1. Accueil
  2. Sport
  3. Nicolas Anelka entendu par la justice belge pour évasion fiscale
2 min de lecture

Nicolas Anelka entendu par la justice belge pour évasion fiscale

La justice belge s'intéresse à Nicolas Anelka. Le Français a été entendu en 2011 dans une enquête financière s'intéressant à des sociétés écrans.

Nicolas Anelka sous les couleurs de West Bromwich Albion en janvier 2014
Nicolas Anelka sous les couleurs de West Bromwich Albion en janvier 2014
Crédit : AFP/O.Greenwood
micros
La rédaction numérique de RTL

Nicolas Anelka est encore dans la tourmente. Mis en accusation par la Fédération anglaise de football pour une "quenelle" réalisée en décembre de West Bromwich Albion, le footballeur français a été entendu en 2011 par la justice belge dans le cadre d'une enquête judiciaire, d'après "L'Echo" de ce mercredi 22 janvier.

Le joueur a été cité "en tant que témoin" dans cette affaire, qui découle d'une plainte déposée en avril 2011. Cette accusation vise la femme d'Anelka, Barbara, d'origine belge, et un proche de cette dernière, un certain "S.D.". La justice devrait prochainement s'exprimer sur ce dossier, actuellement en délibéré.

Le plaignant, identifié par ses initiales, "F.R.", estime avoir été spolié dans le cadre d'investissements réalisés par des sociétés holdings créées par "S.D." avec un capital de 165.000 euros. Elles sont basées au Delaware, un État américain réputé pour sa tolérance fiscale. Les enquêteurs cherchent donc à savoir si ces entreprises ont été utilisées pour échapper au fisc belge.

"Il n'y a rien", dit l'avocat d'Anelka

Toujours selon le journal belge, Nicolas Anelka est actionnaire à hauteur de 9% et administrateur de D39S, une autre société belge également fondée par "S.D". L'épouse du joueur détient 40% des parts de la société privée à responsabilité limitée, dans laquelle 430.000 euros ont été investis en 2011 et 2012.

À lire aussi

"S.D. a fait l'objet d'une inculpation et, comme il y a eu un transfert d'argent de Nicolas Anelka vers le compte de S.D., il a été interrogé en tant que témoin", a expliqué à l'AFP Jean-Philippe Mayence, l'avocat de l'ancien avant-centre des Bleus.

"On peut comprendre que les enquêteurs se demandaient pourquoi Anelka investissait dans la région de Charleroi, mais cela s'explique par le lien d'amitié, ou qu'ils aient cherché à savoir s'il n'avait pas été spolié. Anelka a expliqué qu'il avait simplement investi dans cette société, qu'il n'avait rien fait de litigieux et qu'il n'était pas victime" d'une escroquerie, a souligné Me Mayence, pour qui "il n'y a rien" dans ce dossier.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.