4 min de lecture Cinéma

"Venom" mérite-t-il vraiment ses mauvaises critiques ?

NOUS L'AVONS VU - En salles le 10 octobre 2018 en France, le film de Ruben Fleischer connaît un démarrage historique aux États-Unis malgré de très mauvaises critiques.

"Venom' sort le 10 octobre 2018 dans les salles françaises
"Venom' sort le 10 octobre 2018 dans les salles françaises Crédit : Sony Pictures Entertainment / Capture vidéo YouTube
Capucine Trollion
Capucine Trollion
Journaliste RTL

11 ans après sa première apparition dans Spider-Man 3, Venom est de retour au cinéma. Nouvelle histoire, nouveau casting, le grand ennemi de l'Homme-araignée s'offre un lifting complet sous la caméra de Ruben Fleischer (Bienvenue à Zombieland).

Mais, dès la fin des embargos presse, les critiques sont acerbes : "Empoisonné", "Mauvais", "Cyanure"... Les journalistes américains et britanniques y vont-ils trop forts ? Après avoir vu Venom, non sans quelques appréhensions, voici notre avis, sans spoilers.

Adapté des comics Lethal Protector et Planete of The Symbiotes, Venom nous dévoile les origines de l'anti-héros Marvel avec Eddie Brock (Tom Hardy). Journaliste d'investigation de San Franciso, il devient l’hôte d'un symbiote, forme de vie extra-terrestre, vorace et prêt à tout pour envahir notre planète. Pourchassé par Carlton Drake (Riz Ahmed), dirigeant de la Life Foundation, qui n'hésite pas à expérimenter toutes sortes de traitements sur les humains, Eddie/Venom devront réussir à s'entendre. 

À lire aussi
Le film "Spider-man : Far From home" est prévu pour le 10 juillet 2019 sur les écrans français Cinéma
"Spider-Man : Far From Home" : le tournage est terminé
>
Venom - Bande-annonce 2 - VOST

Long à démarrer, puis trop de raccourcis

Dès le générique d'ouverture, Venom patine. La vue de San Franciso de nuit, avec une bande son hip-hop remixée, ne convainc pas. Tout comme l'entrée de la vie d'Eddie Brock, journaliste d'investigation au sommet, fiancé à Annie, brillante avocate. Le couple partage un bel appartement, dîne dans un restaurant branché et fait de la moto... Quant à l'explosion du vaisseau de Life Corporation avec à son bord les Symbiotes, elle ne titille pas vraiment la curiosité. Il faudra attendre un long moment avant que Venom fasse une réelle apparition. Mais ensuite, tout s'accélère et c'est dommage. 

Hargneux et détestant la race humaine, le symbiote change radicalement de caractère au contact d'Eddie, avec qui il partage une course-poursuite assommante dans les rues de San Franciso et un moment de répit sur les hauteurs de la ville. On aurait aimé avoir plus de psychologie : comprendre réellement ce qui permet à Venom de revoir son plan d'invasion de la Terre, plutôt que de découvrir que "la beauté de San Francisco éclairée", lui fait réaliser que notre monde vaut la peine de survivre. Une critique qu'on retrouve chez le journaliste Perri Nemiroff de Collider : "D'importantes parties de Venom ne fonctionnent pas du tout". 

On en a marre du bad-boy à moto

Bien que le talent de Tom Hardy est reconnu pour incarné des personnages écorchés vifs, ce n'est pas le cas ici pour Eddie Brock. Conduire une moto, porter un blouson en cuir et se soûler au bar après avoir été largué par sa copine ne fait pas de vous un anti-héros, mais le cliché d'un homme qui se veut "bad". Malheureusement, on n'y croit pas, et le film ne propose ainsi rien de nouveau dans l'image de l'anti-héros "de base". 

Au final, comment Venom peut-il l'être ? Eddie veut simplement éviter que le symbiote n'arrache la tête de tout ce qui bouge... Il n'a pas les traumatismes, ni la hargne de Logan/Wolverine (Hugh Jackman). Lui seul nous persuade avec son blouson de cuir, ses shots d'alcool fort, sa moto et ses cigares. 

Plus largement, le film ne surprend pas. Le réalisateur Ruben Fleischer avait pourtant montré son talent pour signer un film "dingue" comme Bienvenue à Zombieland. Venom n'a pas de personnalité et même selon certaines critiques, il ne choisit pas vraiment son ton : "Est-ce une comédie ? Un film d'horreur ? Une romance ? Un drame ? Pourquoi ne pas les essayer tous en même temps", explique Ty Burr du Boston Globe.

Mais, toujours mieux que "Spider-Man 3"

Malgré ces points négatifs, Venom reste supérieur à Spider-Man 3, notamment grâce à la relation entre Eddie Brock et le symbiote. Contrairement à Tobey Maguire qui se laisse pousser la mèche et devient violent, Eddie donne plus d'intensité au grand ennemi de Spider-Man. Même si certains trouveront ridicule que Venom veuille garder Eddie comme hôte, car il peut enfin réussir quelque chose à San Francisco, cela ne rendra pas moins cette "bromance" crédible. Cette intensité de la relation, on ne la voit pas dans Spider-Man 3 puisque Peter Parker ou Eddie Brocke, ne dialogue pas avec Venom. 

Par ailleurs Venom aurait pu se passer du PG-13 (interdiction aux moins de 13 ans) : ce n'est pas un film d'horreur, ni violent. 

Faut-il donc aller voir "Venom" ?

"Venom" reste un divertissement qui se regarde
"Venom" reste un divertissement qui se regarde Crédit : Sony Pictures Entertainment Deutschland GmbH

En somme, Venom n'est pas loin d'être la catastrophe décrite dans certains médias (The Guardian explique que le film est "empoisonné et terne"). Tom Hardy réussi sa prestation et permet au public de découvrir les origines de Venom, sans l'Homme araignée au casting. Et malgré les avis négatifs, Venom cartonne au box-office nord-américain et enregistre le meilleur démarrage historique d'un film avec 80 millions de dollars de recettes. 

Hardy donne à Eddie Brock une certaine excentricité, qu'on ne soupçonne pas au départ et surpasse ses partenaires Michelle Williams et Riz Ahmed, dont les personnages n'ont aucune profondeur. Le film ne vous restera pas en mémoire comme Avengers : Infinity War, mais permet tout de même de mettre en avant, pendant quelques minutes, Venom. "C'est le bordel, mais wow, c'est un bordel amusant et fascinant", résume bien le Chicago Tribune

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Marvel Spider-Man
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795113417
"Venom" mérite-t-il vraiment ses mauvaises critiques ?
"Venom" mérite-t-il vraiment ses mauvaises critiques ?
NOUS L'AVONS VU - En salles le 10 octobre 2018 en France, le film de Ruben Fleischer connaît un démarrage historique aux États-Unis malgré de très mauvaises critiques.
https://www.rtl.fr/culture/super/venom-merite-t-il-vraiment-ses-mauvaises-critiques-7795113417
2018-10-10 09:01:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/hIlk-y6rEBftbaV4o68QmQ/330v220-2/online/image/2018/1009/7795114852_venom-sort-le-10-octobre-2018-dans-les-salles-francaises.JPG