1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. We Love Green 2017 : entre quinoa et groupes indé, la recette du succès
3 min de lecture

We Love Green 2017 : entre quinoa et groupes indé, la recette du succès

Installé depuis six ans en région parisienne, le festival dit "écolo" organisé notamment par We Love Art (Peacock Society) rencontre un succès de plus en plus grand avec une programmation de plus en plus alléchante.

Le festival We Love Green se déroule les 10 et 11 juin au bois de Vincennes
Le festival We Love Green se déroule les 10 et 11 juin au bois de Vincennes
Crédit : Cécile de Sèze / RTL.fr
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze

Une fréquentation toujours en hausse malgré une météo parfois compliquée. Le festival We Love Green plante ses graines musicales une nouvelles fois au bois de Vincennes le week-end des 10 et 11 juin 2017. Six ans que l'événement qui se présente comme un rendez-vous culturel engagé pour une société plus respectueuse de l'environnement s'installe en région parisienne. Et depuis, les festivaliers sont de plus en plus nombreux. En 2011, ils étaient environ 13.000. En 2016, ils étaient 47.000. 

Entre temps, les scènes musicales se sont multipliées et déplacées du parc Bagatelle au plus spacieux bois de Vincennes. Les dates sont aussi passées de septembre à mai/juin. Si l'an dernier, We Love Green a été victime de la crue, les passionnés de musique et d'écologie se sont réunis en nombre, malgré la boue. Pourquoi le festival continue de s'étoffer et de prendre, année après année, une importance de plus en plus grande sur la scène des festivals de musique français ?

Une programmation pointue mais écletique

Année après année, les organisateurs peuvent se targuer d'attirer des groupes internationaux de renoms et rares sur la scène française. Dès la première édition, les festivaliers ont déjà pu se trémousser devant des artistes aussi attendus que Metronomy, Pete Doherty ou encore Selah Sue. 

Depuis, les planches de We Love Green ont vu défiler de nombreux groupes : Beirut, Camille, Norah Jones, Foals, London Grammar, Christine and The Queens, Nicolas Jaar, Julian Casablancas, PJ HarveyLCD Soundsystem, Air, Floating Points... 

À lire aussi

Enfin, pour sa sixième édition (pas de festival en 2013), la programmation est encore une fois pointue mais attirante pour tous les goûts. On retrouvera Agar AgarSolange (la sœur de Beyoncé), Justice, Amadou & Mariam ou encore Frànçois & The Atlas Mountains... Voilà une première bonne raison pour gonfler son nombre de visiteurs chaque année.

L'écologie autant que la musique

L'autre point fort du festival, c'est son engagement écologique. Les organisateurs font en effet beaucoup de démarches afin de respecter le maximum de contraintes respectueuses de l'environnement. Outre les think-tanks, les conférences, les débats et prises de paroles en public dans un espace dédié, de nombreuses petites actions jalonnent les stands du bois.

Des marques et ONG comme Greenpeace, Enercoop, Naturalia, Yves Rocher ou encore S.O.S Méditerranée, défendaient leur manière de s'occuper de l'avenir de la planète l'an dernier. Des poubelles de tri sont surveillées pour aucune erreur, les bouteilles de bière sont consignées, les toilettes sont sèches, les œuvres d'art sont réalisées à partir de matières renouvelables, des panneaux solaires alimentent une partie du festival, nourri à 90% par des énergies renouvelables et cette année, une start-up fournit des générateurs d'huile végétale recyclée, précise Marie Sabot, la fondatrice de l'événement, dans les colonnes de M

Quelques points à nuancer tout de même : l'an dernier, les visiteurs étaient dissuadés de venir en voiture en leur promettant des navettes avant les derniers métros. Malheureusement, le temps de sortir du lieu, sans personne pour assurer la bonne évacuation, il n'y avait plus de transports et beaucoup de festivaliers ont été obligés d'appeler des services de transports privés, solutions peu écologiques. Les sandwichs et autres repas préparés à l'avance sont interdits. Beaucoup de nourriture est donc jetée à l'entrée du festival. Enfin, les cartes qui servent au cashless sont autant de plastique imprimé puis laissé dans la nature que de festivaliers. 

Une offre "bobo" tendance

Enfin, cette combinaison entre des groupes de musique indépendante - ou du moins rarement diffusés sur les ondes généralistes - couplée à cette conscience écologique forment une formule qui fonctionne bien pour We Love Green. 

La nourriture très healthy où l'on vend des pommes de terre bio élevées en famille, des fich & chips labellisés "pêche équitable", de la nourriture sans gluten "detox" et "options vegan" ou encore des pizzas bio faites d'une croûte à l'olive... Une offre de restauration responsable et dans la tendance actuelle. 

Tout comme les couronnes de fleurs qui viennent se loger dans les cheveux coiffés/décoiffés des festivalières souvent habillées à la pointe de la mode. Un esprit bourgeois/bohème/écolo qui attire un public parisien, que la boue l'enlise ou que le soleil brille.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/