François Hollande : la course contre la montre du président dans l'inversion de la courbe du chômage

HOLLANDE 2016 (1/4) - François Hollande n'a plus beaucoup de temps pour inverser la courbe du chômage. Le chef de l'État a développé un plan d'urgence avec des mesures qui entreront en application rapidement.

François Hollande, le 12 janvier 2016
Crédit : POOL / AFP
François Hollande, le 12 janvier 2016

La promesse doit se réaliser. À un an de la fin de son mandat, François Hollande met les bouchées doubles afin d'inverser la courbe du chômage. Dans ses vœux du 31 décembre, le président de la République a dressé le constat que le pays se trouvait dans "un état d'urgence économique et social", venant s'ajouter à l'état d'urgence "sécuritaire". "La lutte contre le chômage reste la première priorité", assure-t-il.
 
Même assurance du côté du gouvernement. Selon Manuel Valls, le nombre de demandeurs d'emploi va baisser en 2017. Après avoir expliqué que les créations d'emplois attendues ne permettront pas d'inverser la courbe du chômage, Myriam El Khomri a finalement déclaré que "la courbe du chômage s'inversera en 2016". "Pour l'instant, nous sommes dans une phase de stabilisation (…) mais le chômage des jeunes a diminué de 25.000 sur la dernière année, donc nous voyons bien que sur le chômage des jeunes, la politique que nous menons, produit des résultats", a-t-elle ajouté.

Un plan d'urgence "pour aller plus vite, plus loin"

L'année 2016 sera donc marquée par ce qui semble être "une grande réforme audacieuse", comme l'explique la ministre du Travail. "Il faut que ça aille vite et que ça se voit", confiait-on à l'Élysée. Dans les médias, le gouvernement ne cache pas non plus sa précipitation, comme le précise celle qui a succédé à François Rebsamen, rue de Grenelle : "Le mouvement pour aller plus vite, plus loin pour mieux répondre aux territoires afin que le chômage en France, recule durant l'année 2016" Et pour cause, ces mesures doivent s'appliquer dès le 1er février.
 
Dans ses vœux, le président de la République a abordé les premières pistes à l'étude, avant de présenter un ensemble plus détaillé ce 18 janvier prochain. Au programme : un plan de formation professionnelle destiné aux chômeurs mais aussi aux jeunes, la délicate réforme du Code du travail et le renforcement de l'apprentissage.

En préparation, Manuel Valls a reçu les organisations syndicales et patronales, lundi 11 janvier, à Matignon. Le Premier ministre leur a demandé de "dépasser les postures", dans le but de trouver "des solutions d'avenir" pour redresser le régime de l'assurance. Le patronat souhaite l'assouplissement du contrat de travail et des licenciements. Selon Pierre Gattaz, le président du Medef, "le marché du travail est bloqué en France. On a peur d'embaucher parce qu'on ne sait pas licencier". Du côté de la CGT, le premier secrétaire Philippe Martinez estime que l'Hexagone est dans la logique que le "travail est un coût et qu'il faut réduire le nombre de gens au travail et augmenter la productivité. On est dans la logique que les salariés sont des variables d'ajustement pour augmenter les bénéfices des actionnaires", à l'antenne de RTL.

Des mesures de façade à un an de la présidentielle ?

Cependant, ces mesures urgentes ne séduisent pas l'opposition. Jean-Pierre Raffarin déplore que "l'état d'urgence" sur l'emploi ne soit "toujours pas décrété". Sur les premières pistes dévoilées, l'ancien premier ministre s'est dit "d'accord pour l'allègement des charges", mais attend "de voir ce qui va être exactement proposé. Fondamentalement, on a un problème d'investissement, donc il faut pouvoir aiguiller l'épargne vers les entreprises".
 
Selon François Lenglet, éditorialiste chez RTL, "sur les onze premiers mois de 2015, le nombre de sans emploi a progressé de 75.000 personnes. Vous mettez 100.000 personnes en formation et le tour est joué. La fameuse promesse du président, qui concernait l'année 2013, il faut le rappeler, serait enfin mise en œuvre en 2016".

Il qualifie ainsi cette stratégie de "cynisme total". "On sort des chômeurs des listes de Pôle emploi mais rien ne change dans la réalité. C'est ce qui s'appelle repeindre la façade. C'est très utile avant l'élection. Plus sérieusement, rien n'empêche de penser qu'on va faire d'une pierre deux coups : habiller les chiffres et en même temps former les chômeurs qui en ont besoin. Pour quelqu'un qui est sans emploi, la formation n'est pas la garantie de retrouver un travail, mais cela multiplie par deux les chances de réinsertion professionnelle", ajoute-t-il au micro de RTL.

Hollande 2016
La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781321975
François Hollande : la course contre la montre du président dans l'inversion de la courbe du chômage
François Hollande : la course contre la montre du président dans l'inversion de la courbe du chômage
HOLLANDE 2016 (1/4) - François Hollande n'a plus beaucoup de temps pour inverser la courbe du chômage. Le chef de l'État a développé un plan d'urgence avec des mesures qui entreront en application rapidement.
http://www.rtl.fr/actu/politique/francois-hollande-la-course-contre-la-montre-du-president-dans-l-inversion-de-la-courbe-du-chomage-7781321975
2016-01-14 08:30:00
http://media.rtl.fr/cache/FRfcZ5E18YCqqgAeMlAqpQ/330v220-2/online/image/2016/0113/7781322727_francois-hollande-le-12-janvier-2016.jpg