"Ségolène Royal pèse, mais il n'y a pas de favoritisme", décrypte Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - Ségolène Royal est présidente... de la COP21 à la place de Laurent Fabius. Décidément, la ministre de l'Environnement n'est pas une ministre comme les autres.

Ségolène Royal sur le perron de l'Élysée, le 17 février 2016 >
"Ségolène Royal pèse, mais il n'y a pas de favoritisme", décrypte Alba Ventura Crédit Image : SIPA / CHAMUSSY | Crédits Média : RTL | Durée : | Date :
1/

Mercredi 17 février, Ségolène Royal est donc devenue officiellement présidente de la COP21 à la place de Laurent Fabius. Elle a finalement obtenu gain de cause, et elle n'avait pas l'intention de lâcher l'affaire. Fabius, elle allait le coincer en flagrant délit de cumul. Pas question de le laisser conserver la présidence de la COP21 alors qu'il venait d'être nommé à la tête du Conseil constitutionnel ! C'est pour cela qu'à peine formé le nouveau gouvernement la semaine dernière, alors que la polémique n'a pas encore commencé, elle dégoupille sa petite grenade en expliquant qu'il faut "clarifier les règles du jeu concernant le double rôle de Laurent Fabius". Deux jours avant, Laurent Fabius sur RTL avait expliqué qu'il allait faire les deux. Mais c'était sans compter sur la détermination de la ministre de l'Environnement. À la fois elle jouait l'opinion qui n'aime pas bien ce genre de cumul, et elle envoyait un message très clair au Président : "Ce poste il me revient, j'y ai droit, j'ai assez joué les seconds rôles".


Ségolène Royal pèse. Elle n'est pas une ministre comme les autres. Elle a quand même été candidate à la présidentielle. Elle a un côté "star" dans un gouvernement d'inconnus ou de quasi-inconnus. Sans compter qu'elle a été réhabilitée. Son concept "d'ordre juste" tout à coup a résonné aux oreilles des socialistes et du Président. Finalement, son histoire de drapeau-bleu-blanc rouge ce n'était pas si idiot. Elle est numéro deux dans l'équipe de Manuel Valls. Ce qui ne l'empêche pas de faire quelques boulettes, comme sur la fermeture de Fessenheim après 2017 ou encore sur la gratuité des autoroutes.

Ségolène Royal n'est pas au gouvernement parce qu'elle est l'ancienne compagne de François Hollande

Alba Ventura

Ségolène Royal n'est pas au gouvernement parce qu'elle est l'ancienne compagne de François Hollande. Certes, vu d'ailleurs, un ex-couple aux commandes ça peut paraître étrange. Souvenez-vous lors de la visite du roi et de la reine d'Espagne : Ségolène Royal et François Hollande les accueillant sur le perron de l'Élysée, on était tous interloqués. Évidemment, il serait faux de penser qu'il n'y a pas entre eux une complicité. Ils ont une histoire personnelle. Évidemment, ce n'est pas neutre. 

Mais regardez, quand il s'agit de nommer le successeur de Laurent Fabius au Quai d'Orsay, François Hollande aurait bien pu la choisir. Ségolène Royal imaginait qu'elle pouvait avoir ce poste. Le Président a pensé que le poids politique d'un ancien Premier ministre c'était mieux. Lors du remaniement, son sort était conditionné à la décision de Nicolas Hulot (de prendre ou pas le ministère de l'Écologie). C'était l'animateur télé qui passait en premier. Ségolène Royal c'était secondaire. Alors elle pèse, mais il n'y a pas de favoritisme.

Le carnet du jour

En pleine crise agricole, François Bayrou (dont le père avait une exploitation agricole) pointe du doigt les responsables : "Chirac, Sarkozy et Hollande ont accepté de signer leur défaite face à l'Europe", dit-il. Pas faux, selon le conseiller d'un ancien ministre de l'Agriculture de Jacques Chirac. "Jacques Chirac n'a pas fait les choix qui s'imposaient, entre agriculture productiviste ou agriculture haut de gamme, il n'a pas réformé la PAC, sa présidence a été une occasion manquée sur l'agriculture". Un paradoxe pour un Président qui aimait tant tâter le cul des vaches !

La rédaction vous recommande
LoïcFarge42
par Journaliste RTL
Suivez Loïc Farge sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781943058
"Ségolène Royal pèse, mais il n'y a pas de favoritisme", décrypte Alba Ventura
"Ségolène Royal pèse, mais il n'y a pas de favoritisme", décrypte Alba Ventura
REPLAY / ÉDITO - Ségolène Royal est présidente... de la COP21 à la place de Laurent Fabius. Décidément, la ministre de l'Environnement n'est pas une ministre comme les autres.
http://www.rtl.fr/actu/politique/segolene-royal-pese-mais-il-n-y-a-pas-de-favoritisme-decrypte-alba-ventura-7781943058
2016-02-18 09:42:00
http://media.rtl.fr/cache/1E3_Wq69PtUOAXnusNBV2g/330v220-2/online/image/2016/0218/7781943504_segolene-royal-sur-le-perron-de-l-elysee-le-17-fevrier-2016.jpg