2 min de lecture People

Ursula Andress : le bikini du siècle

PODCAST - Ursula Andress n'a jamais été la première des James Bond Girl. Avant de porter le bikini qui allait la rendre immortelle, elle était déjà une aventurière, une fille sans peur et sans passé. C'est ce qu'elle croyait, mais elle se trompait.

Jean-Alphonse Richard Confidentiel Jean-Alphonse Richard iTunes RSS
>
Ursula Andress : le bikini du siècle Crédit Image : UPI / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard édité par Marie Bossard

Ursula Andress est élevée à la dure mais elle ne manque de rien. Plutôt bonne élève au collège de jeune filles de Berne, elle aurait pu continue à faire sa vie en Suisse mais elle étouffe dans ce petit pays fait de montagnes et de pâturages. Trop curieuse et trop indépendante pour ne pas aller voir ailleurs. Elle se fait une promesse : toute son existence sera placée sous le signe de l'aventure. Un tour du monde permanent. Même quand elle sera célèbre, elle ne pourra s'empêcher de passer son temps à s'enfuir. Sans prévenir.


Ursula Andressa, 19 ans, a laissé loin derrière elle la vieille Europe et sa Suisse natale. À Los Angeles, elle est hébergée quelques temps par la starlette française Josanne Berenger, officiellement fiancée à Marlon Brando, qui avait déjà croisé Ursula à Rome. L'acteur a désormais tout le loisir de faire plus ample connaissance avec la jeune Suissesse. 

En dépit de son engagement auprès de Josanne, Marlon Brando fait d'Ursula Andress l'une de ses favorites. Il devient un habitué de la petite maison couverte de lierre que loue la jeune actrice sur Sunset Boulevard. S'il tourne ainsi autour d'elle, c'est parce qu'elle est l'une des plus séduisantes pensionnaires des studios. Mais c'est aussi par jeu, pour irriter l'autre star naissante du moment, James Dean, qui a des vues sur Ursula.

Une actrice lucide

Ursula Andress devient du jour au lendemain l'égérie sexy des studios d'Hollywood. Les réalisateurs de comédie se la disputent. Ils ont tous oublié son accent auquel on trouve désormais un charme exotique. Elle refuse tout d'abord de tourner un film avec le King Elvis Presley car, dit-elle, elle n'aime pas le rock. Puis le rencontre, tombe sous son charme et accepte de jouer dans l'Idole d'Acapulco

À lire aussi
Entre les soutiens clairs, les repentis et les silencieux, Hollywood se divise États-Unis
Présidentielle USA : soutenir Trump, un exercice très périlleux pour les stars

Durant le tournage, Elvis lui prépare des petits plats, la couvre de cadeaux, lui offre une vingtaine de chansons inédites, qui seront détruites dans une inondation, et un rarissime et hors de prix coupé BMW, importé d'Allemagne, qui restera des décennies entreposé dans une grange. Les journaux ne cesseront de spéculer sur une liaison, sans toutefois en trouver la preuve. "Nous sommes restés amis jusqu'à sa mort. Comme James Dean, il me disait qu'il avait l'impression de vivre dans une prison. J'ai vu de près le succès et les désastres qu'il causait" racontera-t-elle.

Ursula Andress sait depuis le début qu'elle ne se laissera pas dévorer par le mirage de la célébrité. Trop lucide pour savoir que son image, qui vaut de l'or ne durera pas éternellement. Aucun plan de carrière, aucune crainte de voir la chance tourner...

Jean-Alphonse Richard et Guillaume Evin, journaliste.
Jean-Alphonse Richard et Guillaume Evin, journaliste. Crédit : Justine Vignaux

L'invité "Confidentiel" :
Guillaume Evin, journaliste. Il a co-écrit avec Laurent Perriot "James Bond : bons baisers du monde", le premier atlas des films de James Bond, qui paraît le 7 octobre chez Dunot.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
People James Bond
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants