4 min de lecture François Fillon

Affaire Penelope Fillon : pourquoi le Front national reste-t-il discret ?

ÉCLAIRAGE - Alors que la classe politique commente vigoureusement l'information du "Canard Enchaîné", le parti présidé par Marine Le Pen reste en retrait.

Marine Le Pen et Florian Philippot, le 20 octobre 2016
Marine Le Pen et Florian Philippot, le 20 octobre 2016 Crédit : CHAMUSSY/SIPA
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
et AFP

Le doute plane sur François et Pénélope Fillon. Le Canard Enchaîné a dévoilé, mercredi 25 janvier, que l'épouse du candidat à l'élection présidentielle aurait perçu 500.000 euros bruts, entre 1998 et 2012, en tant qu'attachée parlementaire de son mari. Certains collègues n'ont toutefois aucun souvenir de son passage


Le parquet national financier a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire sur des soupçons d'emploi fictif de Penelope Fillon. L'enquête a été ouverte pour "détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits" et confiée à l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), a précisé le parquet dans un communiqué. 

Les réactions de la classe politique sont nombreuses. Stéphane Le Foll estime que l'ancien premier ministre "doit répondre" aux accusations du journal. "Est-ce que c'est légal ? Oui, il n'y a rien qui interdit à un parlementaire de pouvoir embaucher quelqu'un de sa famille, c'est la réalité du droit", a-t-il déclaré. Yannick Jadot, candidat à l'élection présidentielle, ironise : "Est-ce que vous imaginez Madame de Gaulle accepter un contrat d'emploi fictif financé par l'ensemble des contribuables ?". Il reprend ainsi la formule utilisée par François Fillon à l'encontre de Nicolas Sarkozy. Qu'en est-il du Front national ?

À lire aussi
François Fillon a voté dans le VIIème arrondissement de Paris François Fillon
François Fillon a trouvé un nouveau travail, loin de la politique

Je ne l'accable pas, je ne l'accuse pas, il faut donner des explications

Florian Philippot
Partager la citation

C'est en fin de journée que Florian Philippot a demandé à François Fillon de "s'expliquer" sur la polémique, sur iTélé : "Pour le candidat autoproclamé de la probité, de l'honnêteté, il y a mieux. Je ne l'accable pas, je ne l'accuse pas, il faut donner des explications, or les premières explications qu'on a eues, dire que c'est 'misogyne', ce n'est pas convaincant (...) Il n'y a aucune explication sur le fond, il est suspecté d'emplois fictifs, il doit nous dire ce que (Penelope Fillon) a fait pendant 8 ans, ce qui justifie ses 500.000 euros de salaire, il doit nous donner sa version". 

Ces déclarations sont intervenues après que l'ancien premier ministre a déclaré dans un communiqué qu'il souhaitait "être reçu" par le parquet financier "dans les plus brefs délais. Il a ajouté : "Je me battrai pour que triomphe la vérité et pour défendre mon honneur. Ceux qui ont pensé m'atteindre doivent être certains de ma détermination".

Soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen

Le parti a dû redoubler de vigilance à propos des commentaires sur cette polémique. Il fait lui-même l'objet d'une enquête pour des soupçons d'emplois fictifs de ses assistants au Parlement européen. Comme le rappelle l'AFP, le parquet avait été saisi par le Parlement européen après les élections de mai 2014, remportées par le parti d'extrême droite en France, qui avait envoyé 24 élus au Parlement de Strasbourg, avec près de 25% des suffrages.


À cette époque, les soupçons portaient sur les conditions dans lesquelles étaient employés et payés 20 assistants d'élus frontistes au Parlement européen, car leurs noms apparaissaient aussi sur le dernier organigramme du parti en France. Ces doubles inscriptions laissaient supposer que les personnes pouvaient être affectées à d'autres tâches que le travail parlementaire tout en étant rémunérées par les fonds européens. 

339.946 euros pour Marine Le Pen

En parallèle du parquet, l'Organisme antifraude de l'Union européenne (Olaf) a mené ses propres investigations. Résultat : il a demandé en août au Parlement européen de recouvrer 339.946 euros auprès de Marine Le Pen, une somme correspondant aux salaires versés à deux de ses assistants parlementaires, comme le souligne Le Huffington Post. Il s'agissait de Thierry Légier en 2011 et de Catherine Griset de 2010 à 2016. Le premier est connu pour avoir longtemps été le garde du corps de Jean-Marie Le Pen, avant de devenir celui de Marine Le Pen, tandis que la seconde a été chef de cabinet de la présidente du FN au sein du parti. L'avocat de la présidente du Front national avait annoncé un recours.

Le Parlement européen a également réclamé 320.000 euros à Jean-Marie Le Pen, pour la période 2009-2014. "À son corps défendant, Jean-Marie Le Pen rembourse tous les mois. Il est prélevé à la source et de façon discrétionnaire, arbitraire pour ne pas dire totalitaire, au mépris des recours intentés, de la moitié de son traitement de parlementaire et de la totalité de ses frais de secrétariat, soit 7.000 euros par mois", a affirmé son avocat, Me Frédéric Joachim. 

Des réactions mitigées

De son côté, François Fillon a qualifié l'information du Canard Enchaîné de "boules puantes". "Je suis scandalisé par le mépris et par la misogynie de cet article (...) Alors, parce que c'est mon épouse, elle n'aurait pas le droit de travailler ? Imaginez un seul instant qu'un homme politique dise qu'une femme, comme le dit cet article, ne sait faire que des confitures. Toutes les féministes hurleraient !", a-t-il ajouté. 


Ce sont ces déclarations que le Front national a choisi de commenter. David Rachline a estimé sur Twitter que l'explication du candidat de la droite et du centre était "vaseuse". Florian Philippot a quant à lui estimé qu'elle était "terriblement faible". Jean-Marie Le Pen a aussi donné son avis sur le réseau social : "Le parquet national financier a une fâcheuse tendance à abuser de ses enquêtes préliminaires qui sont sans contrôles, ni limites". Marion Maréchal-Le Pen s'est contentée de partager un article du site parodique Le Gorafi, titré "François Fillon : 'Je vais fusionner 500.000 postes de fonctionnaires en un seul, et il sera pour ma femme'".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Fillon Présidentielle 2017 Front national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786923059
Affaire Penelope Fillon : pourquoi le Front national reste-t-il discret ?
Affaire Penelope Fillon : pourquoi le Front national reste-t-il discret ?
ÉCLAIRAGE - Alors que la classe politique commente vigoureusement l'information du "Canard Enchaîné", le parti présidé par Marine Le Pen reste en retrait.
http://www.rtl.fr/actu/politique/affaire-penelope-fillon-pourquoi-le-front-national-reste-t-il-discret-7786923059
2017-01-26 10:57:00
http://media.rtl.fr/cache/jBFQ5NMp75P_N2AVI-O8Lw/330v220-2/online/image/2016/1028/7785490922_marine-le-pen-et-florian-philippot-le-20-octobre-2016.jpg