1 min de lecture Monica Bellucci

Monica Bellucci soupçonnée d'évasion fiscale par Bercy

La célèbre actrice est soupçonnée par le fisc français de s'être soustraite à l'impôt sur le revenu et à l'impôt sur la fortune, selon "Mediapart".

Monica Bellucci à Paris, le 5 février 2018
Monica Bellucci à Paris, le 5 février 2018 Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Des révélations embarrassantes ? Le Tribunal fédéral suisse a validé en appel une décision autorisant la transmission des informations bancaires relatives aux avoirs suisses de Monica Bellucci, selon Mediapart. 

D'après ce document, publié par le site d'information suisse Gotham City, l'administration fiscale française soupçonnerait la célèbre actrice italienne d'avoir esquivé le paiement de l'impôt sur le revenu et l'impôt sur la fortune (ISF) entre 2010 et 2013, au moyen d'une résidence à Londres, qui pourrait être fictive, et en plaçant ses avoirs au Luxembourg et en Suisse.

La star avait déjà conclu un accord amiable avec le fisc en 2016 après un contrôle fiscal, mais elle n'aurait pas payé les arriérés d'impôts dont il avait été convenu à ce moment-là, indique Mediapart. L'avocat de la comédienne a réagi auprès du pure player, défendant la thèse que sa cliente ne résidait pas dans l'Hexagone au cours de la période visée. 

"Ce n'est pas du tout la situation d'un résident français qui cachait de l'argent en Suisse, puisque madame Cassel (elle a divorcé de Vincent Cassel en 2013, ndlr) n'était pas résidente en France", a déclaré Me Marc Vaslin. Charge désormais aux enquêteurs de déterminer si le domicile londonien de Monica Bellucci était réel ou fictif.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Monica Bellucci People Bercy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants