5 min de lecture Société

Défi "Rien de neuf ?" : en 2018, elles ne vont plus rien acheter de neuf

TÉMOIGNAGES - L'association Zero Waste France a lancé un défi à la population française : ne plus acheter de produits neufs durant l'année 2018. L'occasion de découvrir de nouvelles initiatives et de favoriser l'économie collaborative.

L'objectif du Défi  Rien de Neuf ? Ne rien acheter de neuf durant l'année 2018 !
L'objectif du Défi Rien de Neuf ? Ne rien acheter de neuf durant l'année 2018 ! Crédit : iStock / Getty Images Plus
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

Alors que les soldes attirent les Français et les Françaises dans les rayons des boutiques et grands magasins, d'autres ont décidé de ne plus se rendre dans ces temples de la consommation et ce, pendant toute une année à l'occasion du défi "Rien de neuf ?" lancé début 2018 par l'association Zero Waste France et dont la mission est de promouvoir un mode de vie sans déchet.

Votre mission si vous l'acceptez : ne rien acheter de neuf durant toute l'année 2018 - sauf denrées alimentaires et cosmétiques, bien sûr ! Vous avez dit impossible ? N'ayez pas peur, le défi - déjà rejoint par plus de 7.000 personnes en ligne - ne s'entreprend pas complètement seul(e).

Le communauté Zero Waste est là pour vous accompagner : un site internet recense toutes les initiatives déjà existantes (des plus connues comme LeboncoinEmmaüs ou Vinted aux plus confidentielles comme Ma petite coucheGeev ou L'Habibliothèque), une newsletter vous encourage chaque semaine dans votre démarche et un groupe Facebook - où l'on s'échange bons plans, conseils et événements - rassemble plus de 5000 internautes.

À lire aussi
Des partisans de la PMA défilant à Paris lors de la Pride, le 29 juin 2017 PMA
PMA : le projet de loi ne sera finalement pas pour début 2019

L'exploitation de l'eau et de l'énergie est invisible aux yeux du consommateur

Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France
Partager la citation

"L'idée de ce défi est née d’un constat de bon sens : il y a déjà énormément d’objets en circulation. Si on peut éviter d’en rajouter d’autres, en exploitant des matières premières et d'autres ressources précieuses, pour mieux les économiser", explique à Girls Flore Berlingen.

"L'exploitation de l'eau et de l'énergie est invisible aux yeux du consommateur", ajoute la directrice de Zero Waste France, "c'est une sorte d'iceberg sur lequel on a voulu attirer l'attention. Pour le faire, on s'est dit qu'il fallait faire connaître la part environnemental des produits neufs en opposition aux produits d'occasion, prêtés, donnés ou réparés".

Comme le souligne Flore Berlingen, la consommation moyenne d'un Français ou d'une Française est "trois fois plus importante" que ce que la planète peut offrir. Il y a urgence d'agir, donc, et de nombreuses femmes l'ont bien compris. Celles qui ont répondu à notre appel à témoignages ne sont pas des débutantes dans la démarche de Zero Waste.

Les brocantes et autres vides greniers, un bon moyen de trouver de quoi compléter sa collection de vinyles
Les brocantes et autres vides greniers, un bon moyen de trouver de quoi compléter sa collection de vinyles Crédit : Unsplash/Clem Onojeghuo

Ne plus céder à "l'achat facile"

Toutes s'efforcent de réduire leur consommation depuis plusieurs mois, voire plusieurs années. Ces femmes concèdent toutefois qu'il leur arrive de céder à "l'achat facile" et souhaitent donc s'améliorer sur ce point.

"Lorsque j'ai vu qu'il existait ce défi pour 2018, j'y ai adhéré afin d'avoir plus de conseils, de me sentir encore plus impliquée, et de faire partie d'une communauté où je me sentirai soutenue", résume Marie, 26 ans, ingénieure dans le domaine des transports et de l'environnement à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis).

On aspire à plus de solidarité, de vie saine, de communion avec le nature

Laure, 36 ans, infirmière
Partager la citation

Si les femmes que nous avons interrogées ont déjà plus ou moins adapté leur mode de vie à leurs engagements écologiques et environnementaux, elles sont loin d'affirmer pouvoir accomplir le défi les mains dans les poches. Ne rien acheter de neuf demande du boulot et de modifier certaines de ses habitudes !

À l'image d'Elisabetta, médecin de 36 ans habitant à Angoulême, pour qui "renoncer à sa voiture" semble difficile "mais faisable" tandis que Laure, infirmière de 36 ans de Saint-Laurent-Médoc (Gironde) s'inquiète des travaux de sa maison. "Chez nous, le prêt de matériel, l'échange de pratiques ne se fait pas beaucoup. Donc on achète les matériaux dont on a besoin et on se débrouille pour le reste", explique celle qui aspire avec son époux "à plus de solidarité, de vie saine, de communion avec le nature" mais "sans être dans les extrêmes", nuance-t-elle. 

Un défi qui (re)donne du sens à sa vie

Car c'est bien là le discours général autour de ce défi "Rien de neuf ?" : retrouver du sens dans ses achats, sortir de sa zone de confort et découvrir tout un nouvel univers avec en ligne de mire le bonheur de la simplicité.

"Acheter d'occasion permet de faire de belles rencontres, d'échanger, de communiquer", assure Virginie, assistante sociale de 35 ans (Pas-de-Calais) tout en soutenant une nouvelle économie (circulaire, solidaire) en "mettant l'accent sur des professions de la réparation, de l'entretien, de l'achat d'occasion et de la réparation" : des métiers "d'avenir", selon Flore Berlingen.

Les friperies, le temple des vêtements pas chers et originaux
Les friperies, le temple des vêtements pas chers et originaux Crédit : Unsplash/Onur Bahçivancilar

De son côté, Charlotte, 32 ans, "en pause pour s'occuper de ses enfants" explique que le défi permet aussi de "s'adresser davantage à nos proches qui peuvent déjà posséder des choses dont nous avons besoin comme des serviettes de toilettes, des draps ou des ustensiles de cuisine", raconte celle qui vit à Dakar, au Sénégal et où l'occasion n'est pas aussi développée qu'en France.

Bannir les boutiques ou grands magasins de son quotidien peut avoir un fort impact pour celles et ceux qui étaient accro à leur sortie du week-end. Marie avoue passer "beaucoup moins de temps dans les magasins" et, de fait, trouve "plus de temps pour faire des choses beaucoup plus intéressantes". Avec ce défi, Marie s'inscrit alors dans une démarche complète alliant consommation "zéro déchet", "minimalisme" et "le fait d'être, de passer du bon temps, d'exister, plutôt que de posséder. Je suis persuadée que ça fait partie du secret du bonheur et de la liberté", confie-t-elle à Girls

Prêcher la bonne parole

"À une amie qui souhaitait me faire un cadeau pour l'arrivée de mon dernier, j'ai osé lui demander la baignoire qu'elle avait utilisée pour son fils", raconte Charlotte comme pour montrer que, parfois, il suffit d'oser parler de son mode de vie pour découvrir que les autres sont prêts à nous suivre dans cette démarche positive pour l'environnement comme pour soi.

Ce qui compte ce n'est pas le matériel mais l'expérience

Charlotte, 36 ans, entrepreneure
Partager la citation

Entrepreneure de 36 ans à côté d'Angers, (une autre) Charlotte parie quant à elle sur l'humour et la bonne humeur pour sensibiliser les autres (et notamment ses filles) à l'environnement. "Ce qui compte ce n'est pas le matériel mais l'expérience. Par exemple, à Noël ou aux anniversaires, j'offre à mes enfants des tickets pour passer de bons moments à la piscine ou au cinéma". 

Un défi ludique et accessible à tous et toutes

Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France, insiste sur la dimension ludique du défi, dans lequel personne n'est obligée de sacrifier ses achats indispensables à sa vie professionnelle ou à son loisir si le marché de l'occasion n'y est pas vraiment développé. "Chacun avance à son rythme", précise Alexandra, 40 ans, infographiste basée à Angoulême et qui est dans la démarche zéro déchet depuis cinq ans. 

Le troc de livres, un bon moyen de faire tourner les ouvrages dans sa bibliothèque
Le troc de livres, un bon moyen de faire tourner les ouvrages dans sa bibliothèque Crédit : Unsplash/Clem Onojeghuo

"La plupart du temps une solution alternative existe et c'est une véritable satisfaction quand on arrive à dénicher un vêtement d'occasion ou le meuble dont on avait besoin pour habiller sa cuisine", détaille encore Flore Berlingen avant de lancer : "Tentez l'expérience pendant quelques semaines ! Si vous n'êtes pas prêtes à le faire dans sa globalité, choisissez une catégorie de produits comme les vêtements, ou commencez par noter tous vos achats. L'important étant qu'il y ait une prise de conscience". 

"Finalement", conclut Elodie, 31 ans, responsable marketing basée à Montréal au Canada, "il ne faut pas négliger l'aspect financier : l'argent qu'on ne peut pas mettre dans ces différents achats peut-être dépensé différemment en loisir, en voyage ou être épargné". De quoi découvrir le tourisme responsable ou investir dans un projet d'économie sociale et solidaire ? Rendez-vous en 2019 pour cette prochaine étape ! 

Pour en savoir plus et vous inscrire au Défi "Rien de Neuf ?", rendez-vous sur le site de l'initiative

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Témoignage Témoignages
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791855553
Défi "Rien de neuf ?" : en 2018, elles ne vont plus rien acheter de neuf
Défi "Rien de neuf ?" : en 2018, elles ne vont plus rien acheter de neuf
TÉMOIGNAGES - L'association Zero Waste France a lancé un défi à la population française : ne plus acheter de produits neufs durant l'année 2018. L'occasion de découvrir de nouvelles initiatives et de favoriser l'économie collaborative.
https://www.rtl.fr/girls/identites/defi-rien-de-neuf-en-2018-elles-ne-vont-plus-rien-acheter-de-neuf-7791855553
2018-01-17 07:03:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/5maRIauiibNlTLDrBcOBHw/330v220-2/online/image/2018/0116/7791859645_l-objectif-du-defi-rien-de-neuf-ne-rien-acheter-de-neuf-durant-l-annee-2018.jpg