1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. La vérité sur la mystérieuse mort de Frédéric Chopin
1 min de lecture

La vérité sur la mystérieuse mort de Frédéric Chopin

Plus de 160 ans après la mort du compositeur de génie, une équipe de scientifiques a levé le voile sur ce mystère.

Portrait de Frédéric Chopin
Portrait de Frédéric Chopin
Crédit : MARY EVANS/SIPA
La vérité sur la mystérieuse mort de Frédéric Chopin
03:03
Jean-Alphonse Richard

Aujourd'hui, nous allons à Varsovie, en Pologne, pour enquêter sur la mort de Frédéric Chopin, dont les Nocturnes restent toujours parmi les œuvres les plus jouées au monde. Le génial compositeur polonais est mort à Paris le 17 octobre 1849, à l'âge de 39 ans. Un décès parfaitement mystérieux : sur son lit d'agonie, il confie seulement à l'une de ses sœurs que son cœur brûle, qu'il suffoque. Il rend son dernier souffle dans une grande souffrance.

Médecins, experts, historiens, biographes ne vont alors cesser de spéculer sur les causes de la mort : maladie orpheline, infection pulmonaire, rétrécissement des valves cardiaques... Une énigme. Le corps du musicien est enterré au cimetière du Père-Lachaise, à Paris. Mais ce que l'on sait moins, c'est que son cœur a été secrètement prélevé, sauvegardé, et a traversé les années. 

C'est donc ce cœur qui va livrer le secret de la mort de Frédéric Chopin. Ce cœur, la sœur du compositeur, Ludwika, l'avait clandestinement fait retirer juste après la mort, glisser dans une urne de cristal remplie de cognac et emmener jusqu'en Pologne. Le pot avait été scellé, caché dans un pilier de l'Église de la Sainte-Croix, à Varsovie, à l'abri, jusqu'en 1944 où un officier SS admirateur de Chopin le dérobe, l'emporte. 

Le cœur est miraculeusement récupéré par l'armée soviétique, rapporté en Pologne, replacé dans la crypte de la Sainte-Croix, et à nouveau oublié. Jusqu'à ce que, très récemment, une équipe de scientifiques polonais dirigée par le professeur Michael Witt, décide de l'autopsier. Par chance, l'urne n'a jamais été ouverte, ce qui aurait détruit l'organe. Elle ne sera pas non plus pour cette autopsie particulière : pas d'analyse de tissu, c'est par transparence, avec un appareillage ultra moderne, que l'on va examiner ce cœur, qui parle. Il révèle finalement des traces blanches, fibreuses, et de petites lésions caractéristiques. Les scientifiques sont formels : Frédéric Chopin est mort de péricardite aiguë due à la tuberculose. C'est ainsi que ce cœur, qui ne battait que pour la musique, s'est un jour arrêté.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/