1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Super Ligue : pour Maracineanu, elle "augmente la fracture entre les clubs riches et les autres"
2 min de lecture

Super Ligue : pour Maracineanu, elle "augmente la fracture entre les clubs riches et les autres"

INVITÉE RTL - La ministre déléguée en charge des Sports appelle les deux principales instances dirigeantes du football, l'UEFA et la Fifa, à agir contre la mise en place d'une ligue fermée avec les plus grands clubs européens.

La ministre française des Sports Junior Roxana Maracineanu, à l'Assemblée nationale à Paris.
La ministre française des Sports Junior Roxana Maracineanu, à l'Assemblée nationale à Paris.
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
La Super Ligue "augmente la fracture entre les clubs riches et les autres", dénonce Maracineanu
04:29
Agnès Bonfillon

Le séisme dans le monde du football est tel qu'il pousse à des réactions jusque dans l'exécutif. Ce dimanche 18 avril, douze clubs européens, six en Angleterre (Arsenal, Chelsea, Tottenham, Liverpool, Manchester City et Manchester United), trois en Italie (l'AC Milan, l'Inter Milan et la Juventus de Turin) et trois en Espagne (L'Atlético de Madrid, le Real Madrid et le FC Barcelone) ont annoncé leur projet de créer une Super Ligue européenne, en partie fermée, et qui concurrencerait la Ligue des champions.

Une formule qui rendrait compliqué, voire impossible, pour les plus petits clubs d'accéder aux sommets européens. "Les clubs européens les plus forts proposent d'augmenter la fracture entre les clubs les plus riches et les autres", s'est indignée sur RTL Roxana Maracineanu, ministre déléguée en charge des Sports.
"Ces changements annoncés ne semblent pas tenir compte de l'histoire du football ou du respect des supporters", a-t-elle poursuivi. Côté français, le Paris Saint-Germain n'a pour l'instant pas annoncé sa participation à la compétition, il est l'absent le plus important au côté du Bayern Munich. Un choix salué par la ministre : "La position du PSG pour le moment a été suffisamment clair pour dire : 'Nous on ne mange pas de ce football là'. Il faut tenir le coup face aux pressions de l'argent, je leur fais confiance pour garder cette ligne."

De très nombreuses instances, dont l'UEFA, la Fifa, mais aussi la Commission européenne, se sont insurgées contre ce projet de Super League. Une opposition qui pourrait même pousser une action de l'exécutif : "Les pouvoirs politiques sont souvent réticents à intervenir dans le sport, mais si c'est le seul moyen de réguler les choses, peut-être qu'il faut y songer", a lancé Roxana Maracineanu. La ministre a évoqué la possibilité de voir les États, au niveau européen, "sécuriser" les possibles sanctions de l'UEFA, parmi lesquelles pourrait figurer l'interdiction pour les joueurs de Super Ligue de jouer avec leur sélection.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/