

Androcur est utilisé dans le traitement de l’hyper-pilosité, et dans certains cas d'endométriose ou d'acné. Augmentant le risque de tumeur intracrânienne, le médicament ne sera plus délivré qu'après signature d'une information sur les risques.

Des plaquettes de médicaments (illustration)
Des plaquettes de médicaments (illustration) Crédit : GILE MICHEL/SIPA
signature paul turban
Paul Turban et AFP

À risque exceptionnel, mesures exceptionnelles. Quelque 80.000 patients, 30.000 médecins libéraux et 2.000 établissements de santé devraient recevoir une lettre d'information sur l'Androcur, selon Le Parisien. L’acétate de cyprotérone, contenu dans le médicaments et ses dérivés, augmente les risques de méningiome, une tumeur au cerveau le plus souvent bénigne.

"Le courrier invite les professionnels à réévaluer régulièrement le bien-fondé de la prescription et à respecter les modalités de surveillance de leurs patients sur le plan clinique et radiologique. Il rappelle que les utilisations prolongées et à forte dose ainsi que les indications hors AMM telles que l’acné, la séborrhée et l’hirsutisme modéré sont à proscrire et que l’utilisation de l’acétate de cyprotérone chez l’enfant et la femme ménopausée n’est pas recommandée", explique l'Agence du médicament.

À partir du 1er juillet par ailleurs, tout patient débutant un traitement avec Androcur ou ses génériques devra être informé du risque de tumeur lié à ces médicaments et bénéficier d'un examen d'imagerie cérébrale selon l'Agence. Un document présentant les risques signé par le médecin et le patient devra être présenté au pharmacien en vue de la délivrance du médicament.

Risques et consignes

Le risque de méningiome est multiplié par 7 au-delà de 6 mois d’utilisation d’une dose moyenne d'au moins 25 mg par jour. Il est multiplié par 20 au-delà d’une dose cumulée de 60 g, soit environ 5 ans de traitement à 50 mg par jour ou 10 ans à 25 mg par jour.

À lire aussi
Une enseigne de pharmacie (illustration) médicaments
Opioïdes : les patients français de plus en plus "accrochés", avertit Michel Reynaud

Pour les patients actuellement sous traitement, il est conseillé de prendre rendez-vous avec votre médecin traitant. Celui-ci prescrit alors une IRM qui permet d'évaluer la présence ou non d'un méningiome. Pour les patients qui ont été traités par ce médicament mais qui ne le sont plus, les méningiomes régressent "dans la plupart des cas" après la fin du traitement. Il est conseillé de signaler cet ancien traitement à votre médecin.

Un numéro vert a été mis en place pour les patients et leur entourage, le 0 805 04 01 10.

Une mise en garde progressive

En octobre 2018, l'Agence du médicament a informé les médecins que l'utilisation de cette molécule pour l'acné, la séborrhée et l'hirsutisme modérée était à proscrire. Il mettait en garde contre les fortes doses et les traitements de longue durée. Il reste prescrit contre l’hyper-pilosité sévère, avant tout aux femmes.

Une étude datée de mars 2019, menée par Alain Weill et Joël Coste de l'Assurance maladie, estime "à 500 au minimum sur la décennie 2006-2015 le nombre de cas de méningiomes opérés ou traité par radiothérapie attribuables à l’exposition prolongée à l‘acétate de cyprotérone à forte dose."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médicaments Santé Maladie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797868500
Androcur : pourquoi plus de 80.000 patients vont recevoir un courrier d'alerte
Androcur : pourquoi plus de 80.000 patients vont recevoir un courrier d'alerte
Androcur est utilisé dans le traitement de l’hyper-pilosité, et dans certains cas d'endométriose ou d'acné. Augmentant le risque de tumeur intracrânienne, le médicament ne sera plus délivré qu'après signature d'une information sur les risques.
https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/androcur-plus-de-80-000-patients-vont-recevoir-un-courrier-d-alerte-7797868500
2019-06-17 17:50:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Le2oRsIJY_XS00ULFQrUwA/330v220-2/online/image/2018/1015/7795195835_des-plaquettes-de-medicaments-illustration.jpg