1 min de lecture Ligue 1 Uber Eats

PSG-OM : le Classique a basculé en "une soirée qui fait honte"

La soirée de dimanche 13 septembre a été marquée par le match PSG-OM, qui a donné une piètre image du football français sur tous les plans.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
PSG-OM : le Classique a basculé en "une soirée qui fait honte" Crédit Image : FRANCK FIFE / AFP | Crédit Média : Philippe Sanfourche / RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe Sanfourche
Philippe Sanfourche édité par Ryad Ouslimani

Un match insipide, marqué par des bagarres, des cartons rouges (5), et à la fin des accusations de racisme envers le Marseillais Alvaro. Le Classique de dimanche 13 septembre laisse un goût amer aux fans de football, au point que Vincent Duluc, journaliste de L'Équipe, évoque une "soirée qui fait honte" au football français. De quoi presque occulter la victoire de l’OM. 

Les éducateurs évoquent ainsi un exemple déplorable pour les jeunes joueurs, quand les nostalgiques de l’ère Tapie-Denisot retrouvent le parfum épicé des classiques d’antan. Quant aux acteurs du match, comme l’entraîneur marseillais André Villas-Boas, on regrette les coups mais on relativise les noms d’oiseaux. "Ce sont des insultes normales ! Tuchel m’a dit de jouer au loto, je lui ai dit : ‘Toi tu as joué au loto contre l’Atalanta ?'", a raconté le Portugais en référence à la victoire miraculeuse du PSG en Ligue des champions face à Bergame, dans les arrêts de jeu. 

Le chambrage, qui fait partie des ingrédients du Classique, a donc eu sa place avant et après le match. Mais si les accusations de racisme proférées par Neymar contre Alvaro sont avérées, là le coach olympien ne cautionne pas. "Évidemment, il n’y a pas de place pour le racisme dans le foot. Mais je ne pense pas que c’était le cas", a réagi Villas-Boas. 

En tout cas, au jeu des provocations, le PSG a tout perdu en voulant faire payer à l’OM sa finale ratée en Ligue des champions. Une agressivité non maîtrisée, des images de violence qui n’auront pas plu à l’actionnaire qatari, très soucieux de l’image renvoyée. Du côté de la ministre des Sports, elle s’est dite "indignée" par les banderoles injurieuses des supporters parisiens. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ligue 1 Uber Eats Paris Saint-Germain Olympique de Marseille
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants