1 min de lecture Médias

France Télévisions : "Envoyé Spécial" menacé par les coupes budgétaires ?

Une assemblée générale des journalistes du groupe audiovisuel public a évoqué les conséquences des coupes budgétaires sur l'info.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
la rédaction info de France TV craint les coupes budgétaires Crédit Image : JEAN AYISSI / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Laurent Marsick
Laurent Marsick
Journaliste RTL

Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, doit faire face à des coupes budgétaires et s'attaque à un domaine sacro-saint : l'information. Inquiets, les journalistes étaient réunis en assemblée générale ce jeudi 23 novembre. De son côté, la direction de France Télévisions assure dans un mail interne qu'elle n'a jamais eu l'intention de porter atteinte aux marques Envoyé Spécial ou Complément d'Enquête.

Mais il va falloir faire des économies et il y aurait moins de monde pour travailler sur ces émissions. Ce qui pourrait provoquer une réorganisation des soirées de l'info. c'est une piste de travail. Envoyé Spécial ne serait ainsi diffusé que deux fois par mois, au lieu de trois

Les autres jeudis seraient partagés entre Complément d'enquête, qui glisserait en première partie de soirée, L'angle éco et L'Émission politique. Côté France 3, le Soir 3 Week-end pourrait disparaître dès janvier. L'économie espérée se monterait à cinq ou six millions d'euros, pour un budget info de 246 millions pour tout France Télévisions. 

Une motion de défiance envisagée

Côté journalistes, il y a un sentiment de trahison. Delphine Ernotte avait assuré qu'ils seraient épargnés par les économies demandées. Pour les journalistes, c'est une catastrophe. Ils estiment qu'il ne sera plus possible d'offrir aux téléspectateurs des enquêtes longues et fouillées, qui font souvent l'actualité. 

À lire aussi
Laurent Ruquier dans "On n'est pas couché" Télévision
"On n’est pas couché" : découvrez les deux témoins de samedi

"Il se pourrait qu'on organise un vote d'une motion de défiance, ce qui serait une première d'après moi, contre la présidence de France Télévisions, si elle ne nous reçoit pas dans les prochaines heures, dans les prochains jours", menace Clément Le Goff, président de la Société Des Journalistes de France 2. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médias
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants