1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. JO Paris 2024 : pourquoi la flamme olympique ne passera pas partout en France ?
2 min de lecture

JO Paris 2024 : pourquoi la flamme olympique ne passera pas partout en France ?

Les départements français sont en première ligne pour organiser le passage de la flamme olympique entre avril et juillet 2024. Mais le coût pour certains est excessif.

La flamme olympique (illustration)
La flamme olympique (illustration)
Crédit : Alexander Vilf / Sputnik / Sputnik via AFP
JO Paris 2024 : jugée trop chère, la flamme olympique ne passera pas partout en France
00:02:37
JO Paris 2024 : jugée trop chère, la flamme olympique ne passera pas partout en France
00:02:36
Christian Panvert - édité par Romain Giraud

Alors que la flamme olympique sillonnera la France entre avril et juillet 2024, son coût est assez excessif pour certains départements en charge de l'organisation. En région centre par exemple, sur les 6 départements, 5 sont prêts à payer 150.000 euros au COJO, mais l'Indre-et-Loire dit non. Le comité d'organisation finance en grande partie cet évènement mais sollicite aussi les départements pour qu’ils participent de manière volontaire aux frais liés à l’organisation et à la communication.

Sylvie Giner, vice-présidente du département d’Indre-et-Loire chargée de la culture et des sports, parle d’un coût exorbitant pour un symbole : "Je ne comprends pas qu’on puisse donner 150.000 euros pour le passage d’une flamme. Je suis maire d’une commune de 4.500 habitants et avec 150.000 euros, on en fait des choses auprès de nos associations, auprès des acteurs locaux. On mettra en avant nos actions parce que des choses formidables vont être faites. Mais désolée, il n’y aura pas de flamme", a-t-elle déclaré. 
 
Pour le même montant, le département promet d’accueillir une ou plusieurs délégations étrangères désireuses de venir s’entraîner, de financer le déplacement de clubs ruraux pour se rendre à des compétitions, ou encore d’offrir des places en organisant régulièrement des jeux-concours dans chaque canton. 

De son côté, Alain Jahan, le président du comité départemental olympique et sportif ne comprend pas le choix de la collectivité territoriale : "C’est une occasion exceptionnelle de valoriser notre territoire. Il ne faut pas oublier que le passage de la flamme va permettre à 15 millions de spectateurs de visualiser le territoire. Il y avait une opportunité de mettre en valeur notre territoire par les châteaux de la Loire, en longeant la Loire qui est au patrimoine mondial de l’UNESCO. Je dis dommage", a-t-il déploré. 

150.000 euros sur trois années, c'est raisonnable

Marc Fleuret, Président du Conseil départemental de l'Indre

S'il n'y aura donc pas de flamme olympique sur les bords de la Loire, puisque l’Indre-et-Loire dit a non, le département voisin, l’Indre, est en revanche partant. Pour Marc Fleuret, le Président du Conseil départemental de l'Indre et ancien entraineur de judo, il est impossible de ne pas saisir cette opportunité.
 
"Effectivement, 150.000 euros reste une somme importante mais on a la possibilité de payer sur trois années, ça me paraît tout à fait raisonnable. Ça va être aussi à nous de créer des moments exceptionnels pour se faire remarquer. Chacun va devoir se mobiliser fortement", a-t-il annoncé. L’Indre promet donc des surprises et ce sera à surveiller entre avril et juillet 2024.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/