3 min de lecture MeToo

"Paye ton tattoo artist" : les victimes d'abus dans le monde du tatouage témoignent

INTERVIEW - La créatrice du compte Instagram "Paye ton tattoo artist", lancé samedi 19 janvier, explique pourquoi elle a décidé de publier sur le réseau social des témoignages de personnes victimes d'abus dans le tatouage.

Des femmes témoignent des abus qu'elles ont subis dans le milieu du tatouage
Des femmes témoignent des abus qu'elles ont subis dans le milieu du tatouage Crédit : iStock / Getty Images Plus
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

Des commentaires déplacés, des baisers forcés, des photos dénudées réalisées sans consentement... Lancé depuis le samedi 19 janvier, le compte Instagram "Paye ton tattoo artist" publie des témoignages de "victimes d'abus et/ou de discrimination lors de session de tatouage ou de piercing", peut-on lire dans la description du compte.

Derrière "Paye ton tattoo artist", il y a une tatoueuse professionnelle, ouvertement lesbienne, qui, en sept ans de carrière, n'a jamais dû faire face à du sexisme ou à de l'homophobie, dit-elle à RTL Girls. Mais vendredi 18 janvier, elle publie dans sa story Instagram quelques notions de bases à ses clientes (comme "votre corps vous appartient" ou "si on vous demande de vous dénuder, vous avez le droit de demander pourquoi") et en profite pour demander des retours d'expériences aux personnes qui la suivent. 

"J'ai été submergée par un ras de marrée de témoignages", raconte cette tatoueuse basée à Paris. Elle parle alors d'un véritable "électrochoc" quant aux abus et discriminations que peuvent subir les femmes dans son milieu. Face aux nombres incessants de messages qui tombent dans sa messagerie personnelle depuis vendredi, elle décide d'ouvrir "Paye ton tattoo artist", influencée par d'autres comptes comme Paye ta gouine, par exemple. 

À lire aussi
Les personnages du film "The Riot Club", exemple de ces groupes d'hommes toxiques que sont les "boys clubs" MeToo
"Ligue du LOL" : pourquoi la culture du "Boys' Club" pose problème

Des trucs chuchotés à l'oreille

Dans les sept publications disponibles à la lecture, certaines femmes témoignent de leur expérience de premier tatouage. L'une d'elle raconte par exemple que le tatoueur a changé la taille de son motif sans même lui en parler. Plus tard, en feuilletant par hasard son book lors d'un événement, elle découvre une photo de ses cuisses tatouées et de son postérieur. Le cliché a été pris à son insu et affiché sans son consentement

Une autre cliente raconte que pendant sa séance, le tatoueur l'a embrassée dans le cou et [lui] a susurré "des trucs à l'oreille avec sa vieille langue moisie". 

Aujourd'hui, elles sont deux tatoueuses à s'occuper de la gestion des messages, répondent à tous et rappellent aux victimes qu'elles ont le droit de porter plainte quand il y a des abus condamnés par la loi comme du harcèlement ou des agressions sexuelles.

"Paye ton tattoo artist" veut sensibiliser mais ne généralise pas le milieu du tatouage
"Paye ton tattoo artist" veut sensibiliser mais ne généralise pas le milieu du tatouage Crédit : iStock / Getty Images Plus

Le respect de tous les corps

Si le compte a d'abord été pensé pour les clientes, des tatoueuses racontent aussi la pression qui sévit dans le milieu, lorsqu'on est apprentie notamment. "Les places en apprentissage sont chères et on sait qu'il va y avoir des abus et qu'on va devoir se taire". Certaines abandonnent même leur vocation.

La tatoueuse derrière "Paye ton tattoo artist" tient cependant à ne pas généraliser son propos : tous les tatoueurs ne sont pas des agresseurs ou n'abusent pas de leur pouvoir, souligne-t-elle avant d'assurer avoir "beaucoup d'amour et de respect" pour le milieu mais se dit "peinée" lorsqu'elle entend ces histoires. 

D'autant plus que les femmes ne sont évidemment pas les seules victimes. "Le pourcentage est minime mais j'ai eu des témoignages de garçons ou d'hommes trans par exemple".

Il y a une espèce d'aura autour du tatoueur ou de la tatoueuse

La créatrice de "Paye ton tattoo artist"
Partager la citation

Pour la tatoueuse, le respect du corps de chacun et chacune est indispensable lorsqu'on pratique le tatouage. "Malheureusement, souvent pour un premier tattoo, les gens ne savent pas qu'il peut y avoir des abus. Il y a une espèce d'aura autour du tatoueur ou de la tatoueuse, on nous prend un peu pour des rock stars et j'essaie dans ma pratique de casser cette image-là", explique la jeune femme avant d'ajouter : "J'ai du mal à comprendre celles et ceux qui perdent de vue cette notion-là."

Après quelques jours seulement d'existence, "Paye ton tattoo artist" semble déjà faire son travail de sensibilisation aussi bien auprès des client-e-s que des professionnel-les. La tatoueuse derrière le compte affirme que plusieurs tatoueurs l'ont contactée pour la féliciter de cette initiative. Certains se sont même remis en question, appelant alors leurs abonné-e-s sur les réseaux sociaux à se manifester s'ils ont été auteurs d'abus. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
MeToo Harcèlement Agression sexuelle
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796302860
"Paye ton tattoo artist" : les victimes d'abus dans le monde du tatouage témoignent
"Paye ton tattoo artist" : les victimes d'abus dans le monde du tatouage témoignent
INTERVIEW - La créatrice du compte Instagram "Paye ton tattoo artist", lancé samedi 19 janvier, explique pourquoi elle a décidé de publier sur le réseau social des témoignages de personnes victimes d'abus dans le tatouage.
https://www.rtl.fr/girls/identites/paye-ton-tattoo-artist-les-victimes-d-abus-dans-le-monde-du-tatouage-temoignent-7796302860
2019-01-22 18:01:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/eSUpc9qo91IqCQkohbrisA/330v220-2/online/image/2019/0122/7796303894_des-femmes-temoignent-des-abus-qu-elles-ont-subis-dans-le-milieu-du-tatouage.jpg