3 min de lecture Médias

Isabelle Morini-Bosc : "Les chaînes de télé diffusent des séries comme on fabrique du boudin"

ÉDITO - De nombreuses chaînes lassent les téléspectateurs en diffusant plusieurs épisodes d'une même série ou d'un programme à la suite, et de plus en plus tard dans la soirée. Un vrai gavage.

La série "No Offence" a reçu des audiences mitigées à cause de sa programmation
La série "No Offence" a reçu des audiences mitigées à cause de sa programmation
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Je sais, la critique est aisée et l'art difficile. C'est sûr. Si le métier de programmateur était facile, cela se saurait. On a en revanche le droit de s'interroger sur certains choix des chaînes. Par exemple, sur la curieuse habitude qu'elles ont pris de proposer des séries comme on fabrique du boudin, en "débitant" le plus possible d'épisodes en un minimum de temps. Le diffuseur ne propose plus, il fourgue. Dans le Sud-Ouest, on appelle ça du gavage

Prenons les séries américaines, bien que cela se pratique également pour les créations françaises. Si on "dissèque" les pratiques dans le public comme dans le privé, on constate que, naguère, on a d'abord "systématisé" le passage de deux inédits, là où les Américains, eux, n'en proposent toujours qu'un par soirée. Jusque-là, rien à dire ni à redire malgré tout. Deux histoires palpitantes à la suite, qu'elles soient "sociétales", médicales ou policières, ça se prend surtout si ça surprend ! 

Plateau repas et plateau télé, pas vrai, ça va bien ensemble pour "installer" une bonne soirée ! Sauf que très rapidement, le rythme est passé à trois inédits d'affiler, d'où un début de difficulté pour des téléspectateurs qui viennent d'achever une journée de travail et vont en commencer une autre. 

"No Offence" : trop d'épisodes à la suite

Arrive un moment où, au lieu de délasser, cet enchaînement d'images rajoute de la fatigue à la fatigue. Or, nous en sommes aujourd'hui à une succession de quatre "volets". Soit une exception culturelle française dont il n'y a pas lieu se vanter. Le dernier exemple en date de cette nouvelle sale habitude dont rien ni personne ne sort gagnant, concerne France Télévisions, avec la série anglaise No Offence

À lire aussi
Ary Abittan dans Les Grosses Têtes Télévision
"Mask Singer" : Ary Abittan nie être le Monstre qui a chanté "Que je t'aime"

Il est certes possible de regarder massivement après-coup cette création "feuilletonnante", mais franchement, le but d'une nouveauté de cette qualité est (encore aujourd'hui) de fédérer un large public en direct. Or de nombreux téléspectateurs, découragés, ne sont tout simplement pas venus. Ou revenus. Dommage pour cette fiction tonique dans laquelle des héroïnes culottées prennent pourtant des déculottées, où le langage est aussi cru qu'un steak Charal "emballé" comme nous ! 

Des audiences décevantes après minuit

On est donc amené à se demander si France Télévisions n'a pas fait le coup du "J'ose sans oser tout en osant". Le groupe a-t-il eu peur de choquer un public qui en a vu d'autres et sait reconnaître un "bon produit" ? D'où cette diffusion à la va-comme-je-te-pousse  nuisible au programme ? On espère que ce n'était pas le but recherché. On l'espère également pour un autre type d'émission qui a "subi le même sort : L'Heure H sur France 3. L'historien Franck Ferrand est revenu lundi dernier sur trois événements majeurs, la mort de Lady Di, l'assassinat raté du pape et celui, réussi, de l'égyptien Sadate. 

Trois sujets passionnants qui, forcément, n'ont pas fait le plein de curieux. Vous avez envie, vous, de "révélations historiques" à près de minuit ? Moi non plus. D'où une audience globale forcément décevante. D'où, là encore, cette interrogation muette : la direction de France 2 a-t-elle proposé un "pack de trois sujets" parce qu'elle croyait trop à l'émission, ou parce qu'elle n'y croyait pas assez ? Faisant ainsi un solde de tout compte destiné à "brader" l'histoire sur France 3 ? Poser la question, c'est (un peu) déjà y répondre...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médias Isabelle Morini-Bosc Télévision
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants