6 min de lecture Formule 1

Formule 1 - Grand Prix d'Azerbaïdjan : Ricciardo s'impose au milieu du chaos

COMPTE-RENDU - Opportuniste, l'Australien monte sur la plus haute marche du podium à Bakou, devant le revenant Valtteri Bottas et l'improbable Lance Stroll.

Daniel Ricciardo lors du Grand Prix d'Europe (Azerbaïdjan) le 25 juin 2017.
Daniel Ricciardo lors du Grand Prix d'Europe (Azerbaïdjan) le 25 juin 2017. Crédit : ALEXANDER NEMENOV / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Un départ chahuté, trois voitures de sécurité, un drapeau rouge et un mano a mano final. Au terme d'un incroyable Grand Prix d'Azerbaïdjan, qui accueillait pour la deuxième fois la Formule 1 sur son sol, Daniel Ricciardo et sa Red Bull montent sur la plus haute marche du podium dimanche 25 juin à Bakou. L'opportuniste Australien, vainqueur pour la première fois cette saison et pour la cinquième fois de sa carrière, devance le revenant Valtteri Bottas (Mercedes), qui a grillé la politesse à Lance Stroll (Williams-Mercedes) à quelques mètres de la ligne d'arrivée. À 18 ans 7 mois et 15 jours, le Canadien, qui a marqué ses premiers points chez lui à Montréal il y a quinze jours, est le plus jeune pilote à se trouver sur un podium dans la catégorie reine du sport automobile.

Dès le départ, le ton de cette course aux multiples rebondissements est donné. Un accrochage entre Valtteri Bottas, deuxième au départ, et la Ferrari de Kimi Raïkkönen qui s'élançait derrière lui sur la partie propre de la grille, a bouleversé les premiers instants de l'épreuve. Dans un trop plein d'enthousiasme, le pilote Mercedes a pris l'intérieur du deuxième virage pour conserver l'avantage sur son compatriote. Le contact est inévitable. Si les dégâts sur la monoplace de Kimi Raïkkönen ne sont pas immédiats - des pièces se sont échappés de sa voiture à plusieurs reprises - l'aileron avant de Valtteri Bottas est complètement détruit et l'empêche de continuer sereinement. Le Finlandais repart dernier après son ravitaillement.

Le classement est immédiatement chamboulé. Lewis Hamilton reste en tête mais Sebastian Vettel, le leader du championnat, est à ses trousses. Derrière, la lutte pour la troisième place est acharnée entre Sergio Perez (Force India-Mercedes) et Max Verstappen (Red Bull-Tag Heuer). À peine, le Néerlandais avait-il tenté une attaque que le moteur de la Red Bull rendait l'âme. Un coup dur pour le plus jeune vainqueur en F1, qui concède un quatrième abandon en six courses.

Safety car une fois, safety car deux fois, safety car trois fois !

Les commissaires de course ont ensuite (trop) longtemps hésité avant de décider de l'intervention de la première voiture de sécurité (safety car). Au 11e tour, Daniil Kvyat (Toro Rosso-Renault) s'arrête, lui aussi, dans le secteur deux. La safety car n'a pris la piste qu'un tour plus tard. Comme le veut la logique, tous les pilotes, hormis Lance Stroll (Williams-Mercedes), passent par la voie des stands. À la relance, Kimi Raïkkönen, qui perd de plus en plus de pièces mécaniques, est le grand perdant. De la quatrième place, il recule à la sixième place. Ces débris, présents en nombre partout sur la piste, sont la cause de l'intervention de la deuxième voiture de sécurité.

Tension maximale entre Hamilton et Vettel

À lire aussi
L'intérieur de la cathédrale de Chartres le 10 septembre 2019 sports mécaniques
Anthoine Hubert : l’émouvant adieu en la cathédrale de Chartres

Complètement fou, ce Grand Prix créé de l'action même derrière la safety car, au moment où les pilotes progressent à vitesse réduite. Au virage 2, Lewis Hamilton, inquiet de la vitesse qu'il juge trop lente de la voiture de sécurité, a ralenti (subitement) devant Sebastian Vettel. L'Allemand n'a pu faire autrement que le percuter, avant de lever les mains pour montrer son agacement.

Pour marquer le coup, l'Allemand s'est ensuite déporté à hauteur du Britannique pour de nouveau lui manifester sa colère. Alors qu'il tient son volant à une main, le pneu avant droit de sa Ferrari percute l'avant gauche de la Mercedes. Les deux leaders du championnat sont alors sous le coup d'une enquête des commissaires et la menace d'une pénalité plane comme une épée de Damoclès au-dessus des deux hommes.

La nouvelle relance est catastrophique pour Force India-Mercedes. Esteban Ocon et Sergio Perez se heurtent violemment dans le même virage que l'accrochage qui a impliqué Valtteri Bottas et Kimi Raïkkönen quelques tours plus tôt. Dans le même temps, Kimi Raïkkönen n'a plus de pneu sur sa jante. Le Finlandais et le Mexicain sont contraints à l'abandon.

Un drapeau rouge relance la course

C'était sans compter le drapeau rouge qui s'abat sur la piste au 22e tour. En cause : les trop nombreux débris éparpillés sur la piste. Les mécaniciens de Ferrari et Force India ont réussi l'exploit de remettre les monoplaces de Kimi Raïkkönen et Sergio Perez à neuf pendant l'interruption d'une vingtaine de minutes. Le Mexicain abandonnera finalement pour cause de siège cassé au 41e tour. Même issue pour Kimi Raïkkönen au 48e tour.

À peine la course était-elle relancée, ce qui était encore une menace devient une sanction pour Sebastian Vettel, qui écope d'une lourde pénalité : une immobilisation dans les stands de 10 secondes. "Je pense que c'était clair, je n'étais pas satisfait de la façon dont il a conduit. Je me suis alors mis à sa hauteur et je le lui ai montré", a expliqué Vettel après l'arrivée. Sur la ligne d’arrivée, Lewis Hamilton n'a pas mâché ses mots non plus. "Il s’est déshonoré, pestait le Britannique. Heureusement, nous allions lentement. Cela aurait pu être bien pire si nous avions eu de la vitesse à ce moment-là. Imaginez tous les enfants regarder la F1 aujourd’hui et qui ont vu le type de comportement d’un quadruple champion du monde. Si Vettel veut prouver qu'il est un homme, on peut le faire en dehors de la voiture, face-à-face !"

La folle remontée de Vettel et Hamilton

En parallèle, Lewis Hamilton est victime d'un coup du sort. Un élément de protection situé autour du casque du pilote est mal fixé. La monoplace du Britannique, contraint de tenir cet élément avec l'une de ses mains quand la voiture atteint sa vitesse de pointe, doit être réparée. Un tour plus tard, Sebastian Vettel subit sa pénalité, mais au prix d'un tour performant en course, parvient finalement à devancer Lewis Hamilton, 8e. Au prix d'une très belle remontée en fin de course, les deux leaders du championnat ont dépassé leurs prédécesseurs et se sont disputés jusqu'au bout la quatrième place. L'Allemand a résisté et conforte de deux points son avance sur Hamilton au classement général d'un Championnat du monde plus que jamais tendu et passionnant, 14 points séparant les deux pilotes.

Devant eux, Daniel Ricciardo, le premier à être passé par les stands, lève les mains avant de franchir la ligne d'arrivée. Lance Stroll, deuxième jusqu'à la dernière seconde, a été dépassé par Valtteri Bottas sous le drapeau à damiers grâce à l'aspiration. Le Finlandais était dernier à un tour après son accrochage du premier tour avec Kimi Raïkkönen.

Sixième place pour Ocon, les premiers points d'Alonso

Et les Français dans tout ça ? Esteban Ocon, sur le podium provisoire du Grand Prix aux alentours du 38e tour, prend finalement la sixième place, et revient à onze longueurs de son coéquipier, Sergio Perez, au championnat. Outre ce point comptable, la relation entre les deux pilotes Force India-Mercedes risque de connaître quelques remous après le violent contact, qui a condamné en deux temps la course du Mexicain. À l'issue de l'épreuve, Sergio Perez est virulent contre le manque d'expérience supposé du Français. Lors des prochains briefings, le sujet risque de créer quelques étincelles en interne.

Parmi les autres écuries, l'exploit est signé Fernando Alonso. Le pilote de McLaren-Honda, qui compte à son palmarès deux titres de champion du monde avec Renault en 2005 et 2006, a marqué ses premiers points de l'année. Désespéré devant pareille situation, l'Espagnol avait préféré prendre le départ des 500 Miles d'Indianapolis le 28 mai, laissant ainsi son baquet au retraité Jenson Button. L'incertitude plane autour de l'avenir de Fernando Alonso en F1.

Classement du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2017

1. Daniel Ricciardo (Red Bull-Tag Heuer)
2. Valtteri Bottas (Mercedes)
3. Lance Stroll (Williams-Mercedes)
4. Sebastian Vettel (Ferrari)
5. Lewis Hamilton (Mercedes)
6. Esteban Ocon (Force India-Mercedes)
7. Kevin Magnussen (Haas-Ferrari)
8. Carlos Sainz Jr (Toro Rosso-Renault)
9. Fernando Alonso (McLaren-Honda)
10. Pascal Wehrlein (Sauber-Ferrari)
11. Marcus Ericsson (Sauber-Ferrari)
12. Stoffel Vandoorne (McLaren-Honda)
13. Romain Grosjean (Haas-Ferrari)
Abandons : Kimi Raïkkönen (Ferrari), Sergio Perez (Force India-Mercedes), Felipe Massa (Williams-Mercedes), Nico Hülkenberg (Renault), Max Verstappen (Red Bull-Tag Heuer), Daniil Kvyat (Toro Rosso-Renault), Jolyon Palmer (Renault).

Classement du championnat du monde pilotes

1. Sebastian Vettel 153
2. Lewis Hamilton 139
3. Valtteri Bottas 111
4. Daniel Ricciardo 92
5. Kimi Raïkkönen 73
6. Max Verstappen 45
7. Sergio Perez 44
8. Esteban Ocon 35
9. Carlos Sainz Jr 29
10. Felipe Massa 20
11. Nico Hülkenberg 18
12. Lance Stroll 17
13. Kevin Magnussen 11
14. Romain Grosjean 10
15. Pascal Wehrlein 5
16. Daniil Kvyat 4
17. Fernando Alonso 2

Classement du championnat du monde constructeurs

1. Mercedes 250
2. Ferrari 226
3. Red Bull-Tag Heuer 137
4. Force India-Mercedes 79
5. Williams-Mercedes 37
6. Toro Rosso-Renault 33
7. Haas-Ferrari 21
8. Renault 18
9. Sauber-Ferrari 5
10. McLaren-Honda 2

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Formule 1 Azerbaïdjan Europe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789102538
Formule 1 - Grand Prix d'Azerbaïdjan : Ricciardo s'impose au milieu du chaos
Formule 1 - Grand Prix d'Azerbaïdjan : Ricciardo s'impose au milieu du chaos
COMPTE-RENDU - Opportuniste, l'Australien monte sur la plus haute marche du podium à Bakou, devant le revenant Valtteri Bottas et l'improbable Lance Stroll.
https://www.rtl.fr/sport/autres-sports/formule-1-grand-prix-d-azerbaidjan-ricciardo-s-impose-au-milieu-du-chaos-7789102538
2017-06-25 17:09:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/l5umC7CgFiNyBLcEHoys7Q/330v220-2/online/image/2017/0625/7789104022_daniel-ricciardo-lors-du-grand-prix-d-europe-azerbaidjan-le-25-juin-2017.jpg