1 min de lecture People

Emmanuelle : "Je sniffais, courais, tombais..."

Aujourd'hui dans "Confidentiel", Jean-Alphonse Richard vous raconte le destin perdu de Sylvia Kristel, l’héroïne du film "Emmanuelle".

Jean Alphonse Richard Confidentiel Jean-Alphonse Richard
>
CONFIDENTIEL DU 28/04/18 SYLVIA KRISTEL Crédit Média : Jean-Alphonse Richard | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard et Justine Vignaux

Sylvia Kristel a grandi dans une chambre d'hôtel. La numéro 22. Presque sous les toits de l'établissement familial, l'Hôtel du Commerce, quartier de la gare à Utrecht, aux Pays-Bas. 

Son père, Jean-Nicholas  boit trop, joue de la musique et laisse son destin s'évaporer. Sa mère, Piet, élevée dans le puritanisme religieux, est une femme austère et silencieuse. Pour se rassurer prend quelques verres en cachette. Et pour calmer ses enfants turbulents, elle pose sur leurs lèvres un mouchoir imbibé d'un peu de sucre et de cognac.

En ce début des années 60, alors que le monde s'apprête à faire sa révolution et que les Beatles ont commencé leur ascension, l'hôtel du Commerce d'Utrecht semble arrimé à un passé oublié. Ces murs vieillots qui abritent les voyageurs de passage, forment un labyrinthe secret.

À lire aussi
Eddy Mitchell, le 2 mars 2018 à Paris médias
VIDÉO - Eddy Mitchell choque en s'en prenant à David Bowie et Jean-Luc Godard

A l'âge de neuf ans, ce décor est pourtant devenu pour Sylvia Kristel celui d'un cauchemar. Un soir, le réceptionniste et un serveur rattrapent la petite fille, la bloquent sur une estrade, dans la salle de réception déserte et tentent d'abuser d'elle.
L'arrivée d'une de ses tantes, alertée par les bruits, évitera qu'elle ne soit violée.
Les employés seront renvoyés sur le champ. Sylvia Kristel ne dira jamais rien de son effroi et de son dégoût mais gardera pour toujours cette terreur muette, cette douleur intime.

Sylvia Kristel, adolescente blessée, se retrouve vite à quelques kilomètres d'Utrecht dans un pensionnat religieux pour jeunes filles de bonne famille. Ici se joue la formation de futures épouses dévouées et attentionnées, prêtes à perpétuer les charmes discrets de la bourgeoisie hollandaise.

Le reste de son existence, Sylvia Kristel n'aura de cesse, comme les orphelins de la comédie musicale, de vouloir composer une famille. Rêve de normalité et de bonheur calme. Pour en finir avec le chaos.

L'époque des premières amours. Et celle d'une rencontre qui vous encourage à changer de vie.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
People Portrait Cinéma
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793173131
Emmanuelle : "Je sniffais, courais, tombais..."
Emmanuelle : "Je sniffais, courais, tombais..."
Aujourd'hui dans "Confidentiel", Jean-Alphonse Richard vous raconte le destin perdu de Sylvia Kristel, l’héroïne du film "Emmanuelle".
https://www.rtl.fr/culture/medias-people/emmanuelle-je-sniffais-courais-tombais-7793173131
2018-04-28 15:00:00