1 min de lecture A la croisée des destins

Mike Brant a trouvé la gloire en France, mais pas l'envie de vivre

À LA CROISÉE DES DESTINS - Avec son physique de tombeur, le chanteur Mike Brant a connu un succès fulgurant dès son arrivée en France. Sa personnalité d'écorché-vif le mènera au suicide.

Jean-Alphonse Richard A la croisée des destins Jean-Alphonse Richard
>
Mike Brant a trouvé la gloire en France, mais pas l'envie de vivre Crédit Image : AFP (mise en ondes par Grégory Caranoni) | Crédit Média : Jean-Alphonse Richard | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard Journaliste RTL

Entre Mike Brant et la France, la croisée des destins s'est faite à 6.000 kilomètres de Paris : au Baccara, une boîte de nuit de Téhéran où il chante du Tom Jones.

Malgré la sono déplorable, le jeune homme séduit Sylvie Vartan et son secrétaire - bientôt chanteur -, Carlos. Ils lui proposent de les accompagner. Mike Brant débarque quelques semaines plus tard à Orly, seul, transi de froid, anonyme baragouinant deux-trois mots de français, pas plus d'anglais. Quelques mois plus tard, on ne parle que de lui.

>
Mike Brant : "Laisse-moi t'aimer"

Le compositeur Jean Renard lui a écrit les paroles en phonétique. Mike Brant fait trembler le hit parade. En cette même année 70, un succès chasse l'autre.

Avec son allure de playboy, ses chemises cintrées et ses yeux langoureux, Mike devient vite une caricature de chanteur à minettes. On le croit sûr de lui. Il est fragile comme le cristal et va se briser.

>
Mike Brant : "Qui saura"
À lire aussi
Elizabeth Taylor et Richard Burton à Paris en mai 1969 (Mise en ondes par Grégory Caranoni) A la croisée des destins
Elizabeth Taylor et Richard Burton, l'amour à la folie

Pour Mike Brant, la course aux tubes est lancée. Qui saura où il s'arrêtera ? L'Israélien vend plus de disques que Claude François. Il y a de la griserie dans l'atmosphère, les filles, l'argent facile, les grosses voitures. Il y a aussi du KO dans l'air. Un mal être que le chanteur, en pleine gloire, ne confie pas. Le 22 novembre 1974, à Hôtel de La Paix de Genève, il fait une tentative de suicide.

Mike a demandé à changer de style, lassé par cette image sirupeuse qu'il trimbale et la pression qui pèse sur ses épaules. Sauf qu'il n'a aucune clé pour échapper aux flammes de la célébrité. Il est étrangement seul, malgré la cour qui l'entoure. Aucune issue, sinon continuer à chanter des symphonies pour cœurs brisés.

>
Mike Brant : "C'est comme ça que je t'aime"

A Genève, Mike Brant avait promis qu'il ne recommencerait pas. Moins d'un an plus tard, le 25 avril 1975, il chute du sixième étage, avenue Erlanger, dans le XVIème arrondissement. Il avait 28 ans, des fans par milliers, mais personne pour lui demander de vivre.

>
Mike Brant : "L'oiseau noir et l'oiseau blanc"
Lire la suite
A la croisée des destins Musique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants