1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. "Une Ambition Intime" : "On n'obtient pas la confidence en attaquant les gens", dit Karine Le Marchand
3 min de lecture

"Une Ambition Intime" : "On n'obtient pas la confidence en attaquant les gens", dit Karine Le Marchand

INVITÉE RTL - Comment l'animatrice travaille pour obtenir la sincérité de ses nouvelles invitées politiques : Anne Hidalgo, Valérie Pécresse, Marine Le Pen, Rachida Dati et Marlène Schiappa ?

Karine Le Marchand
Karine Le Marchand
Crédit : PASCO & CO / M6
Une ambition intime fait son grand retour sur M6
00:07:53
Une ambition intime fait son grand retour sur M6
00:07:53
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

Elles seront cinq à discuter dans un cadre plus privé avec Karine Le Marchand. Cinq femmes politiques d'envergure nationale ont été conviées par M6 pour le nouveau volet d'Une Ambition Intime qui sera diffusée dimanche 7 novembre à 21h05 : Anne Hidalgo (PS), Valérie Pécresse (ex-LR, Soyons Libres), Marine Le Pen (RN), Rachida Dati (LR) et Marlène Schiappa (LREM). Pourquoi ce casting 100% féminin ? "Le pouvoir et les femmes c'est un petit peu compliqué en France et pas forcéement dans le reste du monde. Il y a une espèce de plafond de verre et aujourd'hui, en 2021, nous n'avons eu qu'une femme Premier Ministre qui n'est restée que 11 mois à Matignon et on a seulement une femme à la tête d'un parti politique et qui a 'hérité' de son père....", note Karine Le Marchand au micro de RTL.

Les entretiens seront bien loin des traditionnels rendez-vous politiques où les polémiques dictées par l'actualité et les propositions programmatiques occupent le terrain. Karine Le Marchand et son équipe préfèrent miser sur l'intime et tentent de décortiquer les personnalités profondes des dirigeants. "L'idée, c'est de raconter la construction psychologique et ce qu'on a vécu depuis petites. Comment on se dit un jour : je veux être ministre. Il n'y a que les hommes pour penser à devenir président en se rasant le matin. Les femmes, elles, ne font pas comme ça", dit l'animatrice. 

Karine Le Marchand ne pose pas simplement des questions sur les canapés de ces femmes pour obtenir des confidences. Elle interroge tous leurs proches pour obtenir des réponses plus inédites. "Quand vous interrogez les proches, la mère ou les enfants d'une invitée et qu'ils vous disent 'la plus grande épreuve de maman c'est...' elle ne peut pas s'échapper. Elle est obligée de répondre sur ce point-là. Toute l'importance de l'émission, c'est justement les témoignages des proches en amont, souligne Karine Le Marchand. "On n'obtient pas la confidence en attaquant les gens, ce n'est pas ma méthode".

L'animatrice prend-elle le risque de rendre sympathique toutes les personnes qu'elle interroge ? C'est la critique qui lui est souvent opposée. "On ne vote pas forcément pour le plus sympa, celui à qui on tape dans le dos. Angela Merkel, son parcours a été exemplaire mais ce n'était pas la plus fun, la plus drôle, la mieux habillée, la plus sympathique. Est-ce qu'on veut un président ultra sympa, un copain, un pote ? Ou une autorité ? Une figure paternelle ?, interroge Karine Le Marchand. Ce qui est intéressant, c'est que pour la présidentielle, chacun va voter selon ce qu'il envisage comme rôle paternel. Quelqu'un de dur et autoritaire, un copain et d'autres ont peut-être envie de faire une place à des femmes pour être présidente ou Première ministre. Des femmes qui pensent le temps long et gèrent plusieurs dossiers : maison, travail, etc. Elles ne sont pas dans l'envie seulement de satisfaire leur propre image en se disant qu'ils veulent marquer l'Histoire et qu'on se souvienne de leurs noms. "

À lire aussi

Diffusé depuis 2016, le programme propose des portraits en 30 minutes de personnalités politiques.  Nicolas Sarkozy, Arnaud Montebourg, Bruno Le Maire et Marine Le Pen ont participé à la première émission. Ce sera donc une deuxième émission pour la candidate du Rassemblement national. Alain Juppé, François Fillon, François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon ont été invités pour la deuxième. Ségolène Royal et Benoît Hamon avaient décliné mais Anne Hidalgo, elle, a accepté l'invitation. Entre 2,5 et 3 millions de téléspectateurs étaient au rendez-vous lors de ces précédentes éditions politiques.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/