1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Miss France : l'association Osez le féminisme! attaque l'émission en justice
1 min de lecture

Miss France : l'association Osez le féminisme! attaque l'émission en justice

VU DANS LA PRESSE - L'association attaque le célèbre concours aux Prud'hommes, estimant que la participation des candidates équivaut à une prestation de travail.

Amandine Petit, Miss Normandie devenue Miss France 2021, le 20 décembre 2020
Amandine Petit, Miss Normandie devenue Miss France 2021, le 20 décembre 2020
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Étienne Bianchi

Mauvaise nouvelle pour la société Miss France et Endemol Productions. L'association féministe Osez le féminisme!, accompagnée de trois personnes ayant souhaité rester anonymes, estime que le concours est discriminatoire et enfreint le Code du Travail. Pour essayer de le prouver, Osez le féminisme a saisi les Prud'hommes, vendredi 15 octobre dernier.

"La participation au célèbre concours de beauté reviendrait à livrer une prestation de travail ; le règlement imposé par Miss France comporterait des clauses discriminantes ; postuler au poste de Miss France relèverait de la discrimination à l’embauche", estime l'association dans le journal Le Monde. Les Prud'hommes vont devoir trancher si les prestations des candidates relèvent d'un contrat de travail et non pas du bénévolat. 

De plus, selon l'avocate de l'association, les nombreuses conditions pour être candidate (ne pas avoir de tatouage, d'enfants, d'être célibataire) rendraient l'offre d'emploi illégale car discriminatoire. Osez le féminisme estime aussi que le travail fourni par les jeunes femmes tend vers "une émission à valeur économique" et donc équivaut à relation d'ordre contractuelle. 

"Nous avons beau protester chaque année contre ce concours qui véhicule des valeurs sexistes, rien ne change jamais", assène Alyssa Ahrabare, la présidente de l’association. Les trois demanderesses qui accompagnent l'association sont des femmes qui ont dû renoncer, car ne répondant pas aux critères de sélection, précise Le Monde. Elles demandent un euro symbolique de dommages et intérêts, mais une astreinte de 5.000 euros par jour pourra être demandée en cas de retard. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/