1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. L'Australie veut tuer deux millions de chats errants
1 min de lecture

L'Australie veut tuer deux millions de chats errants

Considérant que l'instinct de chasseur des chats errants est dangereux pour la survie de dizaines d'espèces protégés, le gouvernement australien a décidé de les éradiquer.

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Crédit : VYACHESLAV OSELEDKO / AFP
Marine Cluet

L'Australie déclare la guerre... aux chats sauvages. Jeudi 16 juillet, le gouvernement, par la voix du délégué à la protection des espèces en voie de disparition du ministère de l'environnement Gregory Andrews, a en effet annoncé un programme d'éradication de deux millions de "feral cats", des chats domestiques retournés à l'état sauvage, d'ici à 2020. Et pour cause, les millions de chats abandonnés sur l'île, entre cinq et dix-huit millions selon l'Australian Wildlife Conservancy, tueraient chaque jour 75 millions d'animaux, révèle le Telegraph.

Leur instinct de prédateur serait dangereux pour la survie de dizaines d'espèces natives de la région, parmi lesquelles le bilby, le bettong de Tasmanie, le chat marsupial ou le numbat. Un combat non négligeable pour l'Australie qui a perdu 29 de ses mammifères depuis l'arrivée des colons européens au 18e siècle et 1.800 espèces seraient actuellement menacées. Pour Gregory Andrews, "sur les vingt-neuf espèces de mammifères perdues, vingt-huit sont mortes à cause des chats errants, et quelque 120 animaux australiens sont menacés d'extinction à cause des chats errants."

Abattus ou empoisonnés

Désormais, les chats errants devront donc être considérés comme "nuisibles" par les États et territoires australiens selon le ministre de l'Environnement Greg Hunt. Les félins sans domicile fixe seront abattus par balle ou empoisonnés a expliqué le ministre qui a précisé que cette chasse se ferait de la manière la plus "humaine" possible. Le gouvernement espère même mobiliser les citoyens avec une application mobile et un site Internet.

Le délégué à la protection des espèces en voie de disparition a tout de même tenu à préciser que le gouvernement ne "hait pas les chats, nous ne pouvons -seulement - décemment pas tolérer les dommages qu’ils causent encore à notre faune".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/