5 min de lecture Portrait

Égalité : avec sa revue "Bossie", Yolande Libene veut transformer la culture

GIRL CRUSH - Elle est la fondatrice de "Bossie", une revue trimestrielle "pour celles qui en veulent". Rencontre avec une entrepreneuse dont le talent est... de révéler celui des autres, en particulier des femmes.

Yolande Libène est la fondatrice de la revue "Bossie"
Yolande Libène est la fondatrice de la revue "Bossie" Crédit : Arièle Bonte pour RTL.fr
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

Yolande Libene a un super-pouvoir : celui de transformer n'importe quelle femme en super-héroïne de sa propre vie. Avec Bossie, la revue trimestrielle qu'elle a créée l'année dernière, l'entrepreneuse de 28 ans a une mission : vous inspirer et vous aider à réaliser vos rêves dans le monde périlleux du travail et de l'entreprise.

Après avoir publié un numéro zéro en avril dernier avec en tête d'affiche Axelle Tessandier, Yolande Libene s'apprête à dévoiler le prochain Bossie avec Lisa Gachet en couverture, une enquête sur les femmes qui font "des métiers d'homme" ou encore des conseils pour bien préparer sa rentrée.

Diplômée de Sciences Po, Yolande Libene a mis du temps à trouver sa voie et revenir, avec la création de ce nouveau média, à ses premières amours : le journalisme. "Quand j'étais petite, j'étais fan de Michèle Cotta, je la regardais avec des grands yeux, je voulais être comme elle", raconte-t-elle à RTL Girls. Rencontre avec une femme de talent qui va faire du bien au monde de l'entreprise. 

À lire aussi
Cardi B lors de la 61ème cérémonie des Grammy Awards, à Los Angeles le 10 février 2019 musique
Cardi B : la "fille normale du Bronx" devenue étoile du rap américain

Sciences Po, le luxe puis l'associatif

"On dit souvent que tu ne peux pas t’intégrer à la famille si tu ne t’intéresses pas à la politique", confie Yolande Libene en riant. C'est qu'à la maison, on regarde les émissions politiques, on débat beaucoup et on tente de comprendre le monde, de le questionner et de l'améliorer. Ajouté à cela une mère très engagée, notamment pour les femmes, et vous comprendrez vite d'où viennent les aspirations de l'entrepreneuse.

"J'ai toujours vu ma mère collecter des vêtements pour les femmes, organiser des cours pour la désalphabétisation, elle a toujours donné aux autres et donc chez nous, c'était un peu une évidence qu'il fallait contribuer et entreprendre des actions pour aider les autres".

Arrivée à Sciences Po, l'étudiante se détourne du journalisme et s'intéresse au luxe. "J'ai toujours aimé les belles choses et le monde de la beauté m'intéressait". Finalement, après quelques stages, dont un dernier "qui s'est mal passé", Yolande Libene renonce à poursuivre dans cette voie. Elle s'envole pour New York, travaille pour une Fondation et découvre le monde associatif à la sauce américaine.

"J'avais la vision très sacrificielle de ma mère et je me suis rendue compte que, là-bas, le monde associatif est très professionnel, on peut en faire son job". 

Une prise de conscience à la suite d'un entretien d'embauche

De retour en France, la jeune femme passe un entretien d'embauche dans lequel s'invitent des remarques sexistes et racistes. "C'est la première fois qu'un événement comme cela m'arrivait. C'est à ce moment que je me suis dit qu'être noire dans ce pays ce n'était pas si facile".

À l'époque, Yolande Libene a la petite vingtaine et les événements s'enchaînent, achevant sa prise de conscience. "Mon frère a grandi, il est devenu ado et il a commencé à se faire plus contrôler par les flics. Christiane Taubira s'est pris des peaux de bananes, c'était horrible, tous les mois, il y avait un nouveau truc", raconte la jeune femme. Elle commence alors à se renseigner, étudie des concepts de sociologie et psychologie pour comprendre, là encore, la société dans laquelle elle était en train de patauger.

Parler ne me suffisait plus, je voulais passer à l'action

Yolande Libène fondatrice de "Bossie"
Partager la citation

"Cela a été le point de départ de tout ce que j'ai fait par la suite : comment on peut aider des gens à découvrir leur talent, à se révéler et à donner le meilleur d’eux-mêmes". Celle qui ne voulait pas créer d'association lance finalement Rosa Parks for Empowerment (un réseau de solidarité des femmes issues de la diversité) et le Sistas Club (une organisation pour aider les étudiantes de milieux défavorisés au moment de leur entrée dans la vie active).

"Au départ, je voulais créer un espace de parole pour parler librement des discriminations subies par les femmes noires. Puis parler ne me suffisait plus, je voulais passer à l'action. Cela m'a transformée". Yolande Libene comprend qu'elle a un grand pouvoir, et qu'il implique forcément de grandes responsabilités. Ces dernières, la jeune femme en prend véritablement conscience lorsqu'elle est embauchée par Fabernovel en tant que "Talent Manager". 

Changer la représentation des femmes dans la société

Responsable de la culture de l'entreprise, la nouvelle recrue constate alors des inégalités qui sévissent encore dans le monde de l'entreprise. "Il y a des métiers encore très genrés, je voyais aussi très bien qui demandait des promotions ou pas, qui négociait son salaire à l'entrée ou pas. C'est étonnant quand on sait qu'il s'agit quand même de personnes plutôt jeunes, toutes conscientes des enjeux de l'égalité entre les femmes et les hommes. C'est là que je me suis dit que ces problématiques ne pouvaient pas se régler à l'échelle d'une entreprise. Il y a un vrai enjeu culturel derrière".

D'où l'idée, pour Yolande Libene, de lancer un nouveau média, Bossie, avec ces questions en toile de fonds : "Comment faire en sorte que les stéréotypes n'influencent plus la vie des gens ?", "Comment faire pour changer la représentation des femmes dans la société ?". 

"Les femmes ont la chance d'être une fausse minorité", explique la fondatrice de Bossie. "Elle sont victimes de discriminations, n'ont pas le pouvoir mais forment plus de la moitié de la population". La mission de Yolande Libene, qu'elle gère à temps-plein avec Allison Sieuros, qui s'occupe de la partie digital et réseaux sociaux de Bossie, est alors simple : faire comprendre aux gens l'importance des stéréotypes et transformer cette culture sexiste par un média. 

"Il faut montrer des femmes fortes, valoriser le leadership au féminin, et en faire quelque chose d'attractif et de sexy", s'enthousiasme l'entrepreneuse, tout en rappelant au passage que l'entrepreneuriat n'est, justement, pas une finalité en soi, que personne ne rate sa vie parce qu'il ou elle n'a pas monté sa boîte et qu'il n'y a pas non plus besoin d'atteindre le grade de directrice pour développer, chez soi, un sentiment de réussite.

Allison et Yolande, deux femmes "Bossie"
Allison et Yolande, deux femmes "Bossie" Crédit : Arièle Bonte pour RTL.fr

Il faut donner aux femmes l'opportunité de pouvoir choisir leur voie, de se réaliser grâce à leurs talents et leurs aspirations, dans le travail, le monde associatif, la création ou les trois à la fois. Pour cela, Yolande Libene est un beau modèle de réussite. Marcherez-vous dans ses pas ?

Bossie, numéro 1, en pré-commande dès maintenant uniquement via Internet sur le site bossie.fr (20 euros).
Merci à Le Préau, dans le XIème arrondissement de Paris pour avoir servi de décor à ce portrait.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Portrait Travail Égalité hommes-femmes
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794580376
Égalité : avec sa revue "Bossie", Yolande Libene veut transformer la culture
Égalité : avec sa revue "Bossie", Yolande Libene veut transformer la culture
GIRL CRUSH - Elle est la fondatrice de "Bossie", une revue trimestrielle "pour celles qui en veulent". Rencontre avec une entrepreneuse dont le talent est... de révéler celui des autres, en particulier des femmes.
https://www.rtl.fr/girls/identites/egalite-avec-sa-revue-bossie-yolande-libene-veut-transformer-la-culture-7794580376
2018-09-03 11:40:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/yZr_4kRVfZ3VNXStOTjaKQ/330v220-2/online/image/2018/0831/7794604427_yolande-libene-est-la-fondatrice-de-la-revue-bossie.JPG