5 min de lecture Corps

"Je suis sortie avec mes poils aux jambes et je me suis sentie libérée", quand des filles arrêtent de s'épiler

DÉCRYPTAGE - Girls.fr a décidé de laisser la parole à ces filles qui ont décider de ranger leurs rasoirs et bandes de cire au placard.

Miley Cyrus a arrêté de s'épiler les aisselles, et les teint parfois en couleur
Miley Cyrus a arrêté de s'épiler les aisselles, et les teint parfois en couleur Crédit : Instagram
Morgane Giuliani
Morgane Giuliani
Journaliste RTL

Ne nous le cachons pas. On en a toutes rêvé au moins une fois. Après une énième coupure, ou une énième bande de cire qui arrache à moitié la peau, on s'est demandé : "Et si je laissais tomber ? Et si je me montrais au grand jour avec mes poils ?" Certaines filles ont décidé de franchir le pas et ont renoncé - en partie pour certaines - à l'épilation. 

Plusieurs d'entre elles ont bien voulu partager leur expérience avec Girls.fr.
Comme Lena, qui s'est sentie "libérée" la première fois où elle est sortie avec les jambes non-épilées, Lucie, qui ne s'épile plus les aisselles depuis un an, ou Charline, pour qui l'épilation a longtemps été "une obsession". Pourquoi ont-elles pris cette décision et comment le vivent-elles au quotidien, dans une société qui encourage les femmes à avoir la peau plus douce et imberbe qu'un bébé ? Elles nous racontent tout. 

Réfléchir au sens de l'épilation

Les poils blonds et fins de Charline ne lui ont jamais demandé beaucoup de son temps. Pourtant, cette professeure au secondaire a commencé à s'épiler vers l'âge de 13 ans, comme un "rite de passage" pour "devenir une femme". "C'est ce que les magazines féminins enseignaient, se rappelle la jeune femme de 23 ans auprès de Girls.fr. Être une femme, c'est s'épiler, voire aller dépenser une fortune chez les esthéticiennes tous les mois.

Suivant les conseils des magazines, Charline s'est rasée, mais ses poils sont devenus un peu plus noirs et drus. Une fois à la fac, elle a été en couple pendant 5 ans : "L'épilation était une obsession, surtout qu'il est allé voir ailleurs plusieurs fois. Je me disais que c'était forcément moi qui n'étais pas assez bien, assez jolie, et que si je ne me rasais pas, j'allais le perdre, il allait me trouver dégoûtante et moche." À ce jour, elle a "presque totalement" arrêté de se raser les jambes. La dernière fois qu'elle y a passé un coup de rasoir, c'était pour préparer la peau à un tatouage

Je suis sortie avec mes poils aux jambes et je me suis sentie bien et libérée

Lena
Partager la citation
À lire aussi
Serena Williams à Wimbledon, le 9 juillet 2019 médias
Serena Williams non retouchée et les cheveux au naturel en une de "Harper's Bazaar"

Lena n'avait juste "plus envie" : "Je suis sortie avec mes poils aux jambes et je me suis sentie bien et libérée. J'ai passé tout l'été comme cela et c'était agréable parce que je n'avais plus de question à me poser. Je crois que c'est parce que je n'ai jamais eu de problème avec ma pilosité et une sainte horreur de l'épilation." 

Christelle est plus radicale. Elle ne s'est jamais épilée de sa vie (vous avez bien lu). "Je suis une logique vraiment simple : si ça pousse à un endroit, c'est qu'il est censé y avoir des poils à cet endroit, résume la jeune femme à Girls.fr. Donc je ne vais pas m'ennuyer, me torturer, me fatiguer et me ruiner pour m'en débarrasser alors que la nature et la biologie ont décidé que ce serait comme ça et pas autrement." Fan de Doc Martens et d'art contemporain, Christelle parvient à échapper à la pression sociale qui subsiste autour du poil : "J'ai la chance d'avoir une confiance en moi et en mon corps de l'ordre de 100% et que l'avis des autres ne m'atteint absolument jamais. Je ne ressens donc pas la pression que les autres ressentent." 

Résister à la pression sociale

Même si elle "s'applique" à suivre les "conseils" des magazines féminins, Charline a parfois la flemme de s'épiler (comme nous tous). Elle s'est alors rendue compte que ça ne posait pas de problème à son petit ami de l'époque. Surtout, elle a commencé à s'intéresser au féminisme, dont l'une des batailles est d'encourager les femmes à lutter contre la "recherche impossible de la perfection physique", comme le formule Charline. 

On ne demande pas aux hommes de s'épiler alors que leurs poils sont bien plus noirs et disgracieux

Charline
Partager la citation

"Je me suis dit que c'était pas si grave d'avoir quelques poils sur le corps. C'est naturel, de toute façon, et on ne demande pas aux hommes de s'épiler alors que leurs poils sont bien plus noirs et disgracieux - mieux, c'est 'viril' - alors pourquoi nous le demander à nous ?" 

Comme Charline, certaines filles trouvent le compromis qui leur convient, ou les arrange le plus. C'est le cas de Lucie. À 25 ans, cette fan de K-pop a décidé, il y a un an, de ne plus s'épiler les aisselles. "Il faisait chaud, je voulais mettre un débardeur. Je me suis surprise à vouloir m'en empêcher parce que je ne m'étais pas épilée les aisselles, explique-t-elle à Girls.fr. J'ai pris quelques minutes pour y réfléchir. En quoi le fait d'avoir des poils m'aurait empêché de porter un vêtement qui, au final, était bien plus confortable pour moi puisqu'il faisait chaud ? J'ai donc mis mon débardeur. Étrangement, le monde ne s'est pas arrêté de tourner." 

Cependant, Lucie continue à le faire pour ses jambes, et tant pis pour ceux qui ne trouvent pas ça "cohérent" : "Je n'ai pas honte de mes poils. Par ailleurs, je continue de m'épiler les jambes et (très légèrement) le maillot. Certains trouvent ça paradoxal mais pas moi. Je décide de faire ce que je veux avec les différentes parties de mon corps." Elle a trouvé la méthode qui lui convient le mieux : "Au départ je laissais pousser librement, maintenant je taille un peu. J'aime bien avoir mes poils d'aisselles entretenus, un peu comme une barbe !"

Ne plus craindre la réaction d'autrui

La peur de regard des autres, de leur possible jugement, est très dure à vaincre. Comment ces filles l'ont-elles vécue ? "Le plus surprenant, c'était la réaction des autres, raconte Lucie. Mon mec ne m'a jamais fait une réflexion sur le fait que j'avais arrêté de m'épiler. Lui même s'épilait de temps en temps les aisselles sans que je ne fasse de commentaires." Sa famille a eu du mal à comprendre son choix, et lui a fait pas mal de blagues à ce sujet. Une fois que la jeune femme leur a rappelé qu'on n'embêtait pas son frère de 18 ans, pourtant beaucoup plus poilu qu'elle, ils ont arrêté.

Il me suffit de lever les bras pour détecter qui est ouvert d'esprit autour de moi

Lucie
Partager la citation

Qu'en est-il des "autres" ? "J'ai aussi eu quelques regards dégoûtés dans le métro, ce genre de choses. Pour être franche, j'aime bien provoquer ce genre de réactions, s'amuse Lucie. Il me suffit de lever les bras pour détecter qui est ouvert d'esprit autour de moi."

Pour Charline, c'est un peu plus compliqué. Son copain actuel se fiche totalement qu'elle soit épilée ou non, mais elle n'ose pas ne pas être rasée dans certaines circonstances. "Je me rase peu les aisselles, mais je m'y sens 'obligée' quand je mets des vêtements à manches courtes à cause de ma profession, révèle la jeune femme à Girls.fr. Je suis enseignante, et malheureusement les élèves ont toujours cette image dégoûtante des poils."

Toutes les filles qui ont contacté Girls.fr respectent leurs consœurs qui ne conçoivent pas leur vie sans épilation. "Il ne s'agit pas de faire un concours de qui est la plus féministe ou la moins soumise aux diktats de la société, tranche Lucie. Je ne juge pas du tout mes amies qui s'épilent tous les jours et elles ne me jugent pas en retour. Ce qui est important, c'est le choix."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Corps Beauté Psycho
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783498446
"Je suis sortie avec mes poils aux jambes et je me suis sentie libérée", quand des filles arrêtent de s'épiler
"Je suis sortie avec mes poils aux jambes et je me suis sentie libérée", quand des filles arrêtent de s'épiler
DÉCRYPTAGE - Girls.fr a décidé de laisser la parole à ces filles qui ont décider de ranger leurs rasoirs et bandes de cire au placard.
https://www.rtl.fr/girls/identites/je-suis-sortie-avec-mes-poils-aux-jambes-et-je-me-suis-sentie-liberee-quand-des-filles-arretent-de-s-epiler-7783498446
2016-06-04 09:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/NX9h0yf9ky50BSX39JbJQg/330v220-2/online/image/2016/0603/7783500585_miley-cyrus-a-arrete-de-s-epiler-les-aisselles-et-les-teint-parfois-en-couleur.JPG