1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Joyeuses fêtes 2019 : 7 sportifs racontent le plus beau cadeau de leur enfance
4 min de lecture

Joyeuses fêtes 2019 : 7 sportifs racontent le plus beau cadeau de leur enfance

CHRONIQUES - À l'occasion des fêtes de fin d'année, découvrez le plus beau souvenir de plusieurs championnes et champions, d'hier et d'aujourd'hui.

Marie-José Pérec le 21 mai 2016 à Cannes
Marie-José Pérec le 21 mai 2016 à Cannes
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Le plus beau cadeau de Noël de Marie-José Pérec
02:42
Le plus beau cadeau de Noël de Guy Forget
02:42
Le plus beau cadeau de Noël de Guilhem Guirado
02:42
Le plus beau cadeau de Noël de Pauline Parmentier
02:42
Le plus beau cadeau de Noël de Ophélie David
02:42
Le plus beau cadeau de Noël de Michaël Jérémiasz
02:42
Le plus beau cadeau de Noël de Kevin Rolland
02:42
Isabelle Langé & Jean-Michel Rascol - édité par Gregory Fortune

Une paire de patin à roulettes, un ballon de football, une poupée qui marche, un puntching-ball et les gants de boxe qui vont avec, une peluche en forme de Schtroumpf... Du lundi 23 au dimanche 29 décembre, en partenariat avec les Étoiles du Sport, sept sportifs d'hier et d'aujourd'hui se souviennent du meilleur cadeau de Noël qu'ils ont reçu.

"Mon plus beau cadeau de Noël, ce fut un punching-ball et ses gants de boxe, commence le rugbyman Guilhem Guirado (33 ans)". Hélas pour le joueur de 33 ans, entre 8 et 10 à l'époque, "ça a été le cadeau le plus éphémère de ma jeune enfance". Explication : "J’ai eu la chance de l’ouvrir le 25 au matin (...) Et le soir, avec mon cousin qui venait d’arriver, on a mis les gants. On tapait et à un moment donné il a voulu me mettre un petit coup. Sauf qu'il m’a fait saigner du nez".

"Ma grand-mère, qui était bienveillante et qui avait du caractère, a pris mon plus beau cadeau de Noël et l’a mis à la poubelle, poursuit le capitaine du XV de France. Je ne suis même pas aller le chercher parce que vu comment elle s’était énervée et qu’elle n’avait pas apprécié le moment... Ça reste mon plus beau regret mais ce qui est sûr c’est que si mon fils dans quelques années me demande un punching-ball et es gants de boxe, peut-être que je lui offrirait mais ce qui est sûr c’est que je ne jouerai pas avec lui".

J'étais le plus heureux des enfants ce jour-là

Guy Forget

"Mon plus beau cadeau de Noël, ça doit être je pense mon van Barbie, confie pour sa part la joueuse de tennis Pauline Parmentier (33 ans). À l'époque je devais entre 8 et 10 ans. Je jouais beaucoup aux Barbie et c'est vrai qu'avoir le van c'était vraiment le truc en plus (...) Il est gros, tu prends une autre dimension, tu as vraiment l'impression de pouvoir partir n'importe où avec ça".

À lire aussi

Même sport pratiqué et même émotion chez Guy Forget (54 ans) à l'heure de convoquer ses souvenirs d'enfance. "Lorsqu'on arrive au pied du sapin, on ouvre les paquets, on ne sait jamais ce qu'on va véritablement trouver (...)  Je devais avoir 8 ou 9 ans et c'était à la grande époque de l'Olympique de Marseille avec Skoblar et Magnusson. J'avais eu un magnifique ballon de football en cuir. Déjà, ça aurait suffi amplement à mon bonheur. Mais dans un autre paquet il y avait une paire de patin à roulettes (...) J'étais le plus heureux des enfants ce jour-là".

Je n’ai jamais été aussi colère de toute ma vie

Marie-José Pérec

Marie-José Pérec (51 ans), elle, est passée de la joie à la colère le jour où elle a reçu son plus beau cadeau. "Je devais avoir 6-7 ans, se souvient la triple championne olympique d'athlétisme. La nièce de ma grand-mère m’a ramené une poupée qui marche. Mais vous imaginez à l’époque une poupée qui marche ? C’était fabuleux". 

La suite est plus douloureuse. "J’étais fière, j’ai joué avec toute la matinée puis je me suis dit 'tiens, je vais montrer à mes voisins, mes copines cette poupée' qui faisait rêver toutes les petites filles de cette époque. Et ma petite voisine, elle était tellement jalouse, elle s’est dit 'je vais lui faire prendre un bain, et comme ça elle arrêtera de marcher, comme ça Marie-Jo elle aura une poupée comme tout le monde'. Je peux vous dire mais que ce jour-là, je crois que je n’ai jamais été aussi colère de toute ma vie".

J'étais folle de joie de recevoir cette peluche

Ophélie David

Le quintuple vainqueur des X Games et médaillé olympique en ski freestyle Kevin Rolland (30 ans) se souvient pour sa part de ses figurines Action Man. "Je faisais des combats avec mes personnages et je me rappelle de la pub, c'était 'Action man, le plus fort de tous les héros'. Et chaque Noël, on m'en donnait un nouveau".

De 13 ans son aînée, Ophélie David a elle aussi brillé sur la neige (skicross). "Il y a très longtemps, quand j'étais une petite fille, j'ai écrit ma lettre au Père Noël pour recevoir une peluche assez grande d'un Schtroumpf et il a exaucé mon vœu, raconte la championne du monde 2007. Ça passait en dessin animé et j'adorais (...) J'étais folle de joie de recevoir cette peluche".

Le premier Noël de mon fils

Michaël Jérémiasz

Quant à Michaël Jérémiasz (38 ans), champion paralympique de tennis en fauteuil, porte-drapeau de l'équipe de France paralympique à Rio et jeune retraité sportif, il n'a pas de plus cadeau de Noël, "puisque moi j’ai toujours été un enfant plutôt gâté, et avec mes frères on a toujours eu beaucoup de cadeaux au pied du sapin".

Du coup, "mon plus beau souvenir de Noël je dirais que c’est le premier Noël de mon fils, qui est né en mars 2016. Il ne savait pas du tout ce que ça voulait dire mais il a fêté son premier Noël avec son papa et sa maman, qui étaient fous et qui l’ont gâté de manière irrationnelle puisque un enfant à cet âge-là ça ne sert à rien de lui faire des cadeaux. Ça a été quelque chose d’assez magique".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/