1 min de lecture Avortement

Monaco : l'avortement dépénalisé, mais toujours interdit

Le Conseil national de Monaco a voté jeudi 31 octobre la dépénalisation de l'avortement. Pour les médecins, la pratique de l'IVG reste, elle, interdite.

Port Hercule, La Condamine, Monte Carlo (Monaco).
Port Hercule, La Condamine, Monte Carlo (Monaco). Crédit : Wikicommons/Alexander Migl
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Lentement, les droits des femmes progressent à Monaco. Jeudi 31 octobre, le Conseil national de la principauté a voté à l'unanimité la dépénalisation de l'avortement : les femmes interrompant leur grossesse ne seront plus punies par la loi. Toutefois, les médecins pratiquant l'avortement sont, eux, toujours passibles d'une peine de prison.

Depuis 2009, les femmes n'étaient autorisées à avorter que dans le cas d'une grossesse à risque pour la femme, en cas de viol et en cas de troubles irréversibles du fœtus. Si elles ne respectaient pas la loi, elles encouraient une peine d'emprisonnement de six mois à trois ans et une amende de 9.000 à 18.000 euros.

Les médecins eux, encourent toujours cinq à dix ans de prison, pour pratique de l'avortement. La loi les autorise néanmoins à orienter les patientes vers des confrères et consoeurs à l'étranger.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Avortement Droits des femmes Monaco
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants