1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. "Les Guignols de l'info" : tous les auteurs auraient été remerciés par Canal +
2 min de lecture

"Les Guignols de l'info" : tous les auteurs auraient été remerciés par Canal +

Trop payés et pas assez "dociles", les quatre auteurs seraient virés, selon les informations du "Parisien".

La marionnette des "Guignols" représentant Dominique Strauss-Kahn.
La marionnette des "Guignols" représentant Dominique Strauss-Kahn.
Crédit : ALEXANDER KLEIN / AFP
Julie Coste

Vincent Bolloré a renoncé à supprimer Les Guignols de l'Info. Mais l'actionnaire principal de Vivendi, qui possède Canal +, n'aurait pas pour autant renoncé à mettre des bâtons dans les roues à l'émission satirique. Ainsi, selon les informations du Parisien ce samedi 25 juillet, les quatre auteurs historiques de l'émission auraient été licenciés. "Lionel Dutemple, Julien Hervé, Philippe Mechelen et Benjamin Morgaine, les quatre plumes des marionnettes depuis respectivement seize ans pour les deux premiers, sept ans pour le troisième et trois ans pour le dernier" "sont virés", affirme le quotidien.

"Traumatisés", ils refusent de prendre les appels pour commenter l'information. Canal + et Vivendi n'ont pas non plus confirmé les annonces du Parisien. Cette charrette est "une décision assumée par Maxime Saada, le nouveau directeur général du groupe. Le même qui, dans Le Figaro du 23 juillet, annonçait : 'L'émission reste en format quotidien et conserve intacts ses 17 millions d'euros de budget'", précise le journal. 

Payés jusqu'à 35.000 euros par mois

Le Parisien affirme que "les plumes des marionnettes sont très grassement payées : 35.000 euros brut par mois pour les plus anciens. Pas difficile d'en trouver des moins chers, et plus dociles". Le journal fait ici référence aux raisons supposées qu'avaient Vincent Bolloré de vouloir retirer Les Guignols de l'antenne. Selon L'Obs, l'homme d'affaires aurait souhaité contenter son ami Nicolas Sarkozy, irrité par sa marionnette

Au-delà des Guignols, "les têtes tombent beaucoup ces jours-ci dans le groupe Canal +, écrit Le Parisien. Après Rodolphe Belmer, le directeur général jugé trop indocile et soupçonné d'avoir fait fuiter l'arrêt des Guignols, Thierry Langlois (directeur des antennes), Alice Holzman (patronne de CanalSat), c'est Renaud Le Van Kim qui saute. Ce producteur historique de la chaîne, mais dont la société appartient au groupe Zodiak, a donné hier (vendredi) sa démission de l'entreprise KM, au nom inspiré de son patronyme. C'était la condition pour que cette dernière, qui produisait Le Grand Journal depuis onze ans, continue à assurer les cérémonies des Césars, du Festival de Cannes et l'émission Conversation secrète, de Michel Denisot, pour la chaîne", précise le journal. "Dernière victime de la purge ? Ce vendredi, Ara Apri-kian, à la tête de D8, D17 et iTélé, a été remercié. C'est les mains vides qu'il a quitté vers 16h30 le siège du groupe. Éjecté en quelques minutes, sans avoir le temps de faire ses cartons. Comme Rodolphe Belmer avant lui", affirme le journal. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/