3 min de lecture Équipe de France de football

Karim Benzema explique pourquoi il ne veut pas chanter "La Marseillaise"

Dans un entretien accordé à "Vanity Fair" en Espagne, l'attaquant du Real Madrid fait le point sur sa situation vis à vis des Bleus.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Karim Benzema ne veut pas chanter La Marseillaise, qui "appelle à faire la guerre" Crédit Image : AFP / Archives, Franck Fife | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot

En début de cette revue de presse du mercredi 18 avril, le retour fracassant de Karim Benzema. "L'enfant terrible du football français", comme le rappelle Le Point ce matin, accorde une grande interview au Vanity Fair version espagnole, et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il va droit au but. Il rallume la machine à polémique, remet une pièce dans le jukebox écrit 20 minutes.

Sur "La Marseillaise" d'abord, le joueur explique enfin pourquoi il a toujours refusé de la chanter. Pas par antipatriotisme ? Non. "La Marseillaise, dit-il, si vous l'écoutez bien, appelle à faire la guerre, et ça ne me plait pas". Sur son site internet, Le Figaro fait ce matin remarquer que la défense de Benzema sur ce point a évolué. 

En 2013, rappelle le journal, le prodige du ballon rond plaidait pour la liberté individuelle. "On ne va pas me forcer à chanter", disait il à l'époque, avant de pointer du doigt Zinédine Zidane qui ne chantait pas non plus en son temps.

Sa suspension en Bleu serait "politique"

Dans Vanity Fair, Karim Benzema revient aussi sur l'autre polémique qui empoisonne sa carrière, et qui a d'ailleurs mis fin à son parcours en équipe de France, l'affaire de chantage à la sex tape sur Mathieu Valbuena. Il s'insurge notamment contre Manuel Valls qui fin 2015 avait estimé que les conditions n'étaient pas réunies pour un retour en équipe de France.

À lire aussi
Des supporters des Bleus lors du match de l'équipe de France contre les États-Unis, samedi 9 juin. football
Euro 2020 : comment acheter des places pour cet été ?

"Quand un premier ministre parle de toi, lâche-t-il aujourd'hui, ce n'est plus du football". Et de poursuivre : "Je pense que dans mon cas, si j'ai été puni c'est pour des raisons politiques. Il ne faut pas mélanger football et politique". Karim Benzema assure qu'il ne fera plus rien pour convaincre Didier Deschamps de le rappeler en équipe de France.

"J'ai 30 ans, deux enfants, je suis tranquille ici. Et puis s'ils ont besoin de moi, ajoute-t-il, ils savent où me trouver". Manière de ne pas fermer la porte complètement, de tendre aussi peut être une dernière fois la main avant la Coupe du Monde. Didier Deschamps doit annoncer sa liste définitive dans moins d'un mois 

Des victimes de Bachar Al-Assad préparent des preuves contre lui

Dans la presse également ce matin, une enquête dans La Croix. Syrie, une traque hors norme. 8 pages sur ces Syriens, défenseurs des droits de l'homme ou simples citoyens qui ont décidé de porter plainte contre de hauts responsables syriens. Au péril de leurs vies, ils tentent de collecter des preuves, d'identifier les responsables. Parmi eux il y a Mariam, elle a perdu son fils de 25 ans torturé à mort. 

Elle témoigne à visage découvert. "Je n'ai pas peur, raconte-t-elle, et si je meurs qu'importe, je fais ce qui est juste. Qui sait, Bachar Al-Assad sera peut être jugé un jour. Au moins, conclut elle, nous aurons réuni les preuves".

Philippe Lançon raconte l'après-attaque de "Charlie Hebdo"

Lui a survécu à une autre guerre, celle que Daech livre contre l'occident. La Dépêche du midi évoque ce matin le livre de Philippe Lançon, l'un des rescapés de l'attentat contre Charlie Hebdo. Livre qui sort jeudi 19 avril, et dans lequel le journaliste raconte tout. C'est souvent insoutenable. Notamment quand il évoque l'attaque en elle-même. Ce moment où il a "tourné sa langue dans sa bouche et senti des morceaux de dents qui flottaient un peu partout". 

Il y a aussi ce lent et douloureux travail de reconstruction, du corps bien sûr, de l'esprit aussi. La seule chose qui l'apaise, confie-t-il dans L'obs paru jeudi dernier mais encore en kiosque aujourd'hui, c'est la musique de Bach qui soulage, écrit-il. Comme la morphine, et les textes de Kafka. 

"Dans la chambre d'hôpital le compositeur chrétien et l'écrivain juif, poursuit-il, m'ont aidé". "Le premier en me disant : 'accueille ce que tu souffres, vis le mieux possible, sans te détourner de la beauté'. Et le second me répétant : 'Ne crois pas que tu vas sortir de l'enfer, ne te plain pas, tu méritais peut être pire que ça". Sacrée leçon de vie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Équipe de France de football Karim Benzema Coupe du Monde
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants