2 min de lecture Droits des femmes

Mexique : une journée sans femmes pour lutter contre les féminicides

Au Mexique, ce lundi 9 mars marque une journée bien particulière puisqu'elle se déroule sans les femmes. En signe de protestation contre les féminicides, les Mexicaines seront absentes des rues, entreprises et magasins.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Mexique : une journée sans femmes pour lutter contre les féminicides Crédit Image : HERIKA MARTINEZ / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot édité par Marie Gingault

Pour les femmes mexicaines ce lundi 9 mars signifie : pas de travail, pas de taches domestiques, pas de présence non plus dans les rues et les magasins. Dans tout le pays, écrit ce matin Ouest France, les femmes aujourd'hui sont appelées à disparaître, purement et simplement.

Carla 28 ans prévient : "Il ne faudra même pas compter sur moi pour aller boire un café, je ne vais pas quitter ma maison, je n'irai même pas sur les réseaux sociaux. "L'idée, explique-t-elle, c'est de simuler ma propre disparition pour protester contre un fléau, celui des féminicides. Une triste réalité pour beaucoup de filles au Mexique."

Il faut dire que là bas, la situation en la matière est dramatique : chaque jour ce ne sont pas une ni deux femmes qui sont tuées, mais dix. Le calcul est rapidement fait, dix femmes par jours, sur un an ça fait près de 4.000 disparitions.

Le phénomène n'est pas nouveau, explique le Courrier International. On était déjà à sept femmes tuées chaque jour en 2017 mais clairement il semble s'amplifier : +137% depuis 2015, selon la presse mexicaine, beaucoup plus dans certaines régions.

La mort d'Ingrid, le féminicide de trop

À lire aussi
La militante féministe Marguerite Stern, signataire de la tribune, le 6 juin 2019. féminisme
Pourquoi une tribune féministe est-elle accusée de transphobie ?

Il y a eu le cas d'Ingrid, une jeune femme de 25 ans dont le corps a été dépecé par son conjoint de 46 ans. C'était le 9 février dernier, les photos ont été diffusées dans la presse, et très vite le drame a ému le Mexique tout entier. Pourquoi celui ci plus qu'un autre ? Pourquoi maintenant ? Qu'importe on a envie de dire, l'histoire d'Ingrid, écrit La Croix, est devenu le féminicide de trop.

La journée sans femmes, relayée et soutenue

Résultat : quand les associations féministes ont lancé le #undiasinnosotras (une journée sans nous), il a très rapidement été repris. Aujourd'hui, 3 semaines plus tard, 6 Mexicains sur 10 déclarent connaitre l'existence de cette journée sans femmes.

L'appel, explique le journal la Jornada, a été relayé par la plupart des grandes entreprises, par les administrations publiques, les écoles et les universités. Elles ont d'ailleurs toutes annoncé qu'elles ne décompteraient pas de jour de salaires aux femmes si elles ne venaient pas travailler le 9 mars. 

Des femmes qui ont aussi reçu le soutien de la conférence des évêques du Mexique. Toute violence faite à la femme, ont-ils rappelés, est "un outrage fait à Dieu." Pas anodin dans un pays aussi pratiquant que le Mexique. peut-être le signe qu'enfin les choses bougent là bas aussi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Droits des femmes Mexique Femmes
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants