1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. "Plus Belle La Vie" : Roland Marci, "c'était le personnage totémique", raconte Michel Cordes
3 min de lecture

"Plus Belle La Vie" : Roland Marci, "c'était le personnage totémique", raconte Michel Cordes

DOCUMENT RTL - Roland Marci, patron emblématique du bar du Mistral de la série "Plus Belle La Vie" va mourir. Dans l'épisode diffusé lundi 3 octobre sur France 3, Michel Cordes quittera définitivement la série et le personnage qu'il a incarné pendant 18 ans. Il se confie sur RTL.

Michel Cordes alias Roland Marci dans Plus Belle la Vie
Michel Cordes alias Roland Marci dans Plus Belle la Vie
Crédit : Philippe LEROUX
DOCUMENT RTL - "Plus Belle La Vie" : les confidences de Michel Cordes
00:09:02
Laurent Marsick

Pendant 18 ans, Michel Cordes a incarné Roland Marci, l'emblématique patron du bar du Mistral. Le point "central" de la Place du Mistral dans la série Plus Belle La Vie. 18 ans d'allers-retours entre Marseille et Nîmes où l'acteur réside. 18 ans de joies et de bonheur raconte l'acteur. Mais aujourd'hui, Michel Cordes raccroche définitivement. 

Roland Marci va mourir : "C'est un secret de polichinelle, raconte Michel Cordes. Oui mon personnage meurt. Hubert Besson le producteur qui était là au début de l'aventure disait souvent que Roland, c'était le personnage totémique. Donc, je crois que si la tribu disparait (la fin de Plus Belle La Vie aura lieu le 18 novembre prochain) il est logique qu'on abatte le totem."

Plus belle la vie a rythmé la vie de millions de téléspectateurs, certains s'attachant au-delà du raisonnable aux personnages et aux histoires de la série. À la sortie des studios de la Belle de mai à Marseille où se tourne la série, rares sont les jours sans un groupe de fans qui attend d'apercevoir les acteurs et actrices. 


"J'ai bien vécu cette aventure parce qu'on a touché le public. Pour moi, le public, c'est le patron. Je crois que le feuilleton s'est beaucoup basé sur l'affectif, et le public s'est dit "ils sont comme nous". Beaucoup de gens ont cru que c'était la vie à Marseille. Au contraire, les producteurs avaient dès le départ décidé de ne pas parler de la vie à Marseille, on parle de la vie, de la société française. Ça aurait pu se passer à Brest ou à Lille, ç'aurait été à peu près pareil... On parlait de la société française. D'ailleurs, statistiquement, le Nord était la région qui regardait le plus."

Des acteurs et pas de star

Dès le départ, ça a été le tour de force de ce feuilleton quotidien en embauchant des acteurs et actrices qui n'étaient pas des stars du cinéma ou de la télé. "Les producteurs ont eu cette intelligence de ne pas coller une vedette ou deux, ils ont constitué un groupe solidaire et solide, raconte Michel Cordes. Une des grandes satisfactions, c'est que la plupart des comédiens et comédiennes qui venaient disaient on s'est senti bien". 

Plus Belle La Vie a aussi été un vivier de talents donnant une chance à des jeunes comédiens et des comédiennes, comme un accélérateur de carrière pour certaines. "J'ai vu démarrer Laëtitia Milot, ou encore Dounia Coesens. Tout ça a fonctionné comme une famille. La grande majorité des comédiens et comédiennes qui sont venus pour quelques jours ou pour trois mois sont toujours repartis en disant 'on était bien et on reviendrait avec plaisir'. Ça veut tout dire."

"Il y a des gens pour qui on était très important, martèle Michel Cordes, on faisait partie de leur vie et tout d'un coup, il va leur manquer un membre de la famille. Voilà, notre victoire. C'est la victoire de toute une équipe. J'insiste sur ce point, parce que pour moi, le feuilleton, c'est pas juste des vedettes. Il y a 200 personnes, il y a des techniciens, des équipes administratives etc. 200 personnages qui bossent pour la même chose que moi. J'espère aussi que ce bel outil technique qui a été créé, pour d'autres raisons, sous d'autres formes servira encore et que tous ces gens-là travailleront. Ce sont eux qui l'ont fait ce feuilleton. Donc, ils méritent de continuer [à travailler]".

Un dernier tour de piste

Lundi 3 octobre (et la veille sur Salto) dans l'épisode 4630, le public dira donc adieu à Roland Marci (et à la place du Mistral par la même occasion qui sera rebaptisée "place Roland Marci"). La voix tremble lorsque Michel Cordes se souvient du tournage de son ultime scène : "C'est un souvenir impérissable. Il y avait 150 personnes sur le plateau. Pendant dix minutes, ils n'arrêtaient pas d'applaudir". 

Dans les coulisses des studios de la Belle de Mai où se tourne Plus Belle la Vie
Dans les coulisses des studios de la Belle de Mai où se tourne Plus Belle la Vie
Crédit : Laurent Marsick

Et après ? "Après, répond Michel Cordes, je vais profiter de la vie. Je ne cherche pas (à remonter sur les planches ou à tourner). Avant Plus belle La vie j'ai tourné dans une cinquantaine de films, et à partir du moment où j'ai débuté dans Plus Belle La Vie j'ai été estampillé "marseillais de service", c'était terminé pour moi. Je vais donc profiter de la vie en me plongeant dans mon autre passion : la sculpture sur bois".

En attendant de découvrir peut-être une exposition du sculpteur Michel Cordes, on pourra donc le revoir une dernière fois dans le feuilleton de France 3 produit par Newen Studios lundi 3 octobre à 20h20.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.