1 min de lecture People

Rayane Bensetti défend d'Héloïse Martin, victime de grossophobie après "Fort Boyard"

Sur Twitter, Rayane Bensetti a fustigé tous les détraqueurs d'Héloïse Martin, attaquée sur son poids après son passage dans "Fort Boyard".

Héloïse Martin et Rayane Bensetti dans "Tamara Vol.2"
Héloïse Martin et Rayane Bensetti dans "Tamara Vol.2" Crédit : Arnaud Borrel / UGC Distribution
Capucine Trollion
Capucine Trollion
Journaliste RTL

Rayane Bensetti monte au créneau. L'acteur et danseur a pris la défense d'Héloïse Martin, victime de grossophobie sur Twitter, après son passage dans Fort Boyard, le 27 juillet 2019. Une situation intolérable pour le jeune homme, qui n'a pas mâché ses mots sur le réseau social. 

Dans un message du 30 juillet 2019, Rayane Bensetti, à l'affiche du Roi Lion où il double Simba, fustige toutes les personnes qui ont insulté et harcelé Héloïse Martin entre le 27 et le 28 juillet 2019. 

"Twitter quel monde de gros bâtard !!! (...) Vous êtes honteux, ça me donne envie de vomir (...) Bande de lâches", a notamment écrit Rayane Bensetti. L'interprète de Diego dans les films Tamara termine son message par : "Allez voir #Tamara et regardez son talent au lieux de sa forme", avec l'émoji de la main où le majeur est levé.

Au lendemain de sa participation à Fort BoyardHéloïse Martin s'était défendu des attaques sur son poids. "C’est dingue de recevoir autant d’insultes sur mon physique. J’ai participé à Fort Boyard et nous avons joué pour une magnifique association. Je n’étais pas là pour faire la belle, mais pour me surpasser, et pour essayer de réussir des épreuves très difficiles", avait-elle répondu à ses détraqueurs, avant de quitter Twitter.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
People Médias Twitter
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants