1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Isabelle Morini-Bosc : " Maïtena Biraben s'est retrouvée accusée de tout par tous"
2 min de lecture

Isabelle Morini-Bosc : " Maïtena Biraben s'est retrouvée accusée de tout par tous"

ÉDITO - Le 2 juin, Canal + annonçait dans un communiqué officiel le départ de Maïtena Biraben, présentatrice du "Grand Journal".

Maïtena Biraben a été une "guerrière" face aux critiques
Maïtena Biraben a été une "guerrière" face aux critiques
Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Isabelle Morini-Bosc

"Maïtena Biraben a souhaité quitter la présentation du Grand Journal à la fin de la saison. Son énergie et sa passion ont nourri les émissions qu'elle a animées sur les antennes de Canal +. Nous lui souhaitons un plein succès dans ses projets". Fin du communiqué de Canal +. Début du buzz. Avec déjà des tweets ironiques sur le fait que l'inondation récente du plateau du Grand Journal était en fait prémonitoire, que l'émission prenait l'eau et Maïtena avec...On "touchait le fond" et toute la blogosphère de se déchaîner. Sans moi. 

J'ai même lu des messages lui reprochant d'avoir les dents jaunes. S'il fallait d'ailleurs s'arrêter 5 minutes sur "du dérisoire", ce serait pour signaler que la mode étant actuellement aux animateurs qui se font blanchir les quenottes au "karcher" façon "blanc bidet", ceux et celles qui n'y ont pas recours souffrent forcément du différentiel. Je note malgré tout que la dent qu'elle serait en droit d'avoir contre les journalistes, est irréprochable. "Vous la défendez constamment alors qu'elle a coulé Le Grand journal", m'ont déclaré plusieurs internautes. À les en croire, j'ai découvert Maïtena Biraben comme Bernadette Soubirous a découvert la Vierge dans la Grotte de Lourdes. Si on ose dire face à quelqu'un qu'on dit "lourdé". Cela me semble évidemment très excessif même si, à y bien réfléchir, il y a de l'idée dans cette image !

"Elle disait, les médias suivaient"

Mais oui. Faisant obstinément partie des gens qui écoutent et regardent avant de jauger puis juger, j'ai procédé de la même façon avec Maïtena Biraben. Or donc, Maïtena ? Sur M6, France 5 et Canal +, j'ai toujours eu de l'estime pour cette pro attachante sachant "de quoi elle parlait", même lorsque je ne partageais pas ses coups de cœur et ses coups de gueule qui lui valaient alors d'être connue et reconnue de tous. Sans l'avoir sollicité. Elle disait, les médias suivaient. Or voilà que cette année, simplement pour avoir accepté une place qu'elle n'avait pas volée, elle s'est retrouvée accusée de tout par tous, notamment d'une perte d'audience pourtant "initialisée" avant son arrivée. Encensée au-delà du raisonnable un an plus tôt dans les médias, laminée au-delà de l'admissible un an plus tard par ces mêmes médias

J'en veux nettement moins à Vincent Bolloré qui, étant patron, réagit en patron, qu'aux observateurs dont c'est le métier d'observer et qui ont constamment "regardé ailleurs". Qu'ont-ils dit ? Qu'elle était nulle, qu'elle proférait des énormités, relevant toutes les petites phrases qui ne devenaient des bourdes que par le sens qu'ils leur prêtaient. Ils cherchaient la faute comme le cochon cherche la truffe

À lire aussi

Qu'auraient-ils surtout dû noter outre je le concède, quelques erreurs ? a) Que Le Grand Journal avait perdu sa locomotive des Guignols et b) que l'émission cryptée précédant Maïtena "plombait" son démarrage. J'ai d'autant plus admiré sa façon de rester constamment droite dans la tempête, avec un vrai refus de rajouter du "buzz au buzz". Oui, j'admire cette "guerrière" franchissant chaque jour son "Anapurna à cloche-pieds". C'est à dire "en y allant" malgré les difficultés. Il en sera ainsi jusqu'à la fin de la saison, une fin qu'elle n'a pas voulue. Je la respecte d'autant plus. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/