Attentats à Bruxelles : existe-t-il des quartiers comme Molenbeek en France ?

DÉCRYPTAGE - Après le lien établi entre la cellule terroriste de Molenbeek et les attentats de Paris et Bruxelles, beaucoup affirment que des quartiers français prennent la même tournure que la commune bruxelloise.

La façade du bar de la fratrie Abdeslam à Molenbeek >
La ville de Trappes est-elle un Molenbeek français ? Crédit Image : AFP | Crédits Média : Arnaud Tousch | Durée : | Date :
1/

Jusqu'à quel point vont les similitudes entre la France et la Belgique ? Grâce à l'identification des kamikazes de l'attentat du 22 mars à Bruxelles, les services antiterroristes des deux pays ont désormais la certitude que la cellule jihadiste à l'origine de cette double attaque est aussi celle qui a opéré le 13 novembre à Paris. Que ce soient les frères El Bakraoui ou Najim Laachraoui, ils sont également reliés par un autre point commun : celui d'avoir fréquenté Molenbeek. Sous le feu des projecteurs après les tueries franciliennes, la commune bruxelloise est de nouveau revenue au centre de l'attention après l'arrestation de Salah Abdeslam.

Considéré comme une plaque tournante du jihadisme en Europe, le quartier a vu passer de nombreux terroristes ces derniers mois, dont Ayoub El Khazzani, tireur désarmé dans le Thalys, ou encore Mehdi Nemmouche, assaillant du musée juif de Bruxelles. Selon toute vraisemblance, ce phénomène semble avoir pu se développer grâce à un déclin économico-social. "Le salafisme offre une identité de substitution forte à des gens qui jugent ne pas avoir leur place dans la société belge, par exemple à Molenbeek, où un jeune d'origine marocaine sur deux est sans emploi, où une famille sur deux est en situation de pauvreté", explique l'islamologue Michael Privot à l'AFP. Mais s'agit-il là seulement d'un épiphénomène belge ? Ces derniers temps, nombreuses sont les voix à observer des similitudes entre Molenbeek et certaines villes et banlieues françaises.

La police tire le signal d'alarme

Dès le lendemain des attentats de Bruxelles, Manuel Valls n'hésite pas à faire le parallèle estimant que la "nous connaissons d'une certaine manière dans un certain nombre de nos quartiers la situation qui est décrite à Molenbeek". Le député socialiste Malek Boutih considère pour sa part, sur les ondes de RTL, que le gouvernement n'oeuvre pas suffisamment "dans les ghettos, les Molenbeek qu'il y a chez nous". Marine Le Pen affirme quant à elle que "la France n'est pas épargnée par les zones de non-droit du type de Molenbeek" qu'elle qualifie également de "quartiers en marge de la République" où il faut intervenir pour "y récupérer toutes les armes et explosifs qui s'y trouvent". Bruno Le Maire prétend de son côté que "l'islam politique gagne du terrain en France" notamment dans les "équivalents de Molenbeek en France".

Ces personnalités de la classe politique ne sont pas les seules à avancer cette hypothèse. Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat Synergie-Officiers, assure au micro de RTL que des quartiers français suivent le chemin de Molenbeek. "Petit à petit, les salafistes ont envahi tous les domaines de la vie publique. Ils se sont substitués à l'État pour ce qui est du soutien scolaire ou du sport. Ils ressassent les mêmes techniques avec lesquelles ils sont arrivés à se répandre dans des pays du Moyen-Orient. C'est très inquiétant", craint le policier. Djamel Guessoum, directeur général d'une association de réinsertion en Seine-Saint-Denis (Arsej), constate lui aussi au quotidien la dérive de certains endroits. "Il existe des quartiers où, effectivement, il y a une réelle chape de plomb avec des personnes qui gèrent le quartier et qui sont très radicalisées. Ceci dit, c'est en extrême minorité", tempère celui qui estime que seulement cinq ou six quartiers franciliens peuvent être comparés.

Les habitants n'y croient pas

Parmi les lieux régulièrement comparés à Molenbeek figurent notamment Trappes, Grigny ou encore le quartier du Mirail à Toulouse, où séjournait Mohammed Merah. La commune héraultaise de Lunel, d'où une dizaine de jeunes sont partis faire le jihad en Syrie ou en Irak, a également été souvent évoquée.

Mais d'autres voix discordantes se font entendre sur le terrain. À Trappes (Yvelines), plusieurs habitants n'ont pas l'impression de connaître le portrait dépeint par les divers politiques et policiers. "Quand on est habitant de Trappes, il n'y a aucune raison pour qu'on ne puisse pas rentrer dans un quartier", dit René, qui y vit depuis dix ans, tandis que Mohamed, très engagé dans la vie locale, préfère relever "le vivre-ensemble" de Trappes dont l'adjoint au maire a dénoncé des rapprochements "irresponsables".

Mohamed Mechmache, porte-parole de l'association AC Le Feu, très proche des banlieues, trouve quant à lui les conclusions de Manuel Valls très simplistes. "Ça me choque qu'on fasse des comparaisons de la sorte. (...) Il y a sûrement des personnes qui se radicalisent, mais il en existe aussi en dehors de ces quartiers. À travers Internet, certains se sont radicalisés du côté de la Bretagne ou de l'Auvergne, donc ça n'arrive pas que dans ces quartiers".

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782526579
Attentats à Bruxelles : existe-t-il des quartiers comme Molenbeek en France ?
Attentats à Bruxelles : existe-t-il des quartiers comme Molenbeek en France ?
DÉCRYPTAGE - Après le lien établi entre la cellule terroriste de Molenbeek et les attentats de Paris et Bruxelles, beaucoup affirment que des quartiers français prennent la même tournure que la commune bruxelloise.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/attentats-a-bruxelles-existe-t-il-des-quartiers-comme-molenbeek-en-france-7782526579
2016-03-25 07:00:00
http://media.rtl.fr/cache/TTIO_XQTrQL-XDtItGaG0A/330v220-2/online/image/2015/1202/7780719037_les-complices-qui-ont-exfiltre-salah-abdeslam-se-seraient-rencontre-aux-beguines-le-bar-de-la-fratrie-abdeslam-a-bruxelles.jpg