2 min de lecture

Bigorexie : "Je préfère avoir cette maladie que d'autres", confie Lizarazu

INVITÉ RTL - 12 ans après la fin de sa carrière de footballeur, le champion du monde 1998 publie "Mes prolongations" et revient notamment sur son addiction au sport.

Marc-Olivier Fogiel L'Entretien du jour Marc-Olivier Fogiel
>
L'Entretien du jour du 26 avril 2018 Crédit Image : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date : La page de l'émission
GrégoryFortune77
Gregory Fortune
Journaliste RTL

Bigorexie. Ce terme ne vous dit peut-être rien. Il s'agit d'une dépendance excessive à l'activité sportive. Depuis 2011, cette addiction est même officiellement reconnue comme une maladie par l'Organisation mondiale de la santé. Vingt ans après son titre de champion du monde avec les Bleus, 12 ans après le début de sa retraite sportive, Bixente Lizarazu assume le terme. 

Invité de RTL pour la sortie de son ouvrage "Mes prolongations", aux éditions du seuil, il explique que le sport "c'est ma passion, ce qui me fait du bien. J'ai trouvé mon équilibre comme ça (...), ça a été ma boussole toute ma vie. C'est vrai que je suis un peu excessif. Il y a cette bigorexie, je le sais. Mais je préfère avoir cette maladie, entre guillemets, que d'autres, que d'autres addictions. Simplement, il faut que je sache la gérer".

Je n'ai pas eu le temps de rentrer dans une petite dépression

Bixente Lizarazu
Partager la citation

L'ancien défenseur latéral gauche, aujourd'hui âgé de 48 ans, croque la vie dans tous les sens depuis qu'il a quitté les terrains, en 2006. En plus du sport, il y a les voyages et son métier de consultant dans les médias. Avec autant d'activités, il n'a "pas eu le temps de rentrer dans une petite dépression (...) il y en a beaucoup qui en souffrent. Je n'ai pas eu ce problème-là, par chance, parce que je pense que je me suis projeté tout de suite vers autre chose et j'ai oublié le footballeur que j'étais".

Concernant le football, il déclare qu'il "plaint les jeunes talents d'aujourd'hui". "Nous, nous avions évolué dans une prairie et eux évoluent dans une jungle. Lors de la première partie de ma carrière, on était pas très connus, il n'y avait pas trop d'enjeux financiers. On a eu le temps de grandir, d'apprendre. Aujourd'hui, on leur donne tout tout de suite, l'argent, la médiatisation... Ce n'est pas facile à gérer (...) Tu deviens le chef de famille. Le football n'est plus un jeu comme à l'école. Ça devient quelque chose de très important pour l'ensemble de la famille, et ça ça fait beaucoup de casse malheureusement".

"Mes prolongations" de Bixente Lizarazu (Seuil)
"Mes prolongations" de Bixente Lizarazu (Seuil)
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793172830
Bigorexie : "Je préfère avoir cette maladie que d'autres", confie Lizarazu
Bigorexie : "Je préfère avoir cette maladie que d'autres", confie Lizarazu
INVITÉ RTL - 12 ans après la fin de sa carrière de footballeur, le champion du monde 1998 publie "Mes prolongations" et revient notamment sur son addiction au sport.
https://www.rtl.fr/sport/football/bigorexie-je-prefere-avoir-cette-maladie-que-d-autres-confie-lizarazu-7793172830
2018-04-26 19:09:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Qbgnd35WvZVUlIMYg425rw/330v220-2/online/image/2018/0426/7793173317_bixente-lizarazu-et-fabien-barthez-le-15-juin-2017.jpg