2 min de lecture CAN

CAN 2019 : la liesse des supporters de l'Algérie, après sa victoire face au Sénégal

Sur les Champs-Élysées à Paris, dès la fin de la finale de la CAN, des grappes de supporters ont débarqué sur "la plus belle avenue du monde", vendredi 19 juillet.

Des supporters de l'Algérie, le 19 juillet 2019 à Paris
Des supporters de l'Algérie, le 19 juillet 2019 à Paris Crédit : Bertrand GUAY / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

Fumigènes, klaxons, moteurs vrombissant et foule en liesse... Les supporters des "Fennecs" algériens ont envahi vendredi 19 juillet les rues, de Marseille à Lyon, Paris, Lille ou Strasbourg, pour célébrer la victoire des leurs en finale de la Coupe d'Afrique des Nations, 29 ans après leur précédent titre continental.

Pendant tout le match, la Canebière et les artères voisines, au cœur du centre-ville populaire de Marseille, étaient bondées. Sur les panneaux de signalisation, les conteneurs à poubelles, sur tous les trottoirs, les supporters, algériens dans leur grande majorité, malgré la présence de quelques fans sénégalais, se sont entassés pour suivre la rencontre sur les écrans géants sortis par tous les cafetiers du quartier.

Dès le coup de sifflet final, contournant un cordon de policiers casqués et harnachés, une marée humaine a commencé à déferler vers le Vieux Port, qui, feu d'artifice du 14 juillet oblige, avait été interdit aux supporters algériens lors de la demi-finale remportée face au Nigeria. 

A quelques centaines de kilomètres, les mêmes scènes se répètent à Lyon. Le coup de sifflet final, dans le quartier de la Guillotière, entraîne un déchaînement de youyous, pétards, feux d'artifice et fumigènes. Des supporteurs au guidon de scooters font crisser leurs pneus sous les acclamations de la foule. Beaucoup de téléphones allumés immortalisent l'événement.

Liesse sur les Champs-Élysées

À lire aussi
Junior Agogo (gauche) et le gardien Mark Schwarzer lors d'un match entre le Ghana et l'Australie football
L'international ghanéen Junior Agogo est décédé à l'âge de 40 ans

Sur les Champs-Élysées à Paris, dès la fin du match, des grappes de supporters débarquent sur "la plus belle avenue du monde", aussi soudainement que le but qui a assommé les Sénégalais dès les premières minutes du match.

Devant la bouche de métro, Bianca, Imene et Farrah ont regardé tout le match sur leur portable, déjà positionnées pour faire la fête. "On avait confiance en nos joueurs !" s'exclame Bianca, 20 ans. "On a gagné. J'aime mon pays, oualah, c'est magnifique !" exulte la jeune fille, aux anges.

Encore plus au nord, encore plus loin de l'Algérie, la joie est similaire à Metz et Strasbourg, ou à Lille: dans la capitale des Flandres, de partout monte la clameur "One, two, three, viva l'Algérie!", accompagné de hurlements de bonheur, d'un défilés de klaxon, de bruits de pétards mais aussi de nombreux crépitements de feux d'artifice venant de divers endroits.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
CAN Football Supporters
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants