1 min de lecture Société

États-Unis : une expo pour en finir avec la question "tu étais habillée comment ?"

À l'Université du Kansas, une exposition vient démonter les idées reçues les femmes victimes d'agressions sexuelles.

"Tu étais habillée comment ?" ou la question qu'il ne faut pas poser à une femme victime d'agression sexuelle
"Tu étais habillée comment ?" ou la question qu'il ne faut pas poser à une femme victime d'agression sexuelle Crédit : iStock / Getty Images Plus
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

"Tu étais habillée comment ?" Cette question, les personnes victimes d'agression sexuelle l'entendent (beaucoup trop) souvent. Et pourtant, elle est on ne peut plus violente puisqu'elle vient dire aux femmes que c'est à cause de leur tenue (et donc d'elles) qu'elles ont été agressées.

À l'Université du Kansas aux États-Unis, on prend le problème des agressions sexuelles (un fléau sur les campus américains) très au sérieux.

Pour ne plus stigmatiser les victimes et nourrir ce qu'on appelle la "culture du viol", l'université a mis en place une exposition poignante sous le nom de "Tu étais habillée comment ?" ("What Were You Wearing?", en VO), rapporte le Huffington Post

À lire aussi
Ce dispositif électronique est destiné à maintenir à distance de sa victime un conjoint violent. femmes battues
Violences conjugales : les interventions ont doublé grâce aux téléphones d'urgence

18 tenues viennent illustrer 18 récits de victimes de violences sexuelles. T-shirt, jean, robe de fillette, short, débardeur... Il n'y a pas de vêtement type concernant les viols et agressions sexuelles et qu'une tenue dite "sexy" n'en est jamais la cause. L'unique responsable reste et restera, l'auteur de l'agression.  

Se mettre à la place de l'autre

Cette exposition forte a été mise en place en 2013 par la directrice du Centre de prévention et de sensibilisation aux violences sexuelles de l'Université du Kansas, Jen Brockman, et par le docteur Mary A. Wyandt-Hiebert, peut-on lire dans le Huff

Jen Brockman, qui a depuis fait voyager son exposition dans d'autres campus américains, a expliqué au site américain qu'elle souhaitait que "les visiteurs puissent se mettre à la place de l'autre aussi bien dans les tenues que dans les récits. Le but est d'arriver au point où ils se disent [qu'ils ont] la même tenue dans [leur] placard ou qu'ils se disent 'J'étais habillée comme ça cette semaine'". 

La directrice conclut alors vouloir "tordre le cou à la croyance selon laquelle il suffit d'éviter de porter cette tenue pour être sûre de n'avoir aucun problème, ou que l'on peut faire disparaître les violences sexuelles en changeant de manière de s'habiller". 

À quand la même installation dans les universités françaises ? 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Viol États-Unis
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790149878
États-Unis : une expo pour en finir avec la question "tu étais habillée comment ?"
États-Unis : une expo pour en finir avec la question "tu étais habillée comment ?"
À l'Université du Kansas, une exposition vient démonter les idées reçues les femmes victimes d'agressions sexuelles.
https://www.rtl.fr/girls/intime/viol-une-expo-pour-en-finir-avec-la-question-tu-etais-habillee-comment-7790149878
2017-09-19 09:57:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/zEvlGmzeK876RlaeHRrFaQ/330v220-2/online/image/2017/0919/7790150210_tu-etais-habillee-comment-ou-la-question-qu-il-ne-faut-pas-poser-a-une-femme-victime-d-agression-sexuelle.jpg