5 min de lecture Roland-Garros

Roland-Garros 2019 : 6 raisons de croire à la victoire de Federer contre Nadal

ÉCLAIRAGE - De retour en demi-finale sur la terre battue parisienne six ans après, le Suisse va tenter d'y décrocher sa première victoire face à l'Espagnol après cinq échecs, vendredi 7 juin.

Roger Fderer et Rafael Nadal à Rome le 19 mai 2013
Roger Fderer et Rafael Nadal à Rome le 19 mai 2013 Crédit : GABRIEL BOUYS / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

Sitôt la balle de match remportée face à Stan Wawrinka en quarts de finale, mardi 4 juin sur les coups de 19h, les amoureux de tennis ont coché la date et l'heure (probable) du rendez-vous : à 37 ans (38 le 8 août), Roger Federer va défier Rafael Nadal en demi-finale de Roland-Garros, vendredi 7 juin, à partir de 12h50, si la météo le permet.

Ce sera le 39e épisode du déjà légendaire affrontement entre le recordman de titres en Grand Chelem (20) et son premier poursuivant (17), roi rarement contesté de la terre battue depuis 2005. Face à l'Espagnol de trois ans son cadet, le Suisse a le plus souvent souffert ; il est mené 15 à 23 lors des 38 premiers affrontements.

Sur terre battue et à Roland-Garros, les chiffres sont encore plus cruels pour Federer : 13-2 en faveur de Nadal sur la surface ocre, 5-0 sur les courts de la Porte d'Auteuil (quatre finales et une demi-finale) dont un cinglant 6-1, 6-3, 6-0 en finale en 2008. Au mieux, le natif de Bâle a pris un set à celui de Majorque à Roland (à quatre reprises). Pourtant, il a encore des raisons de croire à ce qui serait bien sûr un exploit

1. Il n'a rien à perdre

C'est simple, Rafael Nadal n'a perdu que deux fois en 15 participations au Grand Chelem parisien. En 2009, il était tombé en 8es face au Suédois Robin Söderling (6-2, 6-7, 6-4, 7-6), futur finaliste malheureux face à... Roger Federer (pour le seul sacre du Suisse à Paris). En 2015, Novak Djokovic lui avait infligé sa plus sévère défaite sur terre en quarts (7-5, 6-3, 6-1). 

À lire aussi
Après une année faste où il a notamment remporté son 12ème titre à Roland Garros, Rafael Nadal s'est marié à Majorque. tennis
Les actualités de 7h30 - Nadal à Roland-Garros : "J''arrive pas à trouver des adjectifs", dit Forget

Alors pourquoi Federer peut-il parvenir à devenir le troisième homme à réussir l'impossible ? D'abord parce qu'il n'a rien à perdre. Après trois ans d'absence à Roland-Garros, les deux derniers par pur choix personnel, son tournoi est déjà réussi. Il a remporté ses quatre premiers matches sans perdre de set avant de sortir vainqueur du choc 100% helvète face à Stan Wawrinka.

Désormais, ce n'est que du bonus. Certes, Federer aura à cœur de ne pas se faire humilier. Mais cette pression n'a rien à voir avec celle d'une finale, surtout lorsque l'on ne parvient pas à gagner ce tournoi, le seul qui vous manque. Ce poids en moins, couplé à un tennis offensif (beaucoup de services volées sur 2e balle face à Wawrinka), peut mettre en difficulté Nadal.

2. Il est venu pour ça

Roger Federer ne l'a pas caché après son succès sur Wawrinka : il savoure d'avance cette demi-finale contre son meilleur ennemi, au point d'en rire avec le public. "Le prochain adversaire ? Il est correct, il sait jouer sur terre malheureusement... Nan mais quel plaisir (...) Si je suis revenu sur terre, c'est aussi peut-être pour jouer Rafa. J'ai le match, c'est sympa".

Nadal, lui, ne veut pas croire que Federer n'est revenu que pour se mesurer à lui : "Non, ce n'est pas vrai, ce n'est pas pour ça. Il est revenu sur terre battue parce que c'est un joueur qui est complet sur toutes les surfaces, et sur terre battue il a de bonnes chances de gagner. Effectivement, ça va être un match spécial pour lui, pour moi". 

3. Il reste sur 5 victoires de suite sur Nadal

Après une (autre) lourde défaite face à l'Espagnol en demi-finale de l'Open d'Australie en janvier 2014 (7-6, 6-3, 6-3), le Suisse se retrouvait mené 23-10 dans leurs duels. Nadal enchaînait alors une cinquième victoire de rang sur son rival, alors visiblement plus que jamais à court d'idée face au gaucher.

Ce temps semble loin. Federer a repris confiance en battant Nadal chez lui à Bâle en finale en 2015, avant le chef-d'oeuvre de la finale de l'Open d'Australie 2017 (6-3 au 5e set), avec un jeu ultra-offensif, notamment en revers, et un tamis de raquette élargi. Les trois derniers affrontements ont été pliés en deux manches sèches par le Suisse, revenu à 23-15. 

4. Il arrive (plutôt) frais

1h41 face à l'Italien Lorenzo Sonego, 1h36 contre l'Allemand Oscar Otte, 2h11 pour écarter le Norvégien Casper Ruud, 1h42 en 8e face à l'Argentin Leonardo Mayer : Federer n'a pas traîné pour boucler ses quatre premiers tours. 

7h10 au total, c'est deux heures de moins que Nadal (9h08), pourtant lui aussi peu inquiété par les Allemands Yannick Hanfmann et Yannick Maden, le Belge David Goffin (le seul à lui avoir pris un set) et l'Argentin Juan Ignacio Londero.

Certes, les quarts de finale ont remis les pendules quasiment à égalité après les 3h35 passées sur le court par Federer contre 1h51 pour Nadal face au Japonais Kei Nishikori - 10h45 en tout pour le Suisse, 10h59 pour l'Espagnol. Mais avec deux jours de récupération  pour la première et seule fois du tournoi, "papy" Federer a le temps de se reposer.

5. Nadal battu à trois reprises sur terre avant Roland

"Que ce soit sur terre ou sur les autres surfaces, quand il est 'fit' (affûté, ndlr), quand il n'a pas de bobos, quand il est bien, il est difficile à battre". Beau joueur, Stan Wawrinka reconnaît que Roger Federer reste, à 37 ans, un joueur de premier plan, encore numéro 3 mondial.

Mais pour lui, c'est bien Nadal (numéro 2) qui a la faveur des pronostics pour la demi-finale à venir. "C'est clair que sur le papier je met Rafa favori. Je pense que ça va être difficile pour 'Rodge' de tenir l'intensité que Rafa met actuellement sur terre battue". Ceux qui n'ont vu le Majorquain n'évoluer qu'à Roland-Garros sur terre cette saison peuvent le penser aussi.

Pour d'autres, qui ont suivi toute la préparation depuis Monte-Carlo - et Federer en fait à coup sûr partie -, ce Nadal 2019 n'est pas aussi injouable que certaines années précédentes. Battu en demi-finale en Principauté par l'Italien Fabio Fognini, "Rafa" l'a encore été au même stade à Barcelone par l'Autrichien Dominic Thiem puis à Madrid par le Grec Stefanos Tsitsipas.

6. La dernière fois, il n'était pas si loin

Les partisans de l'Espagnol souligneront qu'il a infligé un 6-0 au Serbe Novak Djokovic en finale à Rome juste avant Roland. Et surtout qu'au meilleur des cinq manches, c'est une toute autre histoire pour ses adversaires. Federer, lui, se souviendra que son dernier match à Paris contre Nadal est celui où il a été le plus près, du moins dans les trois premières manches : défaite 7-5, 7-6, 5-7, 6-1 en 2011.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Roland-Garros Tennis Roger Federer
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants