4 min de lecture Musique

La petite combine des artistes pour gonfler les écoutes sur les sites de streaming

REPLAY - Des entreprises proposent un service pour gonfler les scores des chansons sur les plateformes comme Deezer et Spotify. Une pratique qui permet aux artistes d'être mieux exposés.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
La petite combine des artistes pour gonfler les écoutes sur les sites de streaming Crédit Image : AFP | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Si la tricherie était avérée, elle ferait l'effet d'une bombe et rebattrait les cartes, les cartes de l'industrie musicale. C'est le journal Les Échos qui révèle ce matin une possible tricherie sur les sites de streaming. D'étranges anomalies ont été détectées sur les plateformes de téléchargement comme Deezer ou Spotify par le Syndicat de l’édition phonographique (SNEP), qui regroupe notamment les maisons de disque. Il s'est rendu compte que certains artistes de rap et de hip-hop cumulaient des scores d'écoute totalement démesurés, alors que dans le même temps les ventes de leur disque ne décollaient pas, et que la chanson ne passe pas plus fréquemment à la radio. Comment  l'expliquer ? Et bien des batteries d'ordinateur auraient servi à écouter en boucle les morceaux de ces artistes afin de gonfler artificiellement leur score.

Des entreprises font même de la pub sur Internet pour proposer ce genre de service : pour s'offrir 500.000 écoutes sur Spotify, il suffit de débourser 1.500 euros. Votre chanson est propulsée dans le top à partir d'1,4 million d'écoutes. Faites le compte. L'enjeu est de taille, car les ayants droit sont rémunérés par les plateformes en fonction de ce score d'écoute. Cette technique permet aussi d'enclencher une dynamique, par exemple à la radio où l'on prend en compte les classements des plateformes de téléchargement pour programmer une chanson. L'industrie de la musique attribue sa renaissance à ces sites de streaming. Si une telle tricherie était avérée, cette renaissance ne serait qu'un château de cartes.

Nicolas Sarkozy grinçant sur François Fillon

Mauvais comptes et comptes à rebours dans la presse aussi. "15 jours, je vous demande de tenir 15 jours", a dit François Fillon aux parlementaires de droite. "Quinze jours, comme s’il s’agissait d’un siège, écrit Denis Daumin dans La Nouvelle République. C'en est un. Non pas seulement celui de la police et de la justice. Pas uniquement celui des médias, s’alimentant les uns les autres. Non, c’est d’abord et surtout le siège de l’opinion  désabusée." "Il a demandé quinze jours et cela ressemble à une éternité" pour Bruno Dive dans Sud-Ouest. "Quinze jours de nouvelles révélations possibles, de lâchages politiques, et de sondages en torche." "Jusqu'où mène la colère ?, se demande Cécile Cornudet dans Les Échos. Car il ne faut pas s'y tromper, si les parlementaires Les Républicains envisagent l'après-Fillon, c'est qu'ils affrontent depuis six jours la furie des électeurs dans leur circonscription. Qu'est-ce que cette colère peut produire ?"

"La confiance a changé de camp, renchérit Guillaume Tabard dans Le Figaro. La droite, qui se préparait dans l'unité à une élection imperdable, est brutalement saisie d'angoisse. Tandis que les socialistes, qui se préparaient à aller à l'abattoir électoral, se remettent à espérer". Le Figaro qui pour la première fois depuis huit jours met ce sujet en une. "Dans la tourmente, Fillon accuse le pouvoir", titre le journal qui publie une tribune signée par 17 figures de la droite, qui réaffirment leur soutien au candidat. "Dans cette affaire, un homme joue son honneur. C’est beaucoup. Mais, dans cette affaire, un pays joue son avenir. C’est essentiel, dit cette tribune. Notre soutien à François Fillon est total parce que son engagement pour la France est vital. Rien ne nous arrêtera."

À lire aussi
Les 12 disques sélectionnés pour l'Album RTL de l'année 2019 musique
Album RTL de l'année 2019 : découvrez les 5 finalistes

Parmi les signataires, Bernard Accoyer, Jean-Pierre Raffarin ou Jean-François Copé. Mais pas Nicolas Sarkozy qui en coulisse est "plus grinçant que jamais", rapporte Le Parisien-Aujourd'hui en France. En petit comité, il fait allusion à une tirade de François Fillon qu'il n'a jamais digérée : "Et il dit quoi le général là ?" Hier soir, Nicolas Sarkozy devait quitter Paris pour quelques jours de vacances. Un élu Les Républicains : "Vous croyez qu'il est parti à Baden Baden ?" Autre question : est-ce qu'il s'en va pour 15 jours ?

Paris 2024 en ordre de marche

Un autre compte à rebours à la une. J-200 avant une autre élection, deux candidats sur les rangs, Paris et Los Angeles. C'est dans 200 jours que sera désignée la ville-hôte des Jeux Olympiques de 2024. Et c'est demain que sera déposé le dernier volet du dossier de candidature de Paris. Ça valait bien la une de L'Équipe, qui fait poser dans les escaliers majestueux de l'Opéra Garnier 100 jeunes de l’Insep avec le comité d'organisation et les sportifs qui soutiennent la candidature. Et il est là le grand changement : Paris a su tirer les leçons de l'échec retentissant en 2005 de Paris 2012, candidature portée par un aréopage de costumes gris, hommes politiques, hauts fonctionnaires, grands patrons. Alors pour 2024, les hommes politiques ont été priés de rester au second plan, tandis que tout est bon pour mettre les sportifs en avant, Tony Estanguet et Teddy Riner.

Pourtant, le meilleur lobbyiste de Paris 2024 est sans doute un homme politique. "Trump le VRP surprise", écrit L'Équipe. Le président américain et ses outrances sont en train de sérieusement plomber la candidature de Los Angeles et il y a des chances que ça dure plus de 200 jours. Que faire par exemple des athlètes venus des sept pays du décret anti-immigration ? On les prive de Jeux ? Réjouissons-nous au moins sur ce point, voilà un homme politique qui travaille pour nous sans qu'on le paye !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Musique Deezer Spotify
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants