Réforme du code du travail : "Quel pataquès autour de la loi El Khomri !", lâche Olivier Bost

REPLAY / ÉDITO - Pourquoi est-ce si compliqué pour le gouvernement de porter simplement un projet de loi, sans couac, ni dérapage ? Cela se confirme encore avec le texte présenté par la ministre du Travail.

>
Réforme du code du travail : "Quel pataquès autour de la loi El Khomri !", lâche Olivier Bost Crédit Image : FRED DUFOUR / AFP Crédit Média : Olivier Bost Télécharger

Le Premier ministre Manuel Valls, la ministre du Travail Myriam El Khomri et le ministre de l’Économie Emmanuel Macron vont à Mulhouse ce lundi 22 février. Ils vont rendre visite à plusieurs entreprises et à une agence de Pôle emploi. Mais ça c’est le décor. Leur vrai sujet c’est d’afficher de grands sourires, de montrer qu’ils travaillent main dans la main contre le chômage, et qu'il n’y a aucun problème avec la réforme du Code du travail. Car depuis la semaine dernière, cette histoire est devenue un sacré pataquès. Parions nous nous entendrons lors de cette visite les mots "réforme", "cohérence" et "détermination" avec une petite pointe d’humour - pas forcément drôle - pour montrer qu’ils travaillent bien ensemble. En un mot, le Premier ministre et ses deux ministres vont tenter d’être un peu meilleurs - ou un peu moins mauvais - que la semaine dernière…
 
Car une fois de plus, cela était un peu l’art de tout transformer en plomb. On devait avoir la grande réforme pour l’emploi. On a une levée de bouclier et un gros pataquès. Une ministre nous l’a confié week-end : "Le lancement de la réforme du Code du travail ne devait pas du tout se passer comme ça". Il y a d’abord eu cette fuite de l’intégralité du texte dans la presse. Pour un projet sensible, une matière inflammable comme celle-là, c’est très étonnant. C’est un ministre, ou plus probablement l’un de ses conseillers, qui a choisi de diffuser ces documents ultra-confidentiels après une réunion de calage. C’est déjà le signe qu’au sein du gouvernement tout le monde n’a pas les mêmes intérêts.

Valls instaure un rapport de force

Cela ne s’est pas arrêté là. Manuel Valls en a rajouté (comme d'habitude, serait-on tenté de dire). Comme vous le révélait RTL vendredi 19 février, le Premier ministre a glissé dans une interview de la ministre du Travail une petite phrase pour menacer d’utiliser l’arme nucléaire : le 49.3. Cette disposition permet d’adopter un texte en tordant le bras de l’Assemblée. C’est du pur Manuel Valls : créer de la tension, mettre un bon coup sur la tête pour étourdir et installer un rapport de force. Il l’a confié ce week-end à son entourage : sur cette réforme, "il ne faut pas être défensif, il faut être combatif".

Ça promet. Sauf que là, le Premier ministre ne semble pas avoir intégré un changement de taille. Car le remaniement est passé par là. Dimanche 21 février, les proches de François Hollande étaient nombreux dans les radios et les télés. Jean-Marc Ayrault, Ségolène Royal et Marisol Touraine ont rejeté tout passage en force et demandent en cœur que la loi El Khomri soit "rééquilibrée".

Cela peut encore durer

Dans l’avion qui l’a amené en Polynésie, le chef de l'État a ensuite expliqué que le "mieux serait maintenant de trouver une majorité" (c'est pas mal de s'en soucier !). Il veut une majorité "en respectant la philosophie qu'(il a) définie". Cela ne vous rappelle rien ? Trouver un compromis en respectant la parole présidentielle : il se passe exactement la même chose que pour la déchéance de nationalité.

Les propos rapportés de François Hollande ne sont même pas un point final. Cela peut même encore durer. Le projet de loi de réforme du Code du travail ne sera pas présenté avant le 9 mars en conseil des ministres. D'ici là, explique-t-on maintenant à tous les étages, le texte va évoluer. De quoi alimenter encore quelques révélations dans la presse et provoquer quelques réactions outrées. Après tout ça, on peut toujours dire et répéter que le pays est irréformable. Ce qui serait quand même plus simple, c’est de s’y prendre correctement pour réformer le pays.

Le carnet du jour

Marion Maréchal-Le Pen qui a des ambitions internationales. Elle va se rendre dans moins d’un mois en Italie (à Naples et à Milan) à l’invitation de la Ligue du Nord. La députée Front national ira ensuite à Saint-Pétersbourg au mois de mai. Elle a été invitée par le président de l’université a donné une conférence sur le sujet qu’elle veut. Marine Le Pen, elle, quand elle va en Russie y va plutôt pour trouver de l’argent pour ses campagnes électorales. Marion Maréchal Le Pen, elle, y va pour construire sa stature. Et par la même occasion : faire enrager sa tante.

La rédaction vous recommande
LoïcFarge42
par Journaliste RTL
Suivez Loïc Farge sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781998267
Réforme du code du travail : "Quel pataquès autour de la loi El Khomri !", lâche Olivier Bost
Réforme du code du travail : "Quel pataquès autour de la loi El Khomri !", lâche Olivier Bost
REPLAY / ÉDITO - Pourquoi est-ce si compliqué pour le gouvernement de porter simplement un projet de loi, sans couac, ni dérapage ? Cela se confirme encore avec le texte présenté par la ministre du Travail.
http://www.rtl.fr/actu/politique/reforme-du-code-du-travail-quel-pataques-autour-de-la-loi-el-khomri-lache-olivier-bost-7781998267
2016-02-22 09:11:00
http://media.rtl.fr/cache/BCMtK1ieM8LdzcmLQC0GaA/330v220-2/online/image/2014/0828/7773969994_myriam-el-khomri-dans-la-cour-de-l-elysee-le-27-aout-2014.jpg