3 min de lecture Renaud Lavillenie

Renaud Lavillenie, toujours plus haut

PORTRAIT - Renaud Lavillenie est devenu le nouveau recordman du saut à la perche en salle. Un exploit pour le Français, au gabarit quelconque, qui a toujours cherché à battre tous les records.

Renaud Lavillenie bat le record du monde de saut à la perche à Donetsk, le 15 février 2014
Renaud Lavillenie bat le record du monde de saut à la perche à Donetsk, le 15 février 2014 Crédit : AFP / Alexander KHUDOTEPLY
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

À côté de Sergueï Bubka, il est tout fin, plus petit et moins impressionnant avec son mètre 77 et ses 70 kilos. Et pourtant, Renaud Lavillenie l'a battu, lui et son record du monde de saut à la perche vieux de 21 ans. En franchissant dès son premier essai une barre placée à 6,16 mètres de hauteur, le Français est entré dans l'histoire du sport en devenant l'homme le plus haut de la planète, samedi 15 février à Donetsk, sur les terres de l’Ukrainien qui l'a adoubé juste après cette envolée fantastique dans les airs.

"Une nouvelle ère dans ce sport est arrivée. Nous nous attendions à cet évènement et nous sommes ravis que cela se soit passé précisément ici, à Dontesk", a lâché Bubka qui organisait le meeting et avait récemment trouvé que son successeur pouvait battre son record "dès cette année". Il avait donc vu juste.

"Il n'est pas le plus fort, pas le plus grand, pas le plus rapide. Il fait 11 secondes sur 100 mètres, rien d'exceptionnel. Mais avec une perche à la main, il devient fort. Faire mieux que Bubka c'est comme aller plus vite qu'Usain Bolt ou avoir de meilleures stats que Michael Jordan. Il détrône une légende. Ce type est bluffant", expliquait à l'AFP et à RTL Jean Galfione.

2009, la révélation

Si l'exploit de l'athlète auvergnat est incontestablement énorme, c'est finalement une consécration logique et amplement méritée pour la carrière de cet homme au palmarès quasi complet et en constante progression. C'est simple, à part le titre aux championnats du monde en plein air qui lui échappe sans cesse, il a tout gagné.

À lire aussi
Renaud Lavillenie à Zurich le 29 août 2019 Jeux Olympiques
JO 2020 reportés : "Ça ne va rien changer à ma motivation", assure Lavillenie

De sacrés résultats qu'il enchaîne depuis 2009, une année charnière pour lui. Depuis cette date, il se retrouve sur tous les podiums majeurs. Surtout, c'est à ce moment là qu'il explose complètement, s'empare du record de France détenu par Galfione et franchit pour la première fois les 6 mètres.

Un sacre olympique libérateur

Puis en 2012, son sacre aux JO de Londres au terme d'une finale dantesque a été le deuxième déclic, lui ayant permis de toucher le Graal à Donetsk. "Je suis plus détendu depuis. Avant les Jeux, il y avait la pression parce que je n'avais pas le droit de perdre. J'ai toujours confiance en moi, mais ça m'a permis de prendre plus d'assurance dans ce que je fais, de libérer les choses. Derrière, on n'a plus la pression de se dire : je n'ai pas de titre majeur. Ça libère en tout", reconnaissait-il.

Une fois la victoire assurée aux Jeux Olympiques, lui qui était déjà le meilleur perchiste de France avec 6,03 mètres, avait tenté 6,07 m. Sans succès. Il remettait ensuite le couvert en 2013 aux championnats du monde. Là encore, ce fut un échec.

>
La finale des Jeux Olympiques 2012

Une passion familiale

Mais à force de persévérer, le Charentois était parvenu, en janvier 2014, à créer la sensation en atteignant coup sur coup 6,04 m puis 6,08 m à Rouen. Il avait alors senti qu'il pouvait s'attaquer au record de Bubka mais sa tentative avait échoué. Deux semaines plus tard, il passait finalement ces 8 centimètres de plus.

Même s'il pouvait logiquement sembler être obsédé par ces 6,16 mètres, Renaud Lavillenie assurait qu'il n'était pas "animé par la destinée d'être champion et de vouloir gagner" mais "purement par passion". Rien d'étonnant pour le natif de Barbezieux-Saint-Hilaire, né dans une famille marquée par cette discipline depuis des générations. Pour preuve, son frère, Valentin, atteignait 5,50 mètres malgré sa dernière place l'an passé à Moscou tandis que dans le passé, son grand-père entraînait son père Gilles.

6,21 mètres dans le viseur

En tout cas, même s'il est désormais le nouveau maître du saut à la perche, le surnommé "Airlavillenie" par ses fans peut encore avoir comme objectif d'aller enlever le record en plein air, toujours détenu par le "Tsar" Bubka depuis juillet 1994. De toute façon, le Français a d'ores et déjà assuré qu'il était prêt à s'élever dans le ciel "au moins jusqu'en 2020".

Ce ne sont probablement pas des paroles en l'air. Juste après sa prouesse, il a tenté dans l'euphorie de signer 6,21 mètres. Il a malheureusement à peine décollé du sol et s'est blessé au pied gauche. Qu'importe, il a surtout montré qu'il ne comptait pas s'arrêter en si bon vol...

Le palmarès de Lavillenie

Jeux Olympiques : 1er (2012)
Championnats du monde en salle : 1er (2012)
Championnats du monde en plein air : 2e (2013), 3e (2009, 2011)
Championnats d'Europe en plein air : 1er (2010, 2012)
Championnats d'Europe en salle : 1er (2009, 2011, 2013)
Champion de France en plein air : 2010, 2012, 2013
Champion de France en salle : 2010, 2011, 2012, 2013

Record du monde en salle : 6,16 m (à Donetsk le 15/02/2014)
Record de France en plein air : 6,02 m (à Londres le 26/07/2013)

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Renaud Lavillenie Athlétisme Sport
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants