2 min de lecture Interview

Shanty Baehrel : "Je ne suis pas le stéréotype de l’entrepreneuse"

RENCONTRE - La fondatrice de Shanty Biscuits a remporté le Prix Clémentine ce jeudi 15 novembre. Décerné par la maison Veuve Clicquot, il récompense l'audace et le talent de cette entrepreneuse jamais passée par une grande école.

Shanty Baehrel est cheffe d'entreprise et fondatrice de Shanty Biscuits
Shanty Baehrel est cheffe d'entreprise et fondatrice de Shanty Biscuits Crédit : Shanty Biscuits
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

"Bisqueen" autoproclamée, Shanty Baehrel a été couronnée dans la soirée du jeudi 15 novembre du Prix Clémentine par la maison Veuve Clicquot. Ce prix récompense chaque année une jeune pousse du monde des affaires qui se distingue par son esprit d'entreprendre, son audace, sa créativité mais aussi son talent.

Avec le bac en poche, une expérience dans l'aéronautique où elle a appris le fonctionnement d'une petite production, Shanty Baehrel, 30 ans, s'est lancée dans l'aventure entrepreneuriale en 2013, dans la cuisine de son appartement. Le concept de sa marque est née d'une frustration : après avoir reçu un tampon pour biscuits à son anniversaire, Shanty Baehrel souhaitait pouvoir inscrire d'autres messages sur ses gourmandises. Mais aucune entreprise ne faisait cela. Elle a alors décidé de retrousser ses manches et de s'y mettre elle-même, en vendant le tout par Internet.

Cinq ans plus tard, Shanty Biscuits emploie une dizaine de personnes, travaille avec de grands groupes (Air France, SNCF, Galeries Lafayette), produit entre 4.000 et 15.000 biscuits par jour en Provence et est suivie par plus de 50.000 personnes sur Instagram. Le réseau social est d'ailleurs le premier levier de ventes de la marque. Il suffit d'y jeter un œil pour comprendre pourquoi. Des couleurs vives, beaucoup d'humour et une sincère proximité avec les internautes : la recette fonctionne.

À lire aussi
Adam, Santa et Line, membres du groupe Hyphen Hyphen musique
Hyphen Hyphen, le groupe dont l'ambition est d'être "un prétexte à l'union"

Se sentir légitime

Ne venant pas du monde de l'entrepreneuriat et n'ayant pas fait une grande école de commerce, Shanty Baehrel raconte s'être longtemps sentie illégitime dans le milieu des affaires. "Comme je n'ai pas de diplôme, je tâtonnais à chaque étape du projet, je n'étais pas sûre de moi", raconte-t-elle à RTL Girls, une poignée de jours avant la cérémonie officielle, qui avait lieu au Club des Automobilistes de France, au pied de la Concorde à Paris. 

Je ne m’identifie pas vraiment aux autres femmes entrepreneuses

Shanty Baehrel, fondatrice de Shanty Biscuits
Partager la citation

Le Prix Clémentine n'est pas la première récompense de l'entrepreneuse. Shanty Biscuits a également reçu le trophée Food'in PACA de l'entreprise agroalimentaire digitale et a été lauréate de Babybrand Food 2018. Ces victoires aident l'entrepreneuse à combattre son syndrome de l'imposteure, "en particulier avec Veuve Clicquot parce que ce n'est pas seulement le business qui est récompensé mais aussi moi, en tant qu’entrepreneuse", explique Shanty Baehrel.

La jeune femme confie même avoir candidaté au Prix Clémentine sans trop y croire. Elle se félicite d'entrer dans cette grande famille de femmes puissantes, notamment parce que son profil dénote dans le paysage actuel de l'entrepreneuriat français. "Je ne suis pas le stéréotype de l’entrepreneuse, ce profil que l'on voit partout : tech, grande école, levée de fonds."

Shanty Baehrel a reçu le Prix Clémentine de la maison Veuve Clicquot, jeudi 15 novembre 2018
Shanty Baehrel a reçu le Prix Clémentine de la maison Veuve Clicquot, jeudi 15 novembre 2018 Crédit : Shanty Biscuits

Une entrepreneuse loin d'être parfaite

Transparente sur ses ambitions (une boutique à Paris, une autre à New York), l'entrepreneuse revendique d'être loin de l'image de la femme parfaite comme il en pullule sur Instagram.

"Je ne m’identifie pas vraiment aux autres femmes entrepreneuses, celles qui disent avoir des moments pour elles... Moi, c’est un peu le chaos dans ma vie ! Cela fait 5 ans que j'ai lancé Shanty Biscuits, je n’ai pas de copain et je n'ai même pas envie d'en avoir. J’assume, Shanty Biscuits, c’est ma vie, elle n'est pas du tout équilibrée mais c’est ce qui me va pour le moment". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Interview Entreprises Prix
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795584561
Shanty Baehrel : "Je ne suis pas le stéréotype de l’entrepreneuse"
Shanty Baehrel : "Je ne suis pas le stéréotype de l’entrepreneuse"
RENCONTRE - La fondatrice de Shanty Biscuits a remporté le Prix Clémentine ce jeudi 15 novembre. Décerné par la maison Veuve Clicquot, il récompense l'audace et le talent de cette entrepreneuse jamais passée par une grande école.
https://www.rtl.fr/girls/societe/shanty-baehrel-je-ne-suis-pas-le-stereotype-de-l-entrepreneuse-7795584561
2018-11-16 08:02:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0qDrjWvalUdWe0rxc9vqvQ/330v220-2/online/image/2018/1115/7795584603_shanty-baehrel-est-cheffe-d-entreprise-et-fondatrice-de-shanty-biscuits.JPG