1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Roland-Garros : comment la dérogation a été accordée au public lors de Nadal-Djokovic
1 min de lecture

Roland-Garros : comment la dérogation a été accordée au public lors de Nadal-Djokovic

L'évacuation prévue du public de Roland-Garros à l'heure du couvre-feu a pu être évitée, à priori grâce à des contacts avec Emmanuel Macron au sein de la FFT.

Le court central Philippe Chatrier de Roland-Garros lors du match Nadal-Djokovic le 11 juillet 2021
Le court central Philippe Chatrier de Roland-Garros lors du match Nadal-Djokovic le 11 juillet 2021
Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Roland-Garros : comment la dérogation a été accordée au public lors de Nadal-Djokovic
01:26
Isabelle Langé & Ryad Ouslimani

C'est une clameur libératrice qui s'est élevée dans le ciel depuis les travées du court Philippe Chatrier à Roland-Garros vendredi 11 juin. Aux alentours de 22h40, le speaker a pris son micro pour, c'est ce que l'on croyait, dire aux spectateurs qu'en raison du couvre-feu, il leur fallait quitter les lieux en plein combat de titans entre Nadal et Djokovic, en demi-finale du tournoi. Avant même les premiers mots, des sifflets se sont abattus sur Marc Maury (le speaker), mais ce dernier allait devenir le messager chéri. 

En effet, l'organisation du tournoi avait réussi, à la dernière minute, à avoir une dérogation de la part des autorités. Un véritable miracle après les couacs des soirées passées, qui avaient vu les affiches de la "night session" se jouer devant des gradins vides, ou avec une évacuation forcée des spectateurs

Des relations à l'Élysée

Mais en cette soirée mémorable tennis, l'absence de public aurait été un crève-cœur. Et une personne semble être derrière ce revirement de situation. Comme l'a expliqué Gilles Moretton, le président de la Fédération française de tennis (FFT), ce sont les relations de la directrice générale de la FFT, Amélie Ouéda Castera, qui ont permis d'obtenir cette dérogation.

Il faut en effet savoir que l'ancienne numéro un mondial juniors à la fin des années 1990 est une proche d'Emmanuel Macron. Après avoir raccroché sa raquette, elle a repris ses études, brillantes d'ailleurs. Elle est de la promotion Sédar Senghor à l'ENA, celle du chef de l'État. Vendredi soir, nul doute que même au fin fond des Cornouailles pour le sommet du G7, Emmanuel Macron a trouvé le temps de répondre au SMS et à la requête de son amie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/