1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. "RuPaul's Drag Race France" : ce que nous promet l'adaptation de l'émission culte
4 min de lecture

"RuPaul's Drag Race France" : ce que nous promet l'adaptation de l'émission culte

L'émission de télé-réalité aux 19 Emmy Awards qui transforme les drag queens en stars arrive en France. Préparez-vous.

RuPaul accompagné de nombreux candidates de son émission
RuPaul accompagné de nombreux candidates de son émission
Crédit : Ethan Miller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

Cela faisait des années que les fans français attendaient cette annonce. L'émission de télé-réalité RuPaul's Drag Race (RPDR) qui triomphe aux États-Unis et dans le monde depuis plus d'une décennie va enfin arriver en France. Le concept est simple : une dizaine de drag queens s'affrontent semaine après semaine lors de défis face à un jury intraitable. C'est The Voice, La France a un Incroyable Talent, Danse avec les Stars, Queer Eye, et une bonne dose de drama de télénovela en un seul programme. Le mélange est improbable mais addictif.

Une émission sur les drag queens ? C'est ce que l'on appelle une niche. Si les premières saisons étaient très confidentielles, le programme est devenu un gigantesque succès grâce à la culture web et l'amour de ses fans. Comme Koh Lanta, "RPDR" est devenu une super franchise avec 13 saisons, des all-stars, des spin-off au Royaume-Uni, au Canada, en espagne, En Hollande, en Thaïlande et aujourd'hui en Italie avant la France. 

Les drag queens qui n'étaient que des candidates sont désormais devenues des vraies stars de la comédie, de la chanson ou des cosmétiques et font des tournées mondiales pour vendre leurs talents et leurs produits. Il faut dire que les drag queens doivent savoir chanter (un peu), danser, être drôles, émouvantes, savoir coudre, avoir du goût, de l'énergie et avoir des idées plus folles les unes que les autres pour concevoir tenues et maquillages. L'art du drag qui n'était qu'un sous-genre du cabaret est devenu un empire et nombreux sont celles et ceux à vouloir en vivre aujourd'hui. Y compris en France. "L'attente du public est complètement dingue", constate auprès de RTL le producteur Nicolas Missoffe qui va être en charge de créer cette version Française. 

Une pluie de stars

Depuis l'annonce du lancement de l'émission et un appel à candidatures, les réseaux sociaux sont intarissables. Il y a les drag queens françaises qui rêvent de participer et doivent envoyer leurs plus belles candidatures. Et il y a les fans qui veulent savoir qui seront les membres du jury et les fameux invités qui viendront chaque semaine. L'émission américaine frappe toujours très fort : Lady Gaga, Andie MacDowell, Christina Aguilera, Lucy Lawless, Michelle Williams, Dita von Teese, Whoopi Goldberg, Jeff Goldblum, Alexandria Ocasio-Cortez, Nicki Minaj, Miley Cyrus, Shania Twain, Ariana Grande, Jessica Alba, Alyssa Milano... comptent parmi les guests du RPDR version originale. 

À lire aussi

La France devra faire aussi bien avec un savant mélange de vedettes locales, d'égéries LGBTQ+ voire de stars mondiales. Sur les réseaux sociaux, les fans français réclament déjà à cor et à cri la présence d'Amanda Lear, Jean-Paul Gaultier, Bilal Hassani, Arielle Dombasle, Laurence Boccolini,  Marianne, Christine and The Queens, Rossy de Palma, Angèle, Pomme, Hoshi,  Christophe Beaugrand... Certains rêvent aussi des inaccessibles Mylène Farmer ou Céline Dion. Le nom de Nicky Doll, seule queen française à avoir participé à l'émission originale aux États-Unis, revient aussi avec insistance. Si le producteur de RPDR France avoue constater un engouement incroyable autour de l'émission, il ne nous a révélé aucun nom.

Une compétition drôle et politique

"Nous sommes extrêmement fiers de ce programme. Il existe depuis plus de 10 ans aux États-Unis. C'est une émission qui est à la fois culte, inspirante et festive. Dans ces temps qui sont un peu compliqués, c'est important de proposer une émission comme celle-ci, qui prône l'amour, l'ouverture, l'acceptation des autres et de soi-même", salue le producteur. Il est vrai que si l'émission est divertissante et qu'il s'agit avant tout d'une compétition pour la gloire, RuPaul's Drag Race ne veut pas oublier son ambition politique. Les récits de rejet familial après un coming-out, les défis des personnes trans, la séropositivité, le racisme, les discriminations, l'homophobie... Toutes ces thématiques viennent régulièrement émailler les épisodes de l'émission qui mise surtout sur la légèreté. 

Si l'émission a un tel succès, ce n'est pas parce qu'elle donne des leçons avec des larmes et violons (même si cela peut arriver). Ce sont les défis hebdomadaires, les séquences cultes et les phrases-clés répétées ad nauseam par le présentateur RuPaul depuis des années qui fait le charme de l'émission. Si vous ne connaissez pas l'émission (et vous pouvez la rattraper en France sur Netflix tranquillement pour vous mettre à la page), voici ce qu'il se passe chaque semaine : le présentateur arrive en lançant un "hello, hello, hello", confie deux défis aux candidates (comédie, danse, musique, mode), l'une d'elle triomphe après une épreuve et un incontournable défilé final et la plus mauvaise doit être éliminée. Mais l'élimination n'intervient qu'après un "dernier lipsync de la mort". Les deux plus mauvaises drag queens de la semaine doivent faire un playback épique sur une chanson culte devant le jury. La meilleure est sauvée.

Ce concept peut paraître délirant (et soyons honnête, il l'est) mais c'est là sa force. L'absurdité fait partie intégrante de la compétition et gare à celles et ceux qui prendraient les choses trop au sérieux. Certaines épreuves sont cultes et interviennent chaque année comme le Snatch Game, un jeu d'imitation de célébrité hilarant. Comme toute bonne émission de télé-réalité, il ne faut pas sous-estimer la capacité des drag queens à devenir célèbre avec une sortie spectaculaire, un scandale, une langue bien pendue au confessionnal, etc. Seuls les téléspectateurs et les internautes qui font ou défont des carrières avec des gif.

Reste à savoir quand et où nous pourrons voir RuPaul's Drag Race France. "Ça fait deux ans et demi que nous avons les droits et nous avons un diffuseur", assure Nicolas Missoffe sans révéler quelle chaine ou plateforme aura le privilège de diffuser l'émission qui a offert à RuPaul quelques 19 Emmy Awards. Seule promesse : "Il y aura un vrai ADN français". Nous avons déjà hâte de voir ça. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/