2 min de lecture Edinson Cavani

Le PSG a déroulé face à Reims et peut se tourner vers Chelsea

COMPTE-RENDU - Le Paris Saint-Germain s'est imposé 3-0 sur son terrain face à Reims lors de la 32e journée de Ligue 1, et peut se pencher maintenant vers Chelsea.

Giannelli Imbula face à Ajaccio, le 4 avril 2014
Giannelli Imbula face à Ajaccio, le 4 avril 2014 Crédit : AFP/ A.C.Poujoulat
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Les remplaçants ont assuré. C'est clairement ce qui ressort de la victoire du Paris Saint-Germain sur son terrain face à une équipe du Stade de Reims qui n'a pas montré beaucoup de cœur à l'ouvrage, à l'image de Mandi, impliqué sur 2 buts. Alors que 8 joueurs avaient changé par rapport au 11 aligné contre Chelsea, le PSG a montré qu'il était collectivement huilé et capable d'assurer le minimum.

Le club de la capitale n'a pas forcé, et a su se montrer sérieux pour ne pas se faire de frayeur et arriver en parfaite condition physique et mentale pour son rendez-vous de l'année face aux Blues.

Un collectif qui tourne

Comme prévu, Laurent Blanc a largement fait tourner son 11 de départ, avec seulement 3 titulaires du match aller face à Chelsea : Thiago Silva, Cavani et Sirigu. Ménez, Rabiot, Cabaye et Digne eurent le droit de s'ébrouer sous le soleil parisien. Tous ces changements n'ont pas forcément perturbé le PSG, qui a dès l'entame installé son jeu de possession et obtenait vite un coup franc que Digne envoya dans le mur. Mais la première véritable alerte était signée Cavani à la 15e minute, qui coupa au premier poteau un corner de Lucas qu'Agassa boxa sur sa ligne. Paris avait sa possession habituelle mais manquait de percussion et de changement de rythme.
 
Reims, à l'affût, tentait de mettre des banderilles, comme celles de Fortes dont la frappe enveloppée passait légèrement au-dessus de la lucarne de Sirigu (22e). Pastore, à 18 mètres, et Rabiot de plus loin tentaient de battre Agassa mais les frappes n'étaient pas cadrées. Paris hoquetait et son jeu ne trouvait pas les attaquants. On cherchait toujours les ailiers Ménez et Lucas à la demi-heure de jeu, le Brésilien se faisant même reprendre par Tacalfred alors qu'il allait se présenter devant le gardien, seul, en contre. Et comme souvent, c'est à l'usure que le PSG a eu son adversaire. Lancé dans son couloir droit, Van der Wiel centra à ras de terre pour Cavani qui marquait de la cuisse (44e), et le PSG virait en tête à la pause.

Une gestion de patron

La machine parisienne n'allait pas traîner ensuite pour se mettre à l'abri. Digne adressa un centre parfait vers le second poteau, Lucas se détendit pour placer une tête croisée qui rentra avec l'aide du poteau...et de Mandi. Les chevaux étaient lâchés et Cavani aurait pu signer un doublé lorsqu'en trois passes les Parisiens remontèrent le terrain et Pastore servit l'Uruguayen. Face au but, l'ancien Napolitain ouvrit trop son pied et la balle passait à côté. A l'heure de jeu, Lavezzi remplaça Cavani, signe que le match était plié et que le turnover pouvait commencer.
 
Reims n'allait plus vraiment pousser et Paris confisquait le ballon du haut de ses 62% de possession pour terminer le match en roue libre, glanant même un troisième but lorsque Mandi renvoya une frappe molle de Lavezzi dans sa propre lucarne. Le PSG a donc encore une fois montré que personne ne pouvait le titiller lorsqu'il était appliqué, même lorsque les remplaçants sont lancés dans le grand bain. Il est vrai que les Rémois n'ont pas vraiment mis d'intensité, celle-là même qui ne manquera pas mardi soir sur le terrain de Stamford Bridge.

La rédaction vous recommande
Concours
Lire la suite
Edinson Cavani Ligue 1 Conforama Ligue 1
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants