1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. "Le Grand Journal" : Maïtena Biraben, "fidèle à l'idée de Canal+", a fait ses adieux à l'émission
3 min de lecture

"Le Grand Journal" : Maïtena Biraben, "fidèle à l'idée de Canal+", a fait ses adieux à l'émission

Après seulement un an à la tête de l'émission la plus exposée de Canal+, Maïtena Biraben quitte un navire qui prenait l'eau côté audiences.

Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

En septembre, Canal+ lui offrait l'émission la plus exposée et commentée de sa grille. Dix mois plus tard, alors que les audiences peinaient à dépasser le demi-million de téléspectateurs, Maïtena Biraben a animé son dernier Grand Journal ce vendredi 24 juin. Après Yann Barthès, qui a quitté Le Petit Journal la veille, l'animatrice s'est livrée aux rituels adieux. "Merci infiniment à cette équipe de cinglés et de zinzins, on a vécu des trucs de fou et on les a vécus ensemble", a-t-elle d'abord déclaré.

Elle a ensuite raconté son histoire qui la lie à la chaîne cryptée. "Il y a bientôt 13 ans, j'arrivais sur Canal+. J'ai croisé des équipes exceptionnelles. Il y avait celle des Nouveaux explorateurs qui était totalement politique, celle, lumineuse, de La Matinale, celle, inoubliable, du Supplément. Je pense à eux ce soir. À ceux qui cette année étaient à mes côtés, aussi. Je pense aux collaborateurs de Canal qui font et qui sont cette chaîne. Et aussi à vous, de l'autre côté, fidèles à l'idée Canal. Canal c'est une idée, une culture. On ne quitte pas une culture, on ne quitte donc pas Canal. On l'emporte avec soi. Bonsoir".

Des polémiques à répétition autour du "Grand Journal"

En plus des audiences difficiles, l'émission d'access de Canal +, la vitrine de la chaîne, a souffert de nombreuses polémiques tout au long de cette saison cauchemar. Maïtena Biraben, qui succédait à Antoine de Caunes en septembre 2015, a été notamment critiquée après une interview de l'avocat Éric Dupont-Moretti pendant laquelle elle a associé discours de vérité et Front national. "Vous savez que les propos de la vérité sont souvent tenus et incarnés par le Front national aujourd'hui, rarement par le Parti socialiste, très rarement par les partis classiques", avait-elle lancé.

L'animatrice avait également fait l'objet de toutes les rumeurs lorsqu'elle a déserté la présentation de l'émission en avril. Les plus médisants évoquaient alors un conflit entre la journaliste et ses équipes, qu'elle aurait jugé pas assez réactives après l'annonce de la mort du chanteur Prince. Au micro d'Isabelle Morini-Bosc, elle avait opposé sa version de l'histoire. "On a pu lire que, contrariée, je ne vais pas à mon travail, alors je sais bien qu'on fait un métier bizarre à la télé mais, quand même, on est soumis au même code du travail que tout le monde. On ne peut ne pas aller faire son travail parce qu'on est contrarié. Je trouve cela tellement drôle !"

À lire aussi

Treize ans après ses premiers pas sur la chaîne cryptée, Maïtena Biraben n'en a pas dit plus sur son avenir médiatique. Le Grand Journal, de son côté, devrait survivre à ce nouveau départ et connaître un quatrième meneur de jeu, après Michel Denisot (2004-2013), Antoine de Caunes (2013-2015) et donc Maïtena Biraben (2015-2016).

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/