2 min de lecture États-Unis

Taylor Swift : l'affaire de plagiat pour sa chanson "Shake it Off" en appel

Poursuivie pour plagiat par deux compositeurs, la chanteuse pop n'en a pas fini avec la justice. L'affaire sera jugée en appel.

La chanteuse Taylor Swift
La chanteuse Taylor Swift Crédit : Frazer Harrison / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Maria Aït Ouariane

"The haters gonna hate, hate, hate, hate". Ce lundi 28 octobre 2019, la cour d'appel fédérale américaine a accepté le renvoi en appel d'une plainte contre la célèbre chanteuse Taylor Swift. 

En février 2018, les auteurs-compositeurs Sean Hall et Nathan Butler ont ainsi accusé l'artiste d'avoir copié les paroles de leur chanson Playas Gon’ Play dans son titre à succès planétaire, Shake it Off.  

Dans leur chanson sorti en 2001, les plaignants font allusion à leur "Playas, they gonna play/ And haters, they gonna hate" qui, selon eux, ressemble au "Cause the players gonna play, play, play, play, play/ And the haters gonna hate, hate, hate, hate, hate" de Taylor Swift. 

>
3LW - Playas Gon' Play (Official Video)

Le juge avait alors répondu avec humour et sarcasme, en citant les paroles de la chanteuse, et avait déclaré qu’il s’agissait de phrases courantes dans la culture populaire. 
"Combiner deux banalités sur les joueurs (playas) et les haineux (haters), notions bien ancrées dès 2001, ne suffit tout simplement pas", estimait-il avant de conclure que "les paroles en cause sont trop brèves, non originales, et peu créatives pour justifier une protection en vertu de la loi sur le droit d'auteur." 

À lire aussi
La rappeuse Chynna Rogers serait décédée d'une overdose à 25 ans musique
Chynna Rogers, la rappeuse d'A$AP Mob, est décédée à 25 ans

Selon les informations du site spécialisé Hollywood Reporter, la demande d'appel de la décision par les plagnants a été acceptée et sera cette fois soumise au jugement d'un jury. 

>
Taylor Swift - Shake It Off

Taylor Swift n'est pas la seule à faire face à de telles accusations. Récemment, la chanteuse Lizzo a été également accusée de plagiat par la chanteuse britannique Mina Lioness, mais également par les frères Justin et Jeremy Raisen. Les deux hommes auraient aidé l'artiste à écrire sa chanson Truth Hurts, une accusation qu'elle dément fortement. Lizzo a néanmoins ajouté la chanteuse britannique Mina Lionness au générique de la chanson, reconnaissant qu’un tweet viral de cette dernière avait été utilisé pour la première phrase de la chanson ; I just took a DNA test / Turns out / I'm 100% that bitch" - "Je viens de faire un test ADN et oui je suis à 100% ce genre de meuf/garce".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Plainte People
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants