Primaire Les Républicains : les parrains des candidats à la candidature devront-ils signer la charte ?

ÉCLAIRAGE / INTERVIEW - Un bureau politique aura lieu le 22 mars pour décider si, oui ou non, les parrains des candidats doivent signer la charte.

Le député Les Républicains Thierry Solère a la lourde tache d'organiser la primaire de la droite et du centre
Crédit : AFP / Lionel Bonaventure
Le député Les Républicains Thierry Solère a la lourde tache d'organiser la primaire de la droite et du centre

Alain Juppé, Jean-François Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet... À l'heure actuelle, ils sont neuf sur la ligne de départ fictive de la primaire de la droite et - a priori - du centre. En revanche, tous ne sont pas assurés de se hisser sur la ligne de départ réelle. En effet, la charte de la primaire, qui aura lieu les 20 et 27 novembre 2016, exige des candidats le soutien "d'au moins 2.500 adhérents du parti Les Républicains, répartis sur au moins quinze fédérations départementales", "d'au moins 250 élus, répartis sur au moins 30 départements" et de 20 parlementaires.

Le document publié ne précise pas quelles doivent être les convictions politiques des parrains. Un flou qui ne convient pas à Luc Chatel. Dans le cadre d'une réunion du comité d'organisation de la primaire, ce soutien affiché de Nicolas Sarkozy a souhaité revenir sur les règles de parrainage, selon le quotidien Libération. "Selon Chatel, il conviendrait de corriger de toute urgence ces règles afin que seuls les élus encartés au parti Les Républicains puissent parrainer les candidats à la primaire." Contacté par RTL.fr, Thierry Solère, président de la Commission nationale d'organisation de la primaire, a tenu à préciser que "Luc Chatel n'a pas demandé que seuls des élus Les Républicains soient parrains. Il a soulevé la question".

Il n'y a rien d'incohérent à demander aux parrains de partager les valeurs républicaines de la droite et du centre

Thierry Solère

Bien que la charte ait été rendue publique après des mois de réflexion, Thierry Solère ne voit aucun problème à la modifier : "Elle peut toujours être affinée. Les électeurs français signeront la charte pour voter, on demande la même chose aux candidats à la candidature. Il n'y a donc rien d'incohérent à demander aux parrains de partager les valeurs républicaines de la droite et du centre." Le bureau politique, qui se réunira mardi 22 mars en présence de tous les candidats à la candidature, statuera.

Nathalie Kosciusko-Morizet comptait sur des parrainages extérieurs

Restreindre les parrainages aux seuls élus Républicains rendrait difficile la candidature de Nathalie Kosciusko-Morizet, peu populaire au sein de son parti. Le 15 décembre, elle quittait précipitamment son poste de numéro deux du parti dirigé par Nicolas Sarkozy à cause d'une incompréhension concernant les indications de vote au second tour des élections régionales en cas de duel Parti socialiste-Front national.

Pour Thierry Solère, la précision apportée à la charte ne modifierait "rien sur le fond". Selon lui, "un communiste ne serait pas le parrain d'un candidat de la droite et du centre." Les proches de NKM ne partagent pas le même diagnostic. Dans une interview accordée à Marianne, Jérôme Peyrat, l'un des proches de la députée de l'Essonne, pariait sur des soutiens venus d'autres horizons. "Nous irons à l'UDI demander aux députés de la parrainer. Il y a même quelques écologistes (François de Rugy, ndlr) avec qui nous pouvons travailler", expliquait-il au lendemain de l'annonce de sa candidature. La signature de la charte de la droite et du centre pourrait compliquer ce rapprochement.

En l'absence de l'UDI, la primaire reste celle de la droite et du centre

Par la voix de Jean-Christophe Lagarde, l'UDI a fait savoir qu'elle ne participerait pas à la primaire dans l'état actuel des choses. Le président de la formation centriste a fait savoir que Nicolas Sarkozy n'avait pas répondu à l'un de ses courriers dans lequel il présentait ses attentes, notamment en ce qui concerne le nombre de circonscriptions réservées aux centristes pour les législatives de 2017. Le maire de Drancy (Seine-Saint-Denis) aimerait obtenir entre "un tiers et un quart" des investitures.

Même en l'absence de l'UDI, Thierry Solère a assuré que "les Républicains est le parti de la droite et du centre, le rassemblement de la droite et du centre. On organise une primaire : si d'autres formations politiques veulent se joindre à nous, elles peuvent le faire. Je serai ravi que les centristes viennent."

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7782434089
Primaire Les Républicains : les parrains des candidats à la candidature devront-ils signer la charte ?
Primaire Les Républicains : les parrains des candidats à la candidature devront-ils signer la charte ?
ÉCLAIRAGE / INTERVIEW - Un bureau politique aura lieu le 22 mars pour décider si, oui ou non, les parrains des candidats doivent signer la charte.
http://www.rtl.fr/actu/politique/primaire-les-republicains-les-parrains-des-candidats-a-la-candidature-devront-ils-signer-la-charte-7782434089
2016-03-19 08:36:49
http://media.rtl.fr/cache/yAiOgeXQ5PYUeqs2mQhY-w/330v220-2/online/image/2016/0119/7781445893_c-est-le-depute-les-republicains-thierry-solere-qui-a-la-lourde-tache-d-organiser-la-primaire-de-la-droite-et-du-centre.jpg